Passer au contenu principal

Andy Murray ne rate pas ses débuts à Londres

L'Ecossais a dominé David Ferrer 6-4 6-4 dans le premier match de la journée. Stan Wawrinka affronte Rafael Nadal à 21 heures.

La déception de Roger Federer, une nouvelle fois vaincu en finale cette année par Nova Djokovic (Dimanche 22 novembre 2015).
La déception de Roger Federer, une nouvelle fois vaincu en finale cette année par Nova Djokovic (Dimanche 22 novembre 2015).
Keystone
Novak Djokovic montre son trophée aux photographes pendant que Roger Federer s'éclipse (Dimanche 22 novembre 2015).
Novak Djokovic montre son trophée aux photographes pendant que Roger Federer s'éclipse (Dimanche 22 novembre 2015).
Keystone
Une minute de silence a été observée à Londres avant le premier match entre Novak Djokovic et Kei Nishikori (Dimanche 15 novembre).
Une minute de silence a été observée à Londres avant le premier match entre Novak Djokovic et Kei Nishikori (Dimanche 15 novembre).
Keystone
1 / 32

Andy Murray (no 2) va bel et bien jouer le coup à fond dans le Masters ATP de Londres. L'Ecossais a dominé David Ferrer (no 7) 6-4 6-4 dans le premier match du groupe Ilie Nastase.

Le champion olympique 2012, qui avait affirmé à la fin septembre que sa participation au tournoi londonien pourrait être remise en cause si la Belgique optait pour la terre battue pour la finale de la Coupe Davis (27-29 novembre à Gand), a levé une bonne partie des doutes qui subsistaient. Il n'a cessé de s'encourager et, bien évidemment, de maugréer lundi dans l'O2 Arena.

Pas de douleur

Andy Murray n'a donc plus qu'un match à gagner cette semaine pour être assuré de terminer la saison à la 2e place mondiale. «Ce serait sympa d'y parvenir, mais ce n'est pas un objectif qu'on se fixe en début de saison. Cela me permettrait surtout d'être tête de série no 2 lors de l'Open d'Australie» en janvier, expliquait le Britannique, qui affrontera mercredi le gagnant de l'affrontement programmé lundi soir entre Stan Wawrinka (no 4) et Rafael Nadal (no 5).

«Mon timing n'était pas bon en début de partie», soulignait Andy Murray, qui s'est entraîné durant quatre jours sur terre battue la semaine dernière. «Mais le fait que les échanges soient longs face à David m'a permis de trouver rapidement le bon rythme», poursuivait le no 2 mondial, qui n'a jamais atteint la finale en six participations au Masters. Il était par ailleurs ravi de ne pas avoir ressenti la moindre douleur au dos malgré les difficultés qu'il rencontre habituellement lorsqu'il doit s'adapter rapidement à une autre surface de jeu. Dénouement identique

Andy Murray a nettement dominé les débats pour cueillir son 69e succès de la saison. Il fut certes mené 1-3 dans le deuxième set après avoir concédé son service d'entrée dans cette manche, mais recollait à 3-3 en poussant David Ferrer à la faute au terme d'un long échange.

Les deux sets ont connu un dénouement identique. Andy Murray faisait à chaque fois la différence en signant le break décisif dans l'ultime jeu. Il profitait d'une double faute de David Ferrer pour empocher la première manche, et concluait la partie sur un smash gagnant après 1h30'.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.