Passer au contenu principal

Les 90 ans du mage Paul Garbani

Football - Monsieur Paul, qui peut s’enorgueillir d’une carrière riche de multiples promotions, fait toujours partie du staff d’Etoile Carouge.

Paul Garbani a été victime dès sa naissance du virus du foot.
Paul Garbani a été victime dès sa naissance du virus du foot.
GEORGES CABRERA

On croit déjà l’entendre: «De bleu, je ne pensais pas qu’on en parlerait…» Mais il est temps d’éventer le secret de Polichinelle: le mage Paul Garbani fête ses… 90 ans le 21 juin. Toujours animé d’une passion de môme, le voilà consacré plus ancien entraîneur du monde!

«Il fait toujours partie du staff d’Etoile Carouge, affirme le président stellien, Pierre-Alain Brodard. Mémoire vivante, il apparaît incontournable. Je n’oublie pas que c’est lui qui a titularisé pour la première fois mon frère Bernard. Il s’est souvent révélé précieux, fort de ses qualités de motivateur.»

Monsieur Paul peut s’enorgueillir d’une carrière faite de multiples promotions, la plus célèbre restant celle d’Etoile Carouge en LNA en 1977. Puis il a maintenu le Vevey de Paul Rinsoz durant sept ans dans l’élite nationale. Et qu’écrire de son formidable talent de découvreur, qui s’est révélé avec les apparitions de Bertschi, Bosson et Schaller dans les années 50?

Fan et ami du jubilaire, Alain Morisod tresse ses lauriers: «Il entraînait l’équipe fanion d’UGS de 1986 à 1988, lorsque j’étais président. Avec deux ascensions à la clé, nous projetant de la deuxième ligue à la LNB. Impressionnant comme il a su motiver les gars. Mentor à l’ancienne, il privilégiait le ballon à l’entraînement et savait sublimer les énergies par sa tchatche et son astuce. Un jour, je l’ai vu haranguer sa troupe avant le match; tout près de l’arbitre, en intimant l’ordre de bien se comporter, d’autant que, pour une fois, on bénéficiait d’un excellent directeur de jeu. Derrière, on se tordait de rire.»

C’est vrai, Paul n’aime pas que l’on évoque son âge. Une question qu’il a déjà éludée à des milliers de reprises. Ce qui ne l’empêche pas de l’aborder aussi avec humour. Comme en témoigne cette galéjade:

«Un jour, un petit vieux chauve et affublé d’une barbe blanche m’interpelle: «Bonjour Monsieur Garbani, vous ne me reconnaissez pas? Mais oui, je suis l’un de vos anciens juniors!» Victime dès sa naissance du virus du foot, il n’en guérira jamais. Joyeux anniversaire!

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.