Les relais suisses du 4 x 100 m voient leur rêve s'envoler

AthlétismeLes relayeurs suisses hommes et femmes ont échoué à quelques pas du podium. Les Français et les Britanniques brillent pour ces joutes 2014 à Zürich.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La dernière journée des Championnats d'Europe s'est conclue dans un torrent de larmes et sur une cruelle désillusion pour les relayeuses suisses du 4 x 100 m. Mujinga Kambundji a perdu le témoin dès la sortie des starting-blocks, voyant tous les rêves formés depuis trois ans s'envoler en un instant. L'équipe masculine manque aussi le podium (4e) mais repart la tête haute.

Témoin lâché et passage imparfait

La consternation régnait au Letzigrund. Le stade était pratiquement plein pour cette journée qui devait constituer l'apothéose pour l'équipe de Suisse. Et patatras! L'héroïne féminine de la semaine, Kambundji (4e du 100 et 5e du 200 m), voyait le témoin lui échapper après avoir touché sa cuisse lors de sa mise en action. La mésaventure noyait tous les espoirs. Les coéquipières n'ont pas eu à courir le moindre mètre. Devant, la Grande-Bretagne s'est imposée en 42''24, devant la France (42''45) et la Russie (43''42).

Côté masculin, un passage de témoin imparfait entre Suganthan Somasundaram et Alex Wilson dans l'ultime charnière a peut-être coûté la médaille de bronze aux Helvètes. Le quatuor s'est classé au 4e rang d'une course remportée par la Grande-Bretagne, à 9 centièmes du podium.

«Ce sera pour la prochaine fois!», ont lancé en chœur Pascal Mancini et Alex Wilson. «Nous avons tout donné.» Les Suisses ont en effet fourni de «excellent travail», comme l'a ajouté Amaru Schenkel, à l'exception de cette dernière transmission entre Somasundaram et Wilson. Néanmoins, le quatuor réalise un temps de 38''56, à deux centièmes du record national établi la veille en séries. Pas mal pour une équipe qui naviguait bien au-dessus des 39 secondes cette année, et à plus de 40 secondes en 2013.

Rivalités internes évacuées

«L'année 2013 avait été une saison de transition», a expliqué en marge le Seelandais Marc Schneeberger, l'ancien taulier du relais suisse, pas qualifié cette année et futur retraité. «Mais le fait d'avoir été dans l'ombre des relayeuses a stimulé l'équipe, qui a voulu montrer de quoi elle était capable.»

Parfois miné par des rivalités internes, le quatuor suisse a su se serrer les coudes pour l'occasion, dans une sorte de «communauté d'intérêts». Wilson et Schenkel, en outre, avaient à coeur de se racheter après leurs déceptions en individuel. Le retour de Mancini, en tout cas, a redonné une âme à l'équipe.

La Grande-Bretagne s'est imposée en 37''93, devant l'Allemagne (38''09) et la France (38''47).

Les Français et les Anglais raflent la mise

L'Anglais Mo Farah et le Français Mahiedine Mekhissi-Benabbad ont marqué de leur empreinte la dernière journée des Championnats d'Europe à Zurich, symbolisant la domination exercée par leur pays respectif sur ces joutes. Farah a réalisé le doublé en gagnant le 5000 m quatre jours après son succès sur 10'000 m, tandis que Mekhissi, un brin revanchard, s'adjugeait le 1500 m.

«J'avais la rage. Mais je suis fier de moi car j'ai su réagir en champion», a déclaré le Français. Celui-ci a pris une éclatante revanche trois jours après sa disqualification du 3000 m steeple, course qu'il avait archidominée avant de se voir retirer sa médaille d'or pour avoir ôté son maillot avant l'arrivée.

Sa victoire sur 1500 m – une première pour lui à ce niveau sur la distance – fut célébrée de façon licite mais néanmoins ostentatoire. Le Français a jubilé très tôt dans la dernière ligne droite et a fini au ralenti, après avoir placé une «mine» à la cloche qui lui a permis de lâcher tout le monde. En 3'45''60, il a conservé une demi-seconde sur le Norvégien Henrik Ingebritsen, le troisième étant le Britannique Chris O'Hare. Double médaillée d'argent olympique du 3000 m steeple, MMB est désormais triple médaillé d'or européen, avec deux titres sur le steeple et ce dernier sur 1500 m.

Les Britanniques en tête du tableau

Mo Farah est bien l'homme des doublés. A peine remis d'une infection dentaire, le Britannique a encore joué avec ses adversaires en plaçant une de ses fameuses accélérations à l'entame du dernier tour. La course, tactique, fut «lente»: 14'05''82 pour Farah contre 14'08''32 pour son dauphin, l'Azéri Hayle Ibrahimov, le bronze revenant au Britannique Andy Vernon. Farah réussit son deuxième doublé européen après 2010, lui qui a déjà réussi pareil exploit aux JO et aux Mondiaux également.

Les Anglais ont fêté cinq victoires lors de l'ultime journée, ce qui leur permet de terminer en tête du tableau des médailles avec 12 titres, contre 9 à la France. Greg Rutherford s'est adjugé la longueur avec 8m29, après le succès de Farah, tandis que trois des quatre relais (4 x 400 m messieurs et les deux 4 x 100 m) tombaient dans l'escarcelle britannique.

Seul le 4 x 400 m dames, spectaculaire, a échappé à cette emprise. La dernière relayeuse française Floria Guei est revenue de nulle part pour arracher la victoire pour ses couleurs, en 3'24''27.

Bilan terne pour les Allemands

L'Allemagne a repris quelques couleurs mais termine sur un bilan terne, avec quatre titres. Christina Schwanitz s'est adjugé le poids avec 19m90, et Antje-Möldner Schmidt a triomphé sur 3000 m steeple (9'29''43). Une course dans laquelle la Zurichoise Fabienne Schlumpf a fini 13e (9'55''92). L'Espagnole Ruth Beitia a remporté la hauteur avec à la clé une meilleure performance mondiale de l'année (2m01), alors que le Finlandais Antti Ruuskanen enlevait le lancer du javelot avec 88m01.

La veille, le Français Renaud Lavillenie s'était imposé à la perche avec 5m90 pour réaliser le hat-trick, après ses titres de 2010 et 2012. l'Ukrainienne Olha Saladuha au triple saut (victoire avec 14m73) et la Croate Sandra Perkovic (1re au disque avec 71m08) ont également signé un troisième succès continental consécutif. Dans l'ensemble, si les athlètes français et anglais ont exercé leur emprise tout au long de la semaine, les pays de l'Est comme la Russie, l'Ukraine et la Biélorussie, particulièrement touchés par les dernières affaires de dopage, sont apparus en retrait. (Si/nxp)

Créé: 17.08.2014, 20h46

Le fil Twitter des Championnats d'Europe de Zurich



Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...