Les cinq réformes de la course de l'Escalade

RunningLa 38e édition inaugure des courses mixtes et par blocs d’allure. But: mieux réguler ses flots de coureurs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Cet été, la Course de l’Escalade a fait sa révolution de juillet. Discrètement, sans révolte, sans barricade. Le changement n’en est pas moins radical. Pour se donner de l’air, l’épreuve entre dans l’ère de la mixité et de la parité, s’engage dans la course par blocs d’allure dès sa prochaine édition (4-5 décembre). On la croyait inamovible dans son costume bien boutonné. La voilà pourtant qui se métamorphose. Il le fallait bien: avec 35 000 coureurs sur le paletot et un succès populaire irrésistible, ses coutures menaçaient de sauter!

  • Découvrez les 5 changements qui vont bouleverser la course de l'Escalade
  • Jean-Louis Bottani préfère quant à lui parler d’évolution logique, dictée par la raison, fruit d’une longue réflexion. L’an passé, le nombre de participants a encore cru de 9%. «C’est top, mais c’est surtout trop, résume le patron de l’organisation. Une telle masse met le confort, la sécurité et le plaisir des coureurs en péril. On ne pouvait pas laisser aller comme ça. Il fallait se montrer proactifs, et pas seulement réactifs. Nos coureurs sont gentils, ils ne râlent pas. A nous de prendre les devants, les dispositions qui s’imposent.»

    Une page blanche

    La révolution, celle qui coupe des têtes, l’Escalade n’en a pas voulu. Au diable le «numerus clausus», contraire à la philosophie d’ouverture de la manifestation; rejetée, l’idée d’un événement déployé sur deux jours, trop lourd à organiser; illusoire, le projet d’extension du parcours, sinon par petites touches cosmétiques comme l’an passé autour de la place Neuve. Mais alors, que faire pour éviter le serpent qui se mord la queue et ces pelotons aussi ventripotents qu’effilochés qui se marchent sur les pieds? «Dans un cadre géographique, horaire et humain intangible, il n’y a pas vraiment de miracle», glisse Jean-Louis Bottani.

    Pour contourner l’obstacle, l’Escalade a donc retroussé ses manches et remué ses méninges. «Notre groupe de travail a planché sur une page blanche, tout imaginé et rien exclu, confie l’organisateur. On s’est servi d’un logiciel pour modéliser nos idées, on s’est appuyé sur un sondage (ndlr: 3000 réponses sur 10 000 personnes consultées) pour approfondir notre réflexion. On espère avoir fait les bons choix…» Est-ce la panacée? Y aura-t-il des œufs cassés? «C’est trop tôt pour le dire. Pour l’instant, on n’a pas noté de réactions hostiles, on ne croule pas sous les questions.»

    Les changements opérés (lire ci-dessous) peuvent tout de même décontenancer. Le coureur n’a plus d’âge, il aura un bloc établi en fonction de sa «valeur chronométrique». Son voisin de peloton aura peut-être 20 ans de plus ou de moins que lui! Il ne connaîtra son heure de départ qu’une quinzaine de jours avant la course! «Mieux harmoniser la nature et l’enchaînement des courses, tel a été notre souci premier», se justifie Jean-Louis Bottani. Chaque bloc d’allure devrait compter entre 400 et 500 concurrents, tous séparés au départ par un intervalle d’une minute. Les premiers n’auront plus à se frayer un passage parmi les retardataires et ceux-ci échapperont aux bousculades. Mais sur la grille de départ, il faudra une sacrée discipline pour respecter le plan horaire! Et le long du parcours (inchangé, lui!), le public y perdra ses repères…

    Le même esprit festif

    Sur le qui-vive, le président du comité d’organisation ne quitte pas des yeux son smartphone et l’évolution des inscriptions. Les indices sont bons, ils correspondent aux prévisions. Un tiers des adultes devrait se glisser dans l’une des deux nouvelles épreuves mixtes inscrites au programme. «On revient aux sources en réintroduisant une vraie course populaire, où le chrono ne prime pas, où la mixité rapproche les familles et le monde du travail. Et puis, en ouvrant les 3 tours aux femmes, on combat une forme de discrimination. Comme on soulagera certains hommes en leur permettant de n’effectuer que deux rondes!» Par affinité, Jean-Louis Bottani aurait souhaité les nommer «La Philosophe» ou «L’Hédoniste». Plus trivialement, elles s’appelleront Mix2 et Mix3...

    Si la Course de l’Escalade prend un nouveau cap, elle se garde bien de perdre son âme. «Je crois que les coureurs seront gagnants, car on leur offre encore plus de liberté et de choix, une panoplie de courses étendue. Mais une chose est sûre, l’esprit festif de la manifestation sera toujours le même. C’est son label», assure Jean-Louis Bottani, heureux de «se remettre en question et de se réinventer après bientôt quarante ans de fonction».


    Les 5 changements qui vont bouleverser la course

    Fini les courses par catégories d’âge. L’Escalade se réinvente en introduisant des épreuves populaires mixtes et des courses par blocs d’allure.

    1. Courses mixtes Tous sexes et âges confondus (dès les juniors), l’une sur 2 tours (4,832 km), l’autre sur 3 tours (7,323 km). Elles favorisent la convivialité (en famille, entre collègues) et minimisent les ambitions chronométriques. Idéales aussi pour les débutants. Pour chaque course, un classement scratch (hommes et dames, sans distinction d’âge) sera établi.

    3. Courses par blocs d’allure Ce n’est plus l’âge des coureurs mais leur niveau chronométrique (temps de référence 2014 ou estimation d’allure) qui organise la composition des pelotons. Les hommes (sur 3 tours) seront répartis dans 4 courses de 5 blocs, les femmes (sur 2 tours) dans 2 courses de 5 blocs. Le départ de chaque bloc sera donné toutes les minutes. Ce n’est qu’à l’issue des inscriptions, en fonction du nombre d’inscrits et des temps de course annoncés, que les blocs seront constitués. Et ce n’est qu’à la fin de la dernière course que les classements (par sexe et catégorie d’âge!) seront établis.

    3. Escaladélite L’épreuve est obligatoire pour les hommes ayant réussi moins de 27 minutes sur 3 tours en 2014. Idem pour les femmes ayant réalisé moins de 22 minutes sur 2 tours. Celles-ci disputeront désormais l’épreuve sur 3 tours.

    4. Walking Par mesure de sécurité, l’épreuve du vendredi soir ne sera plus ouverte aux adeptes du Nordic walking (avec bâtons). Légèrement modifié, le parcours mesurera 8,362 km.

    5. Inscriptions Le cachet de la poste ne fait plus foi. Les inscriptions ne sont plus enregistrées que sur Internet ou dans les magasins Aeschbach. Et gare au délai, unique, avancé au 1er novembre 2015.


    Ce qui ne change pas

    Courses enfants et Marmite Dix-huit épreuves juvéniles se succéderont de 9 h 30 à 12 h 15. Et la Marmite servira toujours d’apothéose carnavalesque en début de soirée.

    Parcours Introduite l’an passé, la boucle autour de la place Neuve a été adoptée.

    Programme Sant«e»scalade Il repart de plus belle cet automne après quelques turbulences. Au total, 68 établissements scolaires et communes y sont associés. Il s’adressera à plus de 3000 enfants.

    Entraînements en commun Sept dimanches pour parfaire sa préparation selon le calendrier suivant: 18 octobre à Versoix (Bécassière), 25 octobre à Vandœuvres, 1er novembre à Aire-la-Ville, 8 novembre à l’ONU, 15 novembre à Saint-Julien, 22 novembre au Lignon, 29 novembre aux Bastions.

    Créé: 30.09.2015, 19h56

    Le top 10 des courses en 2014

    En 2014, la course à pied n’a pas freiné son élan en Suisse. Les cent principales épreuves helvétiques ont recensé près de 400 000 coureurs classés. La Course de l’Escalade (45% de participation en plus depuis 2010) est toujours en tête du peloton.


    1. Course de l’Escalade 32 163

    2. Grand Prix de Berne 28 813

    3. 20?km de Lausanne 19 763

    4. Silversterlauf Zurich 19 282

    5. Frauenlauf Berne 13 878

    6. Luzerner Stadtlauf 13 150

    7. Lausanne Marathon 12 848

    8. Sola-Stafette Zurich 12 278

    9. Greifenseelauf Uster 12 176

    10. Genève Marathon 12 160

    (source: FITforLIFE)

    Articles en relation

    La Course de l’Escalade s’affiche et planche sur son avenir

    Course à pied Victime de surpopulation, la course genevoise a décidé de repenser son organisation. Plus...

    Avec 36 697 inscrits, la Course de l'Escalade pulvérise son record de participation

    Course à pied On ne l'arrête plus! Les 5 et 6 décembre, près de 3000 coureurs de plus qu'en 2012 disputeront la 37e édition. Dont 5490 marcheurs et 49,85% de femmes! Plus...

    Publier un nouveau commentaire

    Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
    La rédaction

    Caractères restants:

    J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

    No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

    Caricatures

    Maudet s'oppose au budget 2020
    Plus...