Chris McSorley se veut rassurant

Hockey sur glaceContrairement aux fans de Ge/Servette qui s’inquiètent, le coach des Aigles est convaincu qu’il aura de nouveau une équipe compétitive.

Chris McSorley a retrouvé «son» bureau.

Chris McSorley a retrouvé «son» bureau. Image: STEEVE IUNCKER-GOMEZ

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Comme avant. À ceux qui pensent qu’il revient métamorphosé dans la peau d’un entraîneur nouveau et assagi, Chris McSorley esquisse un sourire: «On ne change pas les rayures d’un tigre ou d’un léopard.» Le mentor des Vernets est toujours ce même passionné capable de faire d’un palet un royaume. Le coach ontarien, éjecté de son poste d’entraîneur l’an dernier par les anciens dirigeants, savoure ce retour dans un siège qu’il n’aurait d’ailleurs jamais dû quitter.

«Cette année hors du banc m’a fait le plus grand bien, assure le Canadien, heureux d’être ressorti de son placard. Cela m’a permis de me rafraîchir et de retrouver de l’énergie. Il était important après plus de seize ans de coaching que je me mette à jour, notamment par rapport à la nouvelle génération. Vous savez, on est vite mis de côté!» Il sait tout désormais des Milléniums.

«Juste quelques retouches»

Chris McSorley sort un document encore confidentiel sur lequel figurent des éléments sous contrat ou pas: il s’agit du premier alignement de son équipe qui prend gentiment forme. «On n’a pas besoin d’énormément de joueurs en plus, estime-t-il. Juste quelques petites retouches.» Pour le mentor des Vernets, les retours de Tim Kast (Zoug) et d’Eliot Berthon (Ambri) vont combler dans un premier temps les départs de Damien Riat (à Bienne) et de Tim Traber (à Lausanne).

D’autres renforts vont prochainement débarquer. On parle notamment de Tim Bozon (Kloten). Le coach ne donne aucun nom mais assure qu’il devrait y avoir encore l’arrivée d’un ou deux attaquants helvétiques de qualité. Cody Almond qu’on annonce à Lausanne est toujours en grenat.

Jooris dans son viseur

Quid de Josh Jooris? Ce Canado-Suisse de 27 ans, dont le cœur balance encore entre la NHL et Genève voire Lugano, est dans le viseur. «Genève fait partie de sa short list» , remarque McSorley qui a reçu le feu vert de ses dirigeants pour l’attirer au pied du Jet d’eau. Dans tous les couloirs de la patinoire et au bureau, on sent qu’il y a de nouveau de l’oxygène depuis qu’on a appuyé sur le bouton reset. «Avec le «board» et le staff, nous sommes tous sur la même longueur d’onde pour que Ge/Servette redevienne une équipe compétitive.»

Pestoni a été contacté

Ce sera toutefois sans Inti Pestoni, qui a été contacté. «J’ai eu de nombreux téléphones avec des membres du staff des Zurich Lions, mais si Inti, que j’aime beaucoup, a longuement hésité, il a préféré se rapprocher du Tessin en signant à Davos.» Du coup, les partisans commencent à s’impatienter et s’inquiéter. «Depuis que je suis à Genève, c’est à chaque fois la même histoire, sourit McSorley. On sait que les supporters aiment entendre des noms en juin ou en juillet, mais franchement à quoi bon réaliser un transfert pour dire qu’on a fait un transfert? Je préfère les rendre heureux en mars. Je comprends leur nervosité mais je peux leur assurer que nous aurons une excellente équipe.»

Wanted leaders

À commencer par deux bons renforts étrangers à la place de Spaling et Da Costa. «Il s’agira de ne pas se tromper dans nos choix: j’ai besoin de leaders, capables de marquer des buts et qui soient de bons équipiers dans le vestiaire.» Et qu’ils possèdent, comme lui, l’œil d’un tigre ou d’un léopard. Pour qu’on craigne à nouveau le Ge/Servette de McSorley. Comme avant. (TDG)

Créé: 13.06.2018, 09h02

Des jeunes dans le bain

S’il ignore encore qu’elle a été la réaction du vestiaire par rapport à son retour, Chris McSorley sait très bien, le bougre, que le mois d’août n’a pas encore commencé; que certains vont vite tirer la langue et le maudire! «Les joueurs vont rapidement comprendre qu’il va falloir travailler encore plus fort si on entend se retrouver du bon côté de la barre, estime le Nord-Américain, conscient que le niveau de la National League ne cesse de progresser. Je compte sur notre profondeur de banc pour faire la différence.»

Et que ses anciens «boys» se réjouissent: son système sera, à quelques détails près, le même. «On veut retourner sur la tactique qui faisait notre force: un jeu rapide en zone offensive en laissant le moins possible d’espace à notre adversaire.»

Pour étoffer le contingent, des jeunes seront lancés dans le bain. «La fondation tient à ce que nos talents puissent réaliser leur rêve au plus haut niveau et que certains aient aussi la possibilité de s’aguerrir dans des clubs de MySports League ou de Swiss League avant d’effectuer le grand saut.» Ce sera fait. C.MA.

LNA

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.