L’Antigel Run a acquis droit de cité

Course à piedContre vents et marées, la course la plus improbable du calendrier a conquis le cœur des Genevois.

La nocturne est le temps fort de l'Antigel Run.

La nocturne est le temps fort de l'Antigel Run. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Mise sur pied au cœur de l’hiver par les responsables d’un festival musical, l’Antigel Run a suscité bien des interrogations, voire de la défiance et des railleries. «Laissez tomber la course»: plus d’une fois, un élu en a adjuré Eric Linder, le grand manitou du festival. Elle va néanmoins vivre samedi, au parc des Eaux-Vives, sa 5e édition, et force est de reconnaître que l’épreuve, qui a déjà attiré plus d’un millier de participants, a acquis droit de cité et pris sa place dans le cœur des Genevois.

«On a fait le pari d’organiser un événement sportif dans le cadre d’un événement culturel, ce qui n’existe nulle part ailleurs, histoire de décloisonner les publics. Encourager les gens à faire du sport et provoquer un mélange entre deux univers, telle est notre envie. Après tout, culture et sport ne font-ils pas partie du même département tant à la Ville de Genève que dans l’administration cantonale?» remarque judicieusement Eric Linder.

L’organisateur, ancien athlète, doit toutefois constater les difficultés rencontrées à faire bouger les mentalités: «Le rapprochement déroute. La course n’est pas comprise de tous, on en a encore eu l’illustration récemment. La défendre coûte beaucoup d’énergie», constate celui qui estime que «si ça dérange, c’est qu’on a raison de le faire». Les Genevois sont nombreux à le conforter dans son combat, l’affluence recensée chaque année en témoigne. Le succès ne devrait pas se démentir. Jeudi matin, ils étaient 435 inscrits pour les différentes courses au programme, mais les retardataires ont jusqu’à ce vendredi minuit pour se décider. «Ski ou course à pied, les gens font souvent leur choix a dernier moment», relève Eric Linder. On ne sait pas encore si Tefera Mekonen, vainqueur en 2019 sur les 10km, ou son dauphin Solomon Kidane, premier un peu plus tard de la «Course de Lumière» sur 5km, seront de la partie.

Outre les deux épreuves majeures, 10km (16h20) et 5km nocturne (18h), les plus jeunes pourront s’élancer sur 1, 2 ou 5km. Nouveauté, la course sur 1km en famille, réservée à un(e) poussin(e) accompagné d’un parent. «C’est dans l’esprit du festival», souligne Eric Linder, qui se plaît à rappeler le volet social d’une compétition organisée en collaboration avec Flag21, l’Hospice Général et d’autres associations d’intégration.

Créé: 17.01.2020, 11h27

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...