Tomber dans les bras d’«Adel», comme Berthod

Ski alpinÀ Adelboden, il y a onze ans qu’un Suisse n’est plus monté, en géant ou en slalom, sur un podium. Et si c’était enfin leur année?

Le Grison Marc Berthod s’était imposé en géant en 2008.

Le Grison Marc Berthod s’était imposé en géant en 2008. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Qu’elle est belle, «Adel»! En Suisse, les coureurs, non pas de jupon, mais de géant, voire de slalom, se disent tous la même chose. Mais cette piste mythique ne s’offre pas au premier venu et voilà onze ans maintenant qu’elle repousse leurs avances. Depuis que Marc Berthod avait réalisé, en douze mois le doublé sur cette Chuenisgbärgli, plus aucun Helvète n’est monté sur le podium dans l’Oberland.

Et si après le succès de Daniel Yule à Madonna di Campiglio et les belles 2es places de Loic Meillard et de Thomas Tumler, c’était enfin la bonne? Il y aura encore une fois la foule ce samedi (géant) et dimanche (slalom) pour cette 63e édition au bas de ce mur infernal, long et raide, pour pousser les Suisses dans leurs derniers retranchements.

«C’est un des grands rendez-vous de ma saison, s’exclame Ramon Zenhäusern, qui l’adore, cette piste. Je n’ai que des bons souvenirs ici où j’ai marqué d’ailleurs mes premiers points de Coupe du monde. C’est également là que j’avais décroché ma qualification pour les derniers JO.» Le vice-champion olympique de slalom, qui s’élancera dans le premier groupe, se réjouit de partir au milieu de tous ces cris d’encouragement. «Pour un Suisse, de gagner à la maison, avec cette ambiance, ça doit être quelque chose de vivre ça, mais je préfère ne pas trop y penser avant. Tout est possible avec notre équipe, on verra bien.»

Deux fois 2e à Saalbach juste avant Noël, en géant puis en slalom, Loic Meillard est prêt, lui aussi, à remettre ça dans son jardin. «Ici, sur cette piste incomparable, où tu te retrouves en chute libre à l’arrivée avec les jambes qui brûlent, cela va être un combat de haut en bas, promet le Valaisan. Maintenant, ce sont des courses d’un jour et il y aura de la concurrence.» À commencer par ce diable de Marcel Hirscher, cet extraterrestre, que d’aucuns, en Autriche, ont déjà comparé avec le jeune Helvète. «Cela fait plaisir, mais il reste encore beaucoup de travail pour arriver à son niveau, sourit-il. Il est clair que sur certaines courses je m’en rapproche, mais c’est toujours lui qui contrôle et qui nous met deux secondes dans les dents à la fin.»

À Adelboden, le Salzbourgeois est monté à quatorze reprises sur la «boîte», dont sept fois sur la plus haute marche! «Sur n’importe quel tracé et peu importe la neige, il est devant!» remarque le skieur d’Hérémence.

Redescendu de son nuage après son triomphe en slalom à Madonna, Daniel Yule a l’envie, of course, d’aller chercher d’autres victoires. «On fait désormais partie des clients pour un podium», se réjouit un Valaisan très régulier cet hiver avec quatre résultats dans le top 10 dont un succès en quatre courses. «Personne ne peut parler d’une victoire due au hasard, se marre-t-il. Grâce à nos entraîneurs et Swiss Ski qui nous a laissé le temps de mûrir, on possède une équipe où on est tous capables de réussir un gros résultat.»

Luca Aerni, qui avait été le premier à montrer le chemin, sait qu’il peut lui aussi revenir à son meilleur niveau. «À l’entraînement, je vais aussi vite que les autres», sourit-il. À lui de mettre la seconde. «Cette équipe qui marche fort va m’aider à revenir rapidement à mon meilleur niveau», se réjouit Justin Murisier, toujours en convalescence venu faire du pied à cette «Adel» qu’il compte bien séduire la saison prochaine.

(TDG)

Créé: 12.01.2019, 09h00

Marco Reymond de retour

La dernière fois qu’il était venu à Adelboden, Marco avait 16 ans et des étoiles plein la tête. En 2011, au bas de la piste, le fils de Jacques Reymond et d’Erika Hess avait été impressionné. «C’est Kostelic qui s’était imposé en slalom, il y avait une ambiance incroyable», se souvient le Vaudois. Exact, devant un certain Hirscher, qui se trouvera encore au départ ce week-end. Comme lui. Comme dans un rêve. «Mon but est de me faire plaisir», lâche le skieur de Blonay, qui, après Alta Badia, va disputer sa deuxième course de Coupe du monde. Aujourd’hui, il ne pense plus, comme au printemps, à tout laisser tomber. «Il a fallu que je me pose les bonnes questions pour continuer.» Avec son préparateur physique, Patrick Flaction, qui a trouvé les bons mots pour le motiver. Et ses parents, forcément, mais aussi Patrice Morisod qui lui a donné un coup de main. À 24 ans, le voilà prêt à prendre son envol. «J’ai eu des problèmes de dos qui ont freiné ma progression, confesse-
t-il. Mais depuis que je me suis fait opérer d’une hernie, en 2016, je vois les choses différemment.» Marco est à Adelboden pour acquérir de l’expérience, mais il reviendra avec d’autres ambitions. «L’appétit vient en mangeant!» sourit-il. C.MA.

Tanguy Nef veut aller à Åre

La dernière fois qu’il était venu à Adelboden, il se souvient d’une piste raide et verglacée, avec cette ambiance incroyable. «En tant que Suisse, c’est vraiment un honneur d’être au départ.» Tanguy Nef a le secret espoir de poser une cerise sur le gâteau devant sa famille et ses amis. «J’ai la chance de pouvoir répéter mes gammes avec une équipe au top pour aller de l’avant. Mais j’ai encore beaucoup à apprendre», sourit-il. Or, après son 11e rang à Levi et sa 13e place à Zagreb, c’est «tout bonus» et «un rêve qui se réalise» pour le Genevois, qui a déjà rempli les critères de sélection pour les Mondiaux d’Åre. «Si on me demande d’y aller, je m’y rendrai avec plaisir, au détriment de mes études. Je préfère rater une semaine de cours et vivre cette expérience en Suède, car on ne sait jamais, une course d’un jour a souvent souri à un outsider…» Fils d’un professeur d’uni, il compte toutefois bien obtenir son diplôme en économie avant de se lancer l’an prochain sur le cirque blanc. Avant de faire l’impasse sur Wengen pour rejoindre les bancs de son collège américain, à lui de réussir deux bonnes manches ce dimanche… C.MA.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Brexit: May giflée
Plus...