Höfflin fêtée à Genève: «Je vis une année en or»

HistoriqueLa championne de slopestyle est arrivée ce jeudi à l’aéroport de Cointrin, accueillie par ses fans, sa famille, les autorités et des élèves de Versoix qui ont suivi ses exploits.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ils sont arrivés à Cointrin bien avant l’avion en provenance de Zurich. Accroupis dans le hall de l’aéroport, Aya, Joanne, Maëlle, Valeria et leurs 18 copains et copines de 8e primaire d’Ami-Argand, à Versoix, mettent la dernière main à leurs dessins. «On est tellement fiers de Sarah Höfflin», lance Aya, des étoiles plein les yeux.

La star que ces élèves de 11 ans vont accueillir, c’est «leur» championne olympique de slopestyle. «Dans le cadre du projet «1 classe - 1 athlète», nous avons suivi Sarah depuis le mois de septembre, explique leur maîtresse, Francesca Marchesini. Elle-même est venue nous voir, et nous lui avons écrit régulièrement.»

Un moment historique

Dans le hall des arrivées, à 8 h ce jeudi matin, l’impatience est palpable. Et pas seulement chez les enfants. Plusieurs élus, la conseillère d’État chargée de l’Instruction publique et du Sport Anne Emery-Torracinta, sa collègue de parti Sandrine Salerno, conseillère administrative en Ville de Genève, sont présents. Ils ne sont pas les seuls. Des fans sont là, dont de nombreux membres du Genève Snow Sports, l’association cantonale des clubs de ski. On fait tinter un toupin, la meute des photographes, cameramen et journalistes sont sur le qui-vive.

«Pour l’aéroport, c’est un événement joyeux et réjouissant, ça nous change…» nous glisse Corine Moinat, présidente du conseil d’administration d’un aéroport dont la volonté de croissance fait couler beaucoup d’encre. Mais la médaillée d’or de PyeongChang se fait désirer. À chaque fois que le portillon s’ouvre, on entend un «aaah» d’espoir, suivi d’un «oooh»…

Alors, pour tromper l’attente, on commente les nouveaux podiums suisses glanés cette nuit en Corée. Combiné, slalom spécial… «C’est super ce que font nos athlètes!» Mais dans le cœur des fans, petits ou grands, rien ne peut remplacer Sarah Höfflin. Dame, le moment est historique! Genève attend une médaille d’or aux Jeux d’hiver depuis soixante-deux ans et la victoire de Renée Colliard en slalom à Cortina.

Humble et disponible

L’attente prend fin à 8 h 35. «Ouaiiiiiis, Sarah, Sarah!» s’égosillent les élèves de Versoix, agitant un drapeau suisse. «Où elle est ta médaille?» lui lancent-ils. La championne est émue devant ces visages rayonnants. «Comment ça va les jeunes?» leur répond-elle le plus simplement du monde. Comme si rien ne s’était passé depuis leur dernière rencontre.

Il y a pourtant un abîme entre l’avant et l’après médaille olympique. Même si la freestyleuse genevoise de 27 ans avait déjà gagné le grand globe de cristal de slopestyle. Et remporté le big air des XGames d’Aspen. Les élèves d’Ami-Argand avaient quitté la princesse de Plainpalais, comme on la surnomme, c’est une reine de Corée qui leur revient.

Une reine, certes, mais humble et disponible. À peine le bouquet de fleurs des autorités remis, médaille d’or autour du cou, elle livre son sourire aux caméras et aux appareils photo, professionnels ou amateurs, qui jaillissent de toutes parts.

Puis, très vite, la Genevoise revient vers les écoliers qui lui tendent leurs dessins bardés d’anneaux olympiques et de «Merci Sarah». «Tu peux me faire un autographe sur le dessin?» lui demande une élève. Tout en discutant avec eux, elle s’exécute et appose dès lors sa griffe sur toutes sortes de supports: un casque de ski, un bonnet, un sac, un cahier d’école, même sur un iPad et des téléphones portables. L’une des enfants, Estela, lui tend un petit paquet. À l’intérieur, un bracelet de perles. «J’aime trop donner un cadeau à Sarah, elle le mérite», nous confie l’élève. «Je vais le porter», lui glisse la championne olympique.

Dans les bras de son papa

L’émotion prend un nouvel élan lorsqu’elle remarque son papa, David, rentré de Corée avant elle et qui se tient sagement à l’écart. Elle fend alors la foule et lui tombe dans les bras.

«Elle est très accaparée, je m’y attendais, lâche ce dernier. Mais je ne me rendais pas compte de l’ampleur. Une médaille aux JO, c’est autre chose qu’une victoire aux XGames. Mais ma fille a la tête sur les épaules.» Toute à sa joie, Sarah Höfflin s’exclame: «Je vis une année en or!»

Un grand plus pour Genève

Ce titre olympique est le sien, mais il va rejaillir sur le sport genevois. «Sarah incarne le plaisir de skier, elle est cool, naturelle, elle sait communiquer», relève Christophe Barman, président de Genève Snow Sports et du ski-club de Meinier, dont la championne de slopestyle est désormais la meilleure des représentantes. «Pour nous, c’est génial, poursuit-il. Quand on gagne des médailles, ça motive, de nouveaux jeunes s’inscrivent. Désormais, on peut envisager de se doter en moniteurs de freestyle, qui manquent actuellement.»

«Nos sportifs d’élite, que nous aidons au sein du Team Genève, sont autant de modèles pour les jeunes, ajoute Anne Emery-Torracinta. Surtout quand, comme Sarah Höfflin, ils sont humbles et disponibles. Avec notre projet «1 classe - 1 athlète», nous offrons en plus aux élèves l’occasion d’avoir des échanges très intéressants avec eux.» Des échanges, mais aussi du rêve pour les écoliers d’Ami-Argand.


Revivez l'arrivée de la championne olympique Sarah Hoefflin à l'aéroport de Cointrin. (TDG)

Créé: 22.02.2018, 19h42

Articles en relation

Sarah Höfflin est tombée amoureuse de la Corée

Slopestyle Avant de décoller pour la Suisse, la championne olympique a savouré son titre autour d’un barbecue. Plus...

La princesse de Plainpalais devient reine des neiges

Ski freestyle Et devant une famille en or... La présence de ses proches a donné à la Genevoise Sarah Höfflin des ailes en slopestyle. Plus...

Hoefflin: «Une rencontre qui a tout changé»

JO 2018 Nouvelle championne olympique de slopestyle, la Genevoise Sarah Hoefflin a une histoire particulière. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Bruxelles veut que ses frontaliers chôment en Suisse
Plus...