Roger Federer flamboyant sur le gazon

TennisLe Maître a mis un peu de baume sur le cœur des amoureux du sport helvétique en étant parfait face à Lacko.

Roger Federer a encore marqué Wimbledon de son empreinte.

Roger Federer a encore marqué Wimbledon de son empreinte. Image: USA TODAY SPORTS

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La partie a duré 90 minutes et elle s’est disputée sur gazon mais, cette fois, elle ne s’est pas achevée dans les larmes. Au lendemain de la prestation navrante de la Nati face à la Suède (0-1), en huitième de finale de la Coupe du monde de football, un Suisse a mis un peu de baume sur le cœur des amoureux du sport helvétique en triomphant de son adversaire. Il n’y avait sans doute pas de meilleure consolation, ce mercredi 4 juillet, que de voir Roger Federer en démonstration sur le Centre Court de Wimbledon, mais c’est moins grâce à sa victoire (6-4 6-4 6-1) face au modeste slovaque Lukas Lacko (73e mondial) que grâce à la qualité de son jeu que le Bâlois a recousu les cœurs suisses.

Un grand serveur
Car il y avait chez le numéro deux mondial ce que l’on aurait aimé voir chez les sixièmes du classement FIFA: la volonté de créer, de tenter, de se montrer audacieux en imposant à l’autre ses fulgurances. On ne saurait bien sûr attendre des autres l’effet que seul Roger Federer est capable de produire, mais on avait le droit d’en espérer les mêmes intentions.

C’est désormais vers la capitale anglaise que les regards se tournent, et que voit-on sur ces courts verdoyants? Un Federer flamboyant qui est parfaitement entré dans sa quinzaine. «Ne pas dépenser trop d’énergie en début de tournoi est appréciable», a savouré «RF» après sa deuxième victoire tranquille en trois jours. Tombeur sans problème de Dusan Lajovic au premier tour lundi, l’octuple lauréat n’a pas davantage été inquiété par Lukas Lacko mercredi. Il ne lui aura fallu que six jeux, dans la première manche, pour prendre le service en même temps que la mesure de son adversaire slovaque, qu’il ne verra jamais revenir au cours des deux sets suivants.

Federer a acquis son avantage grâce à la qualité de ses retours et l’a ensuite préservé grâce au niveau de ses engagements (93% de points gagnés sur sa première balle contre seulement 66% à son adversaire). Une arme dont il avait souligné l’importance en début de semaine, expliquant que «la surface étant très rapide, les grands serveurs seront ultradifficiles à breaker dans cette quinzaine». Le Rhénan était un très grand serveur mercredi. Il n’a pas concédé la moindre balle de break, poussant même la perfection jusqu’à réaliser une série hallucinante de huit jeux blancs consécutifs entre le milieu du premier set et la fin du troisième (ce qui, tout compte fait, donne un total de 35 points de rang).

Face à Struff
La première apparition de Federer lundi avait suscité plus de commentaires sur son changement d’équipementier (Uniqlo a remplacé Nike) que sur son jeu. Il ne fut question que de son jeu mercredi, et ce que «RF» a donné à voir laisse penser qu’il est en meilleure forme que sur le gazon de Halle où, battu en finale par Coric, il était apparu bien moins aérien.

De quoi inquiéter ses adversaires londoniens, à commencer par le prochain, Jan-Lennard Struff. Le 64e mondial allemand pourrait souffrir autant du niveau de jeu du Maître que de la fatigue accumulée lors de sa victoire face au géant croate Ivo Karlovic mercredi. Car pendant que Federer virevoltait sur le court central, Struff transpirait sur le numéro 15 où, mené deux sets à rien, il trouva la force de s’imposer après 3 h 55 de haute lutte. On prendra vendredi la mesure de tout ce qu’il a laissé face à Karlovic, et de tout ce qu’il est prêt à laisser contre Roger Federer. (TDG)

Créé: 05.07.2018, 09h00

Wawrinka en quête d'assurance

Petite taille, pas de grand coup. Casquette à l’envers sur une tête bien faite, mais distraite. En gros, le portrait-robot de Thomas Fabbiano semblait conforme au signalement de l’ATP (133e mondial) et donnait une impression trompeuse, totalement parcellaire. Car du haut de son mètre septante-trois, le baroudeur italien (29 ans) a dominé la situation. Son coup droit a baladé Wawrinka pendant deux heures (7-6 6-3), jusqu’à l’inhiber et à le plonger dans une confusion obsédante: reculer pour frapper plus fort ou avancer pour contrer plus vite, temporiser ou agresser… «Arrête de faire toujours la même chose», s’est grondé le Vaudois, avant de passer enfin à l’acte et de ressusciter dans un troisième set où il était mené 4-2. La pluie lui est tombée dessus comme une tuile à 6-5 40-40 en sa faveur, service Fabbiano. Tout son problème actuel est là, dans un match abordé timidement pour être retourné sauvagement: seule la force de l’habitude l’empêche encore de redevenir l’un des meilleurs joueurs du monde. Et la confiance qui, peu à peu, va avec.

Cette assurance, Stan Wawrinka la sent venir, peut-être pas dans un roulement de tambour, mais doucement, sûrement. Depuis quelque temps, il répète à ses proches ce sentiment fragile et jubilatoire de maîtriser à nouveau sa carrière, du moins ses faits et gestes. Plus de douleurs suspectes. Plus de hantises inavouables. Plus de pensées parasitaires ou mortifères. Quelques messages enhardis: «Faut pas lâcher maintenant, pas maintenant!» Un mot qui revient sans cesse: convaincu. Un mot qui ne promet rien mais qui, dans cette bouche-là, veut dire beaucoup, tellement.

Stan Wawrinka a «juste», «surtout», besoin de matches. Il a besoin de convertir en résultats des sensations «qui reviennent incroyablement», de réacquérir l’endurance psychologique des combats à haute intensité, sans répit, au contact des vrais enjeux. Nul doute qu’une victoire sur Fabbiano marquerait un pas décisif.

Christian Despont

Articles en relation

Federer s'impose en trois petits sets

Wimbledon Le Bâlois s'est facilement qualifié pour les 16es de finale de Wimbledon. Il a battu Lukas Lacko (ATP 73) 6-4 6-4 6-1. Plus...

Habiller Federer ça coûte combien?

Argent Le logo d’Uniqlo remplace désormais la virgule de Nike sur les vêtements du tennisman mais pas sur ses chaussures. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.