Et si AtletiCAGenève était le plus petit des grands meetings?

Athlétisme Samedi, sa 29e édition promet de faire des étincelles. Président du CAG, Michel Patry tient le champagne au frais.

Vice-championne du monde à Pékin, la Brésilienne Fabiana Murer a repris son envol dimanche à Birmingham en franchissant 4,70m. Samedi, à Champel, elle sera sur le toit d’un meeting qui accueillera 650 athlètes de 12h à 18h30.

Vice-championne du monde à Pékin, la Brésilienne Fabiana Murer a repris son envol dimanche à Birmingham en franchissant 4,70m. Samedi, à Champel, elle sera sur le toit d’un meeting qui accueillera 650 athlètes de 12h à 18h30. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi, comme à son habitude, Michel Patry sera planqué dans la chambre d’appel, le limonadier à la main et l’œil aux aguets. Au Bout-du-Monde, l’ancien sauteur en hauteur, sélectionné aux JO de Munich, a changé de discipline. A l’heure du vin d’honneur, il fait sauter les bouchons! Avec lui, l’athlétisme est convivial et sans chichi, une posture qui n’interdit pas la recherche de l’excellence.

AtletiCAGenève lui ressemble, à la fois jovial et plein d’élan. «Franchement, on n’a encore jamais réuni un tel plateau», s’extasie le Céagiste de cœur en mettant en exergue la participation de la perchiste brésilienne Fabiana Murer, championne du monde en 2011, ou celle du sprinter anglais Adam Gemili, champion d’Europe du 200 m en 2014. «Oui, peut-être bien qu’on est le plus petit des grands meetings…», admet-il.

Au temps de ses exploits, le Genevois avait 19 ans, la tignasse rebelle et le corps élastique. «Et je n’étais pas plus grand», précise avec malice Michel Patry, devenu depuis médecin de famille et président du Centre Athlétique de Genève. En 1972, il avait franchi 2,15 m en hauteur et décroché son ticket olympique. Une sacrée prouesse. Une belle élévation plombée quelques semaines plus tard par le fracas des armes. «L’attentat s’est produit deux jours avant le concours de la hauteur. Je n’avais plus vraiment le cœur à la fête», se remémore-t-il.

En fait, la carrière athlétique du Céagiste n’a plus vraiment rebondi. «J’avais un genou qui coinçait et d’autres chats à fouetter, les études, le boulot, le ski accro et le football. J’ai tourné le dos au stade. Longtemps, je me suis même désintéressé de l’athlétisme. C’est quand on m’a sollicité, il y a une quinzaine d’années, pour reprendre la présidence du club que j’ai replongé! C’était ça ou la fin du CAG. Je ne pouvais pas m’y résoudre.» Ce retour aux sources lui a offert une cure de jouvence.

Depuis, le club cher à Georges Caillat s’est remis en piste, porté surtout par l’élan de ses sauteurs en longueur, Julien Fivaz et Fatim Affessi. A Varembé, où les installations d’athlétisme ont été exhumées, il cherche une seconde jeunesse. «Le meeting nous donne un coup de fouet, il rappelle notre existence, il valorise notre savoir-faire», note son président. Et d’ajouter, pince-sans-rire: «Il ne nous rapporte rien, sinon du boulot et du stress! Mais on se démène pour le faire vivre, pour satisfaire les athlètes. Et à les voir affluer du monde entier, on se dit que l’on ne bosse pas pour rien…»

Il y a là, dans la confection «artisanale» de ce meeting, la foi du charbonnier et l’art du système D. «Même en ne payant aucune prime d’engagement, on reste sur la corde raide», souligne l’ancien sauteur en hauteur. Avec 90 000 francs de budget (le cachet d’un Bolt unijambiste!), ce 29e AtletiCAGenève fera à nouveau des miracles. Et sans doute des heureux. «Si plusieurs athlètes obtiennent samedi leur qualification pour les Européens d’Amsterdam ou les JO de Rio, ce sera notre plus belle victoire», conclut Michel Patry. Le champagne est au frais!


Le sprint anglais en force

N’en jetez plus, la piste est pleine! A deux mois de Rio, la fièvre olympique s’est emparée d’AtletiCAGenève. «Les athlètes font le forcing pour venir chez nous», indique Walter Zecca, obligé, faute de place, de fermer la porte aux sprinters cubains! Pris d’assaut, les relais 4 x 100 m attisent les ambitions. «Ça se bouscule au portillon. L’équipe d’Italie vient notamment à Genève pour faire mieux que 38’’60 et réintégrer le top 16 mondial», explique le président du comité d’organisation. A Champel, le chrono va flamber, allumé notamment par les cracks anglais Richard Kilty (10’’05), champion du monde du 60 m en 2014, Adam Gemili, qui doublera 100-200 m (9’’97 et 19’’98!), et Harry Aikines-Aryeetey (10’’08). Ça ira aussi très vite sur 110 m haies (avec l’Américain Ryan Wilson, 3e des Européens 2014) ou sur 400 m haies (avec 18 hurdlers sous les 50 secondes, mais sans Kariem Hussein). Dans ce contexte, les athlètes suisses ne manqueront pas de tirer leur épingle du jeu. On pense à Lea Sprunger sur 400 m haies (55’’83 lundi à Bellinzone), à Clélia Rard-Reuse, à qui il ne manque que 6 centièmes sur 100 m haies pour aller à Rio, ou au jeune sauteur zurichois Benjamin Gföhler (8,13 m), à 2 centimètres du sésame olympique. Dommage seulement que Nicole Büchler n’ait pas prévu de faire un saut à Champel où elle aurait croisé la perche avec Fabiana Murer et que Mujinga Kambundji ait déclaré forfait hier. P.B. (TDG)

Créé: 07.06.2016, 22h44

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Claude Goretta
Plus...