Mark Streit prend sa retraite

Hockey sur glaceLe hockeyeur bernois, sans club depuis la résiliation de son contrat avec le Canadien de Montréal, a décidé de raccrocher ses patins.

Mark Streit a joué près de 800 matches en NHL.

Mark Streit a joué près de 800 matches en NHL. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le hockey suisse va devoir apprendre à vivre sans le meilleur joueur de son histoire. Mark Streit, qui aura 40 ans le 11 décembre, a décidé de prendre sa retraite sportive après plus de vingt saisons, annoncent plusieurs médias.

Troisième Suisse à soulever la Coupe Stanley

Le défenseur s'était retrouvé sans club en octobre après la fin abrupte de son aventure avec le Canadien de Montréal. Le Bernois était retourné cet été au Québec - là où il avait lancé sa carrière en NHL en 2005 - après la conquête de la Coupe Stanley avec les Penguins de Pittsburgh.

L'ancien capitaine de l'équipe de Suisse n'avait pas disputé la finale mais avait quand même été inscrit sur la liste des champion de la meilleure ligue au monde. Il était ainsi devenu le troisième Suisse à soulever le trophée le plus prestigieux de la planète hockey, mais le premier joueur de champ (les deux premiers avaient été les gardiens David Aebischer en 2001 avec Colorado et Martin Gerber en 2006 avec Carolina).

Un parcours difficile avant la consécration

Une NHL que Streit a dû dompter en deux fois, sa première tentative ayant échoué. Révélé à Fribourg-Gottéron (1995/96), puis joueur de Davos et Ambri-Piotta, le défenseur s'est enlisé dans les ligues mineures nord-américaines au cours de l'exercice 1999/00. Il est revenu en Suisse et est devenu avec les Zurich Lions (2000 - 2005) un joueur d'exception.

Le 262e choix de la draft 2004 s'est alors fait un nom durant trois saisons à Montréal, la franchise aux vingt-quatre Coupes Stanley (record), avant de partir chez les New York Islanders (2008 - 2012), où il est devenu en 2011 le premier Suisse nommé capitaine en NHL. Il avait eu l'honneur d'être retenu en 2009 pour le All-Star Game.

Streit a également joué pour les Flyers de Philadelphie de 2013 à 2017 et a été échangé ensuite avec le Pittsburgh de Sidney Crosby. Parti à Montréal en tant qu'agent libre, le défenseur a rapidement été considéré comme superflu par le coach Claude Julien, qui a placé le joueur en ballottage.

Aucune autre franchise ne s'étant manifestée, Streit était libre de s'engager où il voulait. La rumeur lui prête des contacts avancés avec le CP Berne (dont il avait porté le maillot durant le lock-out de 2012/13) ces derniers jours, mais le joueur en a décidé autrement. L'intervention chirurgicale à l'épaule qu'il doit subir à l'épaule a pesé lourd dans la balance.

Bilan admirable

Son bilan dans la National Hockey League est admirable: 820 matches disputés, 449 points au total dont 100 buts. Streit a longtemps régné en seigneur de la défense de l'équipe de Suisse. Il a participé à quatre éditions des Jeux olympiques (2002, 2006, 2010 et 2014) et a disputé treize fois le championnat du monde (demi-finale en 1998).

Mark Streit, qui se fera opérer à Philadelphie, entend désormais «profiter de (sa) famille» et «faire tout ce (qu'il n'a) pas pu faire durant les 22 dernières années», mais se voit rester dans le milieu du hockey à l'avenir.

Sa crosse contre des skis

Mark Streit a expliqué à l'ats les raisons de son choix de prendre sa retraite sportive. Le Bernois rêve désormais de ski, de randonnées et de pêche. «Mes projets étaient différents en début de saison, reconnaît-il. Mais c'est comme ça, on ne peut pas tout prévoir. J'ai pris le temps de la réflexion mais tout a m'a semblé plus clair quand il n'y avait plus d'option en NHL.»

Le défenseur reconnaît avoir eu des discussions avec le CP Berne. «Ca aurait était beau de revenir en Suisse, car je ressens toujours du plaisir à jouer. Mais ça ne s'est pas fait. C'est bien aussi de partir en tant que joueur de NHL.»

«Je souffre depuis un an»

Sa blessure à l'épaule, qui nécessite une opération, a bien évidemment dicté son choix. «Je souffre depuis un an. Si j'avais été un tennisman, j'aurais dû prendre ma retraite immédiatement. J'essaie maintenant d'organiser l'intervention à Philadelhpie.»

Streit est également revenu sur la dégradation subite de sa situation à Montréal. «Le General Manager Marc Bergevin m'a appelé pour me dire que j'étais soumis au ballottage. je ne m'y attendais pas et j'ai été déçu. Si j'avais été mauvais pendant dix matches, j'aurais compris. Mais je n'ai pas eu ma chance. J'ai toutefois appris que ce genre de décision ne sont pas personnelles, c'est du business. Je peux me regarder dans un miroir: j'ai joué plus longtemps en NHL qu'espéré. J'en suis fier et reconnaissant.»

«Je vais prendre un peu de distance, soigner mon épaule. En décembre, j'aurai 40 ans et mon programme jusqu'à la fin de l'année est plutôt plein. Et puis je veux aller skier, marcher en montagne ou aller pêcher. Faire ces choses pour lesquelles je n'avais pas le temps. Et puis je ferai sans doute quelque chose qui me comble. Le hockey est la solution évidente. Je me vois travailler avec les jeunes.»

(ats/nxp)

Créé: 30.10.2017, 17h06

Articles en relation

Mark Streit a résilié son contrat avec Montréal

Hockey - NHL Si le Bernois n'est pas mis sous contrat en NHL d'ici 24 heures, il sera libre de chercher un nouveau club en Europe. Plus...

Mark Streit à la croisée des chemins

Hockey - NHL Placé en ballottage par Montréal, le Bernois n'a été appelé par aucune autre équipe. Il pourrait revenir en Suisse. Plus...

Mark Streit indésirable à Montréal

Hockey - NHL Critiqué pour son manque de rythme, le défenseur bernois a été soumis au ballottage par les Canadiens. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: Theresa May à Bruxelles
Plus...