Gaëtan Brouillard a transformé les Aigles en machine de guerre

HockeyLe nouveau préparateur physique de Ge/Servette a conquis le vestiaire avec une méthode à la fois dure et innovante

Intransigeant et exigeant, Gaëtan Brouillard a su imposer sa méthode de travail aux Vernets.

Intransigeant et exigeant, Gaëtan Brouillard a su imposer sa méthode de travail aux Vernets. Image: Steeve Iuncker Gomez

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Et si c’était lui le meilleur transfert de la saison? «Ce n’est pas une question, c’est une affirmation, une certitude!» Noah Rod, en bon capitaine de Ge/Servette, tranche. Oui, Gaëtan Brouillard a transformé les Aigles en une machine de guerre assez impressionnante. «Quand les gars ont commencé à travailler avec lui à l’intersaison, j’étais encore avec l’équipe de Suisse. Et on me disait de rester où j’étais car aux Vernets, c’était l’enfer!» Sous la houlette de leur nouveau préparateur physique, les Genevois ont sué comme jamais auparavant. L’intéressé sourit. «Je ne peux pas juger ce qui était fait avant, mais je suis arrivé avec ma méthode et mes principes, que j’ai développés en France pendant plus de dix ans, du côté de Grenoble pendant un an puis à Rouen pendant plus de dix ans.»

À la fin de la saison précédente, Ge/Servette s’est mis à la recherche d’un nouveau préparateur physique après le départ de Michel Molly, qui avait officié lors de l’exercice 2018-2019. Et c’est un certain Philippe Bozon, entraîneur de l’équipe de France, avec laquelle Gaétan Brouillard collabore activement, qui a mis en contact le club et le spécialiste. De discussion en discussion, le staff des Grenat a été convaincu que Gaëtan Brouillard était l’homme de la situation. «C’est un vrai spécialiste de la préparation physique des hockeyeurs, souligne Pat Emond. Il est très vite devenu un des rouages les plus importants de notre organisation. Au quotidien, il nous aide énormément dans l’élaboration de nos entraînements. C’est en fonction des données qu’il a récoltées que nous fixons l’intensité et la durée de la séance.»

Infos en temps réel

Lorsqu’il a débarqué de Rouen, Gaëtan Brouillard a révolutionné le fonctionnement en important sa méthode, basée sur le suivi strict de la fréquence cardiaque des joueurs. «Lors de chaque entraînement, tous les joueurs sont équipés d’un capteur sur la poitrine, qui enregistre le rythme du cœur, explique-t-il. Cela nous permet de savoir en temps réel qui est éventuellement en surrégime et qui est en sous-régime. Toutes ces données sont traitées et compilées dans un logiciel. Cette base nous permet de très vite détecter des anomalies. Cette saison, nous avons ainsi pu constater les conséquences négatives d’un changement de comportement alimentaire d’un joueur. En une semaine, les effets étaient spectaculaires et on a pu très vite corriger le tir après discussion.»

Dans le vestiaire et en dehors, il y a comme une sorte d’unanimité pour relever la qualité du travail de Gaëtan Brouillard. Mieux, le Français de 36ans, marié et père de trois enfants, s’est parfaitement intégré à son nouvel environnement. «C’est toujours plus agréable quand la famille se sent bien et quand les relations de travail avec les entraîneurs sont bonnes, reconnaît-il. Mon plus gros challenge, ça a été de convaincre les joueurs du bien-fondé de ma méthode de travail et de ma philosophie.» À entendre Noah Rod et Cie, cela n’a pas été bien compliqué, tant chacun y a très vite trouvé son compte.

La variété des entraînements. L’intensité des séances. Leur récurrence. Tout plaît dans la méthode Brouillard. «Chaque jour, avant l’entraînement sur la glace, les joueurs passent en salle de force, souligne le «bourreau» des Aigles. Ce n’est plus une option mais une obligation à laquelle ils ont parfaitement adhéré. Ils ont très vite compris tout ce qu’ils pouvaient en tirer comme bénéfice sur le long terme. Un athlète bien préparé sera lucide et attentif plus longtemps. Il n’y a rien de mieux pour prévenir les blessures et pour pouvoir donner sa pleine mesure sur le plan technique.»

Les blessures se font rares

Décimés lors de la saison précédente, les Aigles ont traversé cet hiver presque sans souci majeur. Le nombre de blessures musculaires a fondu comme les glaciers alpins. «Je n’ai pas les chiffres exacts, mais il est certain que l’on a plutôt été épargné, sourit Gaëtan Brouillard. Lors des discussions préliminaires à mon engagement, cet aspect des blessures a été longuement évoqué par le club, qui souhaitait vraiment développer des solutions pour réduire le nombre de pépins physiques.»

Il faut croire que le boulot a été très bien fait puisque Ge/Servette se présente à l’orée des play-off avec un effectif quasiment au complet. Seuls John Fritsche, qui finit de soigner une blessure à un poignet, et Arnaud Riat (fracture à un pouce) manquent à l’appel. Le reste des troupes est fin prêt pour la lutte finale. «Physiquement, l’ensemble des joueurs est mieux qu’en début de saison, apprécie Gaëtan Brouillard. C’était un peu le but recherché. Partir fort et continuer sur une ligne constante en légère montée. Nous sommes là où nous voulions être et nous n’allons surtout rien révolutionner pour les play-off.»

Ce n’est pas à ce stade de la saison que l’on fait les meilleurs transferts.

Créé: 17.02.2020, 17h59

Infobox

L'avant-match

L'affiche Ge/Servette recoit Langnau mardi soir aux Vernets.
Grosse semaine. Après la réception de Langnau, Ge/servette reçoit encore Zoug, vendredi pourun choc au sommet. Le lendemain, les Aigles effectueront leur 3e long déplacement en 12 jours. Après Davos (mardi) et Lugano (samedi dernier), les joueurs de Pat Emond joueront à Ambri, ce samedi.

L’équipe Seuls John Fritsche et Arnaud Riat sont blessés.

L’adversaire Après une très bonne moitié de championnat, Langnau cale sérieusement dans le sprint final. Les Tigres du coach Heinz Ehlers ont perdu 10 de leurs 14 matches disputés en 2020 et ont glissé sous la barre (10e).
Le mot d’Emond «Pas question de lever le pied après la qualification pour les play-off. On veut arriver lancé. On va juste pouvoir gérer notre banc pour éviter de brûler inutilement certains joueurs.»

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...