Virginie Faivre est la nouvelle présidente de Lausanne 2020

OlympismeÀ 36 ans, la multiple championne de ski freestyle succède à Patrick Baumann, décédé en octobre.

Après une brillante carrière sportive, Virginie Faivre relève un nouveau défi de taille.

Après une brillante carrière sportive, Virginie Faivre relève un nouveau défi de taille. Image: Odile Meylan

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le défi est de taille, mais Virginie Faivre ne le craint pas. Dès le 7 janvier 2019, la multiple championne du monde de ski freestyle va endosser le costume de présidente du comité d’organisation de Lausanne 2020. La Vaudoise de Saint-Légier, qui a pris sa retraite sportive en 2016, succédera à Patrick Baumann, décédé subitement en octobre 2018 à Buenos Aires alors qu’il assistait aux 3es Jeux olympiques de la jeunesse d’été.

À 36 ans, la jeune femme s’affirme dans sa reconversion, avec humilité et détermination, après avoir été pionnière dans sa discipline. À une année de l’ouverture des JO de la jeunesse (JOJ), la responsable romande de la Fondation de l’Aide sportive suisse veut transmettre aux plus jeunes, avec ses mots et sa fraîcheur, ce frisson olympique qui «change la vie».

Comment avez-vous réagi lorsqu’on vous a proposé la présidence des JOJ?
J’ai ressenti un immense honneur. La disparition de Patrick Baumann a été un choc. Nous avions posé les fondations de ce projet ensemble. Nous l’avions présenté devant le CIO à Kuala Lumpur en 2015. Il était une sorte de mentor. Voilà pourquoi c’est un honneur. Je me réjouis de pouvoir jouer un rôle crucial. Ma motivation est énorme! Je n’ai pas hésité longtemps.

Sportive, vous partagiez vos émotions. La fonction va-t-elle vous changer?
Non, je ne crois pas. Car si l’on m’a choisie, c’est aussi pour ma personnalité, pas pour que je devienne quelqu’un que je ne suis pas. Néanmoins, je suis passée dans une autre phase de ma vie. Ma nouvelle carrière m’a menée dans les coulisses du sport et la gestion des projets. Mais cela ne m’empêchera pas de montrer beaucoup d’émotion, d’être positive et proche des jeunes athlètes.

Comment imaginez-vous votre rôle?
Le projet est bien en place et l’équipe d’Ian Logan a réalisé un travail excellent. Lausanne 2020 est dans les délais et dans les budgets. Je ne viens pas pour tout chambouler. Il s’agit désormais de s’occuper de l’engagement auprès de la population, de transmettre l’enthousiasme. Les JOJ sont bien plus qu’une compétition sportive.

Y aura-t-il un style Faivre?
Probablement. Il sera marqué par le sourire, la fraîcheur et le partage de la passion du sport. Car je sais ce que cela représente. Quand on a goûté aux JO, la seule envie c’est d’y retourner. Rien que d’y penser, j’en ai la chair de poule! J’ai envie de permettre aux jeunes athlètes et à la population de découvrir ces émotions. Sans les avoir vécues, dans les tribunes ou comme athlète, on ne peut pas en mesurer l’intensité. Cela change la vie. Patrick Baumann était un monument du monde sportif. Est-ce une pression? Non, ce n’est pas une pression. Mais nous voulons que la fête soit exceptionnelle, à la hauteur de ce qu’il a créé. D’une certaine manière, ce seront ses Jeux à lui.

Mais ne craignez-vous pas la comparaison?
Nos profils, très différents, sont un moyen d’éviter la comparaison. Patrick Baumann est irremplaçable. Il s’agit pour moi d’apporter quelque chose d’autre.

Lors de votre retraite sportive, vous aviez longuement parlé avec Erika Hess, ancienne championne de ski. L’avez-vous consultée?
J’aurais aimé, mais le temps manquait. Et je savais ce qu’elle m’aurait dit… Erika m’a toujours inspirée par son engagement pour la jeunesse.

Avez-vous un modèle parmi les dirigeants sportifs actuels?
Ouh… Je vais monter très haut. C’est Thomas Bach. Il est champion olympique. Son parcours est exemplaire et, aujourd’hui, sa présidence apporte beaucoup au CIO. Sans compter qu’il est très proche des athlètes. J’apprécie sa spontanéité, qui permet de vivre le sport avec les émotions. Il fait aussi beaucoup pour les jeunes, l’intégration des athlètes dans le mouvement olympique, et celle des femmes.

En la matière, vous êtes une pionnière. Est-ce important?
C’est très gratifiant. Il y a quelques années, nous avions dû nous battre pour être respectées en tant que femmes et athlètes, puis pour participer aux JO. C’est la suite du chemin. D’ailleurs, Lausanne 2020 porte aussi le message de l’égalité. Il y aura autant de femmes que d’hommes parmi les participants. Le signal est fort. J’espère que ma trajectoire va encourager d’autres jeunes femmes. Le sport reste un milieu majoritairement gouverné par des hommes. Je suis ravie de mettre un pied dedans pour apporter ma touche personnelle.

Par le passé, vous n’aimiez pas trop les médias. Désormais vous serez dans la lumière.
C’est un point sensible! Mais un athlète cherche constamment à sortir de sa zone de confort, sinon il ne progresse pas. À l’époque, j’ai dû me faire violence pour faire la promotion de mon sport ou pour donner des interviews. On nous apprend à skier, mais pas à gérer les médias. Mon petit temps de réflexion a porté sur cet aspect. Cependant, je veux encore une fois sortir de ma zone de confort pour Lausanne 2020. Ce serait trop dommage de ne pas le faire.


«Elle a le profil idéal pour le poste»

Pour Philippe Leuba et Grégoire Junod, la nomination de Virginie Faivre à la présidence du comité d’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse n’a fait aucun doute. De concert, les deux magistrats se félicitaient d’un choix idéal, pile un an avant le début des compétitions.

Après le décès de Patrick Baumann, les deux vice-présidents du comité exécutif, respectivement conseiller d’État et syndic de Lausanne, ont assumé la conduite du projet le temps du deuil. Puis ils ont défini le profil du successeur. «Le contexte actuel avait changé par rapport au lancement du projet. Les grandes décisions sont prises et l’on entre dans une phase de mobilisation. Nous avons aussi consulté Thomas Bach, le président du CIO, en personne. La conclusion a été la suivante: nous avions besoin d’une incarnation des JOJ, donc d’une personne jeune et sportive, explique Philippe Leuba. Dès le départ, on s’est interdit de chercher la copie conforme de Patrick Baumann, qui de toute manière n’existe pas.»

Grégoire Junod abonde. «En plus de son passé de sportive, championne dans une discipline fun, Virginie Faivre possède une expérience dans l’administration du sport, la conduite de projets et maîtrise le rôle d’ambassadrice. L’enjeu est de fédérer la jeunesse.» Le poste semblait taillé pour Virginie Faivre. Son intérêt immédiat fait qu’aucune autre personnalité n’a été approchée. (TDG)

Créé: 04.01.2019, 09h49

Bio express

Naissance
le 6 septembre 1982 à Lausanne. Elle vit à Saint-Légier.

Carrière sportive
Championne du monde en ski half-pipe (2009, 2013 et 2015); triple vainqueur du classement général de la Coupe du monde (2008, 2009, 2013); 4e aux JO de Sotchi; cinq fois championne d’Europe et douze podiums en CdM.

Autres activités professionnelles
Responsable romande de la Fondation de l’Aide sportive suisse; consultante RTS en ski freestyle; membre du conseil de fondation du Fonds du sport vaudois; membre des commissions des athlètes de Swiss Olympic et de Lausanne 2020.

Articles en relation

Des embûches en série sur la route de Lausanne 2020

JOJ 2020 Morges dit non au curling, la Vallée prend du retard, l’heure tourne aux Diablerets. Les Jeux volent-ils en éclat? Plus...

Morges dit adieu aux Jeux olympiques de la jeunesse

JOJ 2020 Le Conseil communal a refusé la demande de crédit de plus d’un million de francs pour accueillir les épreuves de curling à la patinoire des Eaux Minérales. Plus...

Lindsey Vonn sera ambassadrice de Lausanne 2020

Olympisme La star américaine de ski alpin était déjà engagée auprès des Jeux olympiques de la jeunesse à Innsbruck (2012) et Lillehammer (2016). Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Grève des jeunes pour le climat
Plus...