Wanders est bien le roi de l’Escalade

Course à piedBis repetita pour le Genevois, vainqueur souverain de la 41e édition avec un temps record.

Julien Wanders a abaissé son propre record de 12 secondes en 20'46

Julien Wanders a abaissé son propre record de 12 secondes en 20'46". Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Course de l’Escalade a définitivement intronisé son nouveau roi. Il se nomme Julien Wanders et sa nouvelle consécration ne tient pas du miracle comme l’affirme Tadesse Abraham, l’ambassadeur de l’épreuve, vainqueur à Genève en 2015 et 2016. Son succès, l’an passé, tenait peut-être encore du prodige, mais en une année, le coureur du Stade Genève a atteint une telle dimension que ses succès sont désormais l’affirmation d’un talent incontestable. Et le plus souvent incontesté.

Record battu de 12 secondes

Cette supériorité, déjà vérifiée à Bulle et à Bâle, a encore été éclatante sur les pavés de la Vieille-Ville où Wanders s’est montré souverain. «Oui, mais pas tant que ça, rétorque le recordman d’Europe du 10 km. Je n’avais pas les meilleures jambes et Frederick Kiptoo était plus fort que ce qu’il avait montré ces dernières semaines à l’entraînement.» C’est l’aveu sincère d’un jeune champion resté humble, qui refuse d’être installé sur un piédestal. «Aujourd’hui, je préfère dire que j’étais au-dessus de moi-même», ajoute-t-il, lui qui a amélioré son record du parcours de 12 secondes.

Pour s’imposer, le Genevois a attendu son heure, en scrutant la foulée puissante de son rival kényan, déjà son unique rival l’an passé. «Je crois qu’il a cherché à me bluffer. Je n’ai pas paniqué. Le rythme était élevé. Dans le dernier tour, il était aussi dans le dur. Je l’ai testé en accélérant dans la rue St-Léger et il a cédé du terrain. Je ne pensais pas que ce démarrage allait suffire! Encore une fois, le public m’a donné des ailes.»

Tadesse seulement 5e

Même s’il ne lui a vu que les talons, Abraham Tadesse a applaudi de loin l’exploit de son cadet. «Un Genevois qui gagne, c’est génial. Et pour moi, terminer 5e, c’est la preuve que je suis en forme», indique le vice-champion d’Europe du marathon, en pleine préparation en vue du marathon de Dubaï.

Chez les dames, la victoire a souri pour la quatrième fois d’affilée à Helen Bekele. Une évidence? Pas forcément à voir le rictus de l’Ethiopienne du Stade Genève à l’arrivée. «Mes rivales sont jeunes et sont habituées à courir sur de plus courtes distances que moi», expliquait la marathonienne, créditée de 2 h 22’48 cet automne à Berlin.

Mathys dans le Top 10

Cette description, c’est le portrait tout craché de l’Ougandaise Peruth Chemutai (20 ans), une spécialiste du 3000 m steeple qui lui a longtemps mené la vie dure. Ce n’est que sur la place Neuve que la Genevoise d’adoption a pu lui fausser compagnie. Sur la ligne, deux secondes séparaient les deux femmes (23’51 contre 23’’53). Meilleure Suissesse, Maude Mathys, la vice-championne du monde de la montagne, s’est classée 8e de l’épreuve en 25’19. Un exploit pour elle. (nxp)

Créé: 02.12.2018, 17h13

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...