Recalé, Chênois espère rebondir

HandballL’échec en finale de promotion a fait mal. Mais ce n’est pas un coup d’arrêt pour le projet du club, bien décidé à retrouver la LNB.

Mohamed Ijmik et les Chênois se sont bien battus avant de tomber de haut.

Mohamed Ijmik et les Chênois se sont bien battus avant de tomber de haut. Image: Laurent Guiraud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

C’est forcément un coup d’assommoir. Dimanche, dans la fièvre retombée de Sous-Moulin, il a frappé de plein fouet une équipe à deux doigts de retrouver la LNB. Baptiste Nicot, l’entraîneur, était peut-être le plus abattu. Il y avait tant cru. Difficile d’accabler ses joueurs, revenus à un but de la promotion avant qu’un bref passage à vide ne fasse tout capoter. La faute à pas de chance, à la baraka du portier zurichois, à trop de précipitation, à un contingent miné par les blessures, à quelques décisions arbitrales contestables.

«C’est frustrant. Lors du tour final, on avait écrasé tous nos adversaires à domicile», rappelait le fidèle Adrien Molinié (32 ans), tout aussi affecté. Héroïque, l’ancien pro français a tenu la baraque en défense, mais sans pouvoir réaliser de miracle en attaque. Tenu en échec par Wädenswil, Chênois a raté son coup.

Mais est-ce pour autant un coup d’arrêt? En proie à une immense déception, Baptiste Nicot parlait d’un «élan freiné». «Terminer en tête des deux tours de championnat ne suffit pas pour monter, c’est rageant», s’étranglait-il. Remonté contre le règlement, le jeune technicien bordelais, également coach des M19 genevois, sera-t-il encore là la saison prochaine? Pour répondre à la question, il lui faudra d’abord échapper à l’emprise de ses émotions. Pour Adrien Molinié, un jeune papa engagé récemment aux SIG, le dilemme est d’une autre nature, qui invoque un choix de vie. «Cette défaite est de toute manière un tournant, pour le club comme pour moi et certains joueurs», disait-il.

Des gages d’avenir

Il faut la sagesse du président Simon Aeschbacher pour ne pas céder au découragement et se projeter en avant. «Bien sûr, ce résultat va nous compliquer la vie, reconnaît-il. Il impliquera moins de subventions, une recherche de sponsors plus difficile à concrétiser. Mais franchement, ce n’est pas maintenant qu’il faut lâcher le projet. On n’a rien à reprocher à l’équipe et au staff, ils ont fait du bon boulot cette saison. Notre objectif n’a pas changé. On souhaite mettre Genève sur la carte du handball helvétique et l’installer durablement en ligue nationale, comme l’espère d’ailleurs la Fédération suisse. On est convaincu de ce que l’on fait, on ne va pas s’arrêter sur un échec.» Surtout pas l’année des 50 ans du club!

En poste depuis 2009 – après une promotion «artificielle» et sans lendemain du club en LNA – le Biennois d’origine veut croire que tout est réuni à Genève et dans sa région pour qu’une équipe de qualité s’y développe et qu’elle parvienne enfin à forcer le blocus alémanique. Il y a d’abord l’intense travail de formation effectué par l’Académie Léman Genève, son vivier de talents et ses équipes élite M19 et M17, qui tiennent la dragée haute aux formations d’outre-Sarine. Il y a aussi une communauté d’intérêts qui se manifeste autour de Chênois, la pointe de la pyramide, là où très longtemps a sévi une stérile querelle de clochers. Et puis il y a un engouement populaire qui naît, illustré dimanche par ces gradins de Sous-Moulin en feu. «Imaginez, il y avait près de 800 spectateurs! Je n’avais jamais vu autant de monde», s’émerveille Simon Aeschbacher.

Du pain sur la planche

Ce potentiel sportif et affectif motive le dirigeant à reprendre son bâton de pèlerin et à se remettre à la tâche. «Jeudi, j’ai une première séance de travail pour envisager la suite. Notre projet est en marche, j’espère qu’on sera nombreux à le poursuivre ensemble.» (TDG)

Créé: 14.05.2018, 18h07

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Tunisie: un projet de loi veut que les femmes héritent autant que les hommes
Plus...