«Si on va aux JOJ, c’est pour aller chercher la médaille d’or»

Lausanne 2020Seul Genevois aux Jeux de la jeunesse, Robin Leibzig est ambitieux. Il vise le titre avec l’équipe de Suisse de hockey sur glace.

Robin Leibzig a des rêves plein la tête. Et les JOJ sont un beau tremplin.

Robin Leibzig a des rêves plein la tête. Et les JOJ sont un beau tremplin. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a dans ses yeux ce regard qui en dit long sur lui et ses ambitions, une flamme qui scintille, comme celle qui brûle depuis jeudi soir à Lausanne. «Mes coéquipiers dans l’équipe me taquinent et m’appellent la star...» Devant l’objectif du photographe, Robin Leibzig sourit, conscient qu’il a de la chance de participer à ces Jeux olympiques de la jeunesse. «C’est une chance exceptionnelle qui ne se présente pas deux fois dans une carrière, c’est vrai», admet ce défenseur des Novices Élite de Genève Futur Hockey, et seul représentant de la Cité de Calvin à figurer dans la délégation suisse. Le Genevois de 15ans, qui aime (r)assurer ses arrières, a été appelé avec les «U16» de cette équipe nationale qui entrera en lice dimanche 19 janvier à 20heures à la Vaudoise aréna. Pour un tournoi à 6 équipes, réparties dans 2groupes.

«Humainement, c’est quelqu’un de très sympa avec lequel on peut partager, échanger, avoir des discussions intéressantes, explique François Bernheim, son coach aux Vernets et assistant de Thomas Dérungs avec la sélection helvétique. J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec ce défenseur relativement complet qu’on peut utiliser dans toutes les situations.» Aussi efficace offensivement que défensivement, cet ado de 175cm est solide physiquement et, selon son entraîneur, «bon partout» y compris dans le vestiaire. «À son âge, on est encore mentalement en construction mais il commence à apprendre à se connaître et pour l’instant, je croise les doigts, cela fonctionne bien.»

Une bonne occasion

Cet élève de l’école de commerce Nicolas Bouvier connaît ses qualités et les domaines où on lui a demandé de progresser sur la glace. «Je dois améliorer ma rapidité d’exécution dans le jeu, surtout avec l’équipe de Suisse, reconnaît le jeune international. Cela joue plus rapidement qu’à Genève, on a moins le temps de réfléchir. Une fois qu’on a levé la tête il est indispensable de savoir où donner le puck, c’est un truc important pour un défenseur.»

S’il aime se mettre parfois en avant, marquer de temps en temps après un engagement ou dans un cafouillage, le No12 des Aiglons, qui a encore toutes ses dents (et sa grille devant le visage), a toujours préféré évoluer juste devant son gardien. «J’ai commencé à Meyrin à l’âge de trois ans», explique Robin, qui a hésité notamment entre le rugby et le hockey avant de revêtir ce tricot grenat qui le rend si fier. «Comme on joue souvent à la même heure que la première équipe, je n’ai pas trop le temps d’aller les encourager, mais le fait que le coach donne la chance aux jeunes ne peut que me motiver à continuer à travailler.» Le fan d’Henrik Tömmernes veut croire en son destin: «Si j’avais un pouvoir surnaturel, je choisirais la téléportation, sourit le fan de PKSubban, le gros défenseur de Nashville. Et je me mettrais dans la peau d’un requin car il ne fait jamais marche arrière.»

Quand on est né en 2004, on a forcément des rêves plein la tête. Son but dans la vie n’est pas uniquement de sauver la planète. Mais aussi de vivre du hockey, peu importe où, au mieux en NHL! «Outre ma passion qui pourrait devenir un métier, je n’ai pas d’autres intérêts si ce n’est d’être auprès de ma famille et de ma copine Iane qui comptent beaucoup pour moi.»

«Si j’avais un pouvoir surnaturel, je me mettrais dans la peau d’un requin car il ne fait jamais marche arrière»

Robin Leibzig, joueur de hockey

Sinon? La PlayStation, très peu pour lui. Ou alors de temps en temps, avec son frère, Nathan, un ancien gardien du club grenat, qui a mis une parenthèse avec le hockey. Mais qui reste très fier et à fond derrière ce frangin qui va vivre une expérience unique lors de ces JOJ.

«On va y aller match par match, pour décrocher la gold, s’exclame un Robin ambitieux, prêt à défier les États-Unis (dimanche prochain) et la Finlande (le lendemain) dans cette nouvelle patinoire de Malley qui sera certainement bien garnie. Il devrait y avoir des gens importants dans les tribunes. C’est une bonne occasion de se faire remarquer...» À15 ans, on ne doute de rien, surtout quand on défend les couleurs de son pays. «Il est évident que nous n’irons pas à Lausanne pour participer, on va viser la médaille d’or, renchérit son coach François Bernheim. Maintenant, on est aussi conscient que la difficulté sera très élevée mais devant notre public on veut rêver grand et se donner les moyens d’y arriver. Sur deux matches, on a nos chances...»

Les Helvètes qui ont disputé un tournoi amical en Slovaquie durant les fêtes de Noël ont un gros potentiel pour y parvenir. «On a beaucoup travaillé sur l’ADN de l’équipe», poursuit l’assistant des Vernets qui attend beaucoup de Robin et de ses coéquipiers réunis depuis lundi soir à Romanshorn qui auront tous une flamme dans leurs yeux pour arriver dans les meilleures conditions possibles à Lausanne

Créé: 15.01.2020, 07h36

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...