Loïc Gasch épate et Mujinga Kambundji s’éclate

AthlétismeAux championnats de Suisse, le sauteur vaudois bondit de nulle part (2,26 m) et la sprinteuse continue de fuser en dominant Lea Sprunger sur 200 m.

Loïc Gasch a atteint des sommets, 23 centimètres plus haut que son dauphin!

Loïc Gasch a atteint des sommets, 23 centimètres plus haut que son dauphin! Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Il a le Letzigrund pour lui tout seul! Impossible de baisser le rideau, Loïc Gasch s’y accroche. Il y grimpe, transcendé par son exploit. Samedi, à Zurich, le sauteur yverdonnois a joué les prolongations. De barre en barre, de rappel en rappel, il a scotché le public. Ce one-man-show inattendu avait quelque chose de surréaliste. Jamais, depuis quatorze ans, un sauteur suisse n’était monté aussi haut. A 2,26 m, c’est le début du vertige, surtout avec un genou qui coince. «Vraiment, je suis stupéfait», souffle le héros improbable. Pour battre à deux reprises son record personnel (2,23 m), il avait sauté dix-huit fois, sans compter ses trois tentatives vaines à 2,28 m…

«Rien que pour le plaisir»

«C’était peut-être mon premier et mon dernier concours de la saison! Depuis plusieurs mois, une calcification au genou malmène mon tendon rotulien. Pour cela, j’ai dû renoncer à la Coupe d’Europe Team, puis aux Jeux de la Francophonie à Abidjan. Là, je me suis risqué en sautant à l’économie, avec un élan raccourci pour repousser la douleur», confie Loïc Gasch. Oui, mais quel est donc le secret de sa folle ascension? «Evoluer sans pression, rien que pour le plaisir», répond-il. A 23 ans, l’avenir et le ciel lui appartiennent. «C’est sûr, ce résultat est engageant. Là, il va falloir que je me pose pour soulager mes jambes et réfléchir! Une chose est sûre, mes études en droit économique m’attendent cet automne…»

A voir Loïc Gasch s’envoler ainsi, on se dit que l’athlétisme suisse, en pleine euphorie, ressemble à la cour des miracles. Mais ce serait mésestimer tout le travail de fond et de formation qu’entreprend Swiss Athletics depuis un lustre pour faire éclore autant de talents. Non, ce n’est pas un hasard si la perchiste Angelica Moser (19 ans), figure de proue de la nouvelle génération, ne cesse de prendre de la hauteur. Récente championne d’Europe espoirs de Bydgoszcz, la Zurichoise s’est encore surpassée en établissant un nouveau record national U23 avec 4,61 m. Dommage qu’elle n’ait pu croiser la gaule avec Nicole Büchler, la taulière de la discipline, en pause pour ménager son dos. Et ce n’est pas une surprise non plus si l’heptathlonienne Caroline Agnou (21 ans), elle aussi en or en Pologne, a survolé la finale du 100 m haies (13’’60) et terminé 3e en longueur (6,13 m).

Si la relève se bouscule au portillon, les champions attitrés ne se croisent pas les bras. A deux semaines des Mondiaux, c’était pour eux le temps des révisions, des exercices particuliers. En quête de vitesse, Kariem Hussein (5e du 200 m en 21’’32), Selina Büchel (2e du 400 m en 52’’97) ou Fabienne Schlumpf (2e du 800 m en 2’13’’96) ont ainsi déserté leur jardin préféré. On saura bientôt si ces digressions tactiques ont eu du bon.

«On s’est bien tiré la bourre»

Ce week-end, une seule n’a pas vraiment fait de calcul. Déjà irrésistible la veille sur 100 m (11’’08), Mujinga Kambundji a fusé avec le même relâchement sur 200 m. «Mon objectif, c’était de courir vite», s’exclame la Bernoise sans chichi, victorieuse en 22’’42, à quatre centièmes seulement du record national détenu depuis l’été dernier par Lea Sprunger.

La saine rivalité qui unit les deux femmes ne leur inspire aucune stratégie d’évitement. «Notre envie commune, c’était de se tirer la bourre, explique la Nyonnaise, 2e en 22’’56. Et ma foi, ça n’a pas manqué! Le record? Ce sera pour un autre jour!» Sans remettre en question son engagement sur 400 m haies à Londres, ce 200 m très abouti lui a fourni de nombreux indices positifs. «J’ai éprouvé de très bonnes sensations. Mes jambes tournent bien, ma vitesse est optimale et je récupère bien malgré un programme de courses très soutenu ces derniers temps.» De quoi la conforter dans ses ambitions. «Ça fait peut-être peur de l’affirmer, mais je rêve à la finale mondiale…»

En définitive, seul Alex Wilson a quitté le Letzigrund frustré et furibard. Parti sous protêt après un premier faux-départ qu’il avait contesté, le Bâlois a perdu son record de Suisse du 200 m (20’’23) après confirmation de son incartade. «Pour moi, ce chrono est le résultat officiel. Je le vaux!»

(TDG)

Créé: 23.07.2017, 21h57

Julien Wanders titré sur 1500 m la rage au ventre

Julien Wanders est un athlète de parole. Il annonce ce qu’il ambitionne. Cette saison, le coureur du Stade Genève visait les Mondiaux de Londres sur 5000 m. Mais comme l’an passé, où ses rêves olympiques s’étaient transformés en chimère, il a raté la cible. Il faut dire que la barre était placée très haut. Trop haut sans doute. «Non, j’assume mon choix. J’avais la qualification dans les jambes mais la pression a été trop forte, elle m’a bloqué», rétorque-t-il. A Lausanne, asphyxié par le stress, il a abandonné. A Bellinzone, à bout de forces nerveuses, il a échoué loin du compte. Il en a conçu une immense frustration. De celles qui vous envoient au trente-sixième dessous ou vous révoltent. A Zurich, le Genevois de 21 ans a été inspiré par la rage. C’est en attaquant la course pied au plancher et en la finissant à l’arraché qu’il a remporté le… 1500 m en 3’44’’70, record personnel pulvérisé. En 2016, pour effacer son échec, il avait déjà gagné le titre sur 5000 m. «Une habitude que je n’aimerais pas prendre…» dit-il Dans dix jours, il s’envole se ressourcer au Kenya et préparer les courses sur route de l’automne. En 2018, les Européens de Berlin seront dans sa ligne de mire. Il a déjà les minima!

Au lendemain de son succès au triple saut et à la veille de s’envoler pour les Jeux de la Francophonie, à Abidjan, Fatim Affessi (CAG) a également fondu sur l’or de la longueur (6,19 m). Quant au Stadiste Joachim Jaeger (21 ans), 3e du 800 m en 1’54’’23, il a remporté sa première médaille chez les élites. On en reparlera. P.B.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le PLR repousse son vote sur la démission de Maudet
Plus...