Passer au contenu principal

Reine des tie-breaks, l’Europe vire en tête

Après la première journée de la Laver Cup à Genève, l'«Europe» mène 3-1 contre le «Monde».

Federer et Zverev ont amené un troisième point à l'Europe.
Federer et Zverev ont amené un troisième point à l'Europe.
Bastien Gallay

Double tenante de la Laver Cup, l’Europe est en position idéale pour défendre son trophée après une première journée qui l’aura vu remporter deux simples et le double (3-1). Mais à l’image de la victoire de Roger Federer et «Sascha» Zverev sur la paire Sock-Shapovalov, le score est parfois trompeur. Constamment bousculé sur son engagement (15 balles de break dont 5 de sets sauvées), «Zvederer» aura eu le mérite de serrer le jeu au meilleur moment (6-3, 7-5). Comme Thiem et Tsitsipas plus tôt.

«J’ai l’impression que l’on a repris les débats exactement là où on les avait laissés à Chicago, souriait le vice-capitaine européen Thomas Enqvist après la victoire initiale de l’Autrichien. Les matches sont très intenses et le format fait qu’ils se jouent sur un ou deux points.» S’il avait été un peu vachard – mais ce n’est pas son genre – le Suédois aurait ajouté: «et à la fin, les petits détails font pencher la balance de notre côté».

Ces petits détails

Chez Denis Shapovalov, ces petits détails sont encore assez grossiers. Le Canadien possède un bras supersonique et un don pour jouer vers l’avant. Mais il n’a toujours pas compris quand et comment lâcher les chevaux. Avec cinq coups droits caviardés et trois balles de match envolées dans son «match tie-break», le point qu’il a offert à Thiem pourrait laisser des regrets au «Team World».

Presque autant que celui que Taylor Fritz aurait pu apporter s’il avait pu garder son élan d’un deuxième set assez bluffant face à Tsitsipas. Bousculé comme rarement cette saison, le Grec eut alors l’intelligence de partir aux vestiaires, avec ses «coaches» Federer et Nadal. Dix minutes plus tard, il avait repris ses esprits et l’Europe remportait son deuxième tie-break de la journée.

Heureusement pour John McEnroe, Jack «Mister Double» Sock (210e en simple) avait donné de l’air au Monde un peu plus tôt, profitant d’un non-match de Fabio Fognini. «Je suis là pour rapporter les points des doubles. Mais vous verrez, je vais surprendre tout le monde en simple», avait prédit l’ancien demi-finaliste du Masters (2017). Il peut remercier «Fogna» d’avoir donné du corps à sa prophétie. Aujourd’hui, la victoire vaudra deux points. Et pour le «Team World», les points importants vaudront encore plus chers.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.