Genève prend l’ascenseur avec les jeunes talents

RugbyLe Servette RC a encore fêté une promotion en France cette saison avec, toujours, un fort accent mis sur la formation.

Les Servettiens ont été sacrés champions de France de Promotion d’Honneur en battant, dimanche, le RC Chameyrat sur le score de 48-9.

Les Servettiens ont été sacrés champions de France de Promotion d’Honneur en battant, dimanche, le RC Chameyrat sur le score de 48-9. Image: ÉRIC FRACHON/SHOWMEDIA LIVE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Servette Rugby Club de Genève vient d’enregistrer cinq promotions durant les quatre saisons qui ont suivi sa création et son engagement dans le championnat de France. Un bel élan qui doit favoriser son essor et surtout son secteur de formation.

«Notre club ne grandit pas seulement à travers nos ascensions, mais aussi parce que nous introduisons régulièrement des jeunes issus de notre formation, fidèle à notre philosophie originelle, se félicite le président Marc Bouchet. S’y ajoutent des rugbymen qui travaillent et vivent dans notre bassin régional en sachant que Genève reste un véritable carrefour international. Tous sont amateurs et s’unissent pour que «Notre histoire continue», selon notre devise fondatrice. Mais il faut garder les pieds sur terre.»

Objectif Fédérale 3

La saison prochaine, les Genevois espèrent accéder à la Fédérale 3. «Si nous y parvenons, nous aurons atteint notre premier grand objectif, poursuit Bouchet. La priorité reste au secteur de formation, thème central du Servette RC et qui compte une vingtaine d’éducateurs diplômés. En ces quelques années, un travail formidable a été accompli. C’est ainsi que cette saison, nous avons fourni huit internationaux à notre équipe nationale, neuf au M20 et une vingtaine aux sélections M16, M17 et M18. Une réelle fierté.»

Responsable du secteur de préformation, Gabriel Lignières précise: «L’objectif à trois ans est de passer de 200 à 300 jeunes dans ce secteur. Qui va dans l’ensemble des enfants de 6 ans aux M18. Nous pensons d’abord à l’École de rugby. Nous espérons passer des 65 membres actuels à 150 parmi les jeunes de 6 à 12 ans. Nous voulons aussi augmenter le nombre des M14. Actuellement 43, ils figurent parmi les aspirants à notre Académie, entité formatrice pour nos équipes qui participent au championnat de France au plus haut de leurs niveaux d’âge respectifs.»

Pour les responsables servettiens, il s’agit tout simplement de parvenir à l’autosuffisance. «Par principe, il n’est pas question d’aller chercher des rugbymen en herbe dans d’autres clubs de la région dans quelque catégorie d’âge que ce soit. D’autant qu’ils possèdent eux-mêmes leurs structures. J’ajoute que nous entretenons de bons rapports avec nos voisins», poursuit le responsable. La même philosophie prévaut pour les plus âgés: «Nous n’avons jamais sollicité ceux qui nous rejoignent. C’est tout simplement la perspective de disputer des compétitions de meilleur niveau en France qu’en Suisse qui les attire…»

2000 enfants rencontrés

Le concept original de recrutement des jeunes émules du rugby s’impose depuis la création du Servette RC: «Il s’agit pour nous d’être de plus en plus présents dans les écoles et les maisons de quartier de la région genevoise. Afin d’intéresser les enfants au ballon ovale. Pour ma part, j’en ai déjà rencontré près de deux mille cette année lors de séances d’information. La semence germe. Après les Avanchets, les Grottes et Vernier suivent. Et n’oublions pas que 80% du budget du club est consacré à la formation. Un gros travail auprès de nos partenaires devrait permettre de l’augmenter», explique encore Gabriel Lignières.

(TDG)

Créé: 29.06.2018, 19h28

Nouveaux horizons

Avec ses adjoints Christian Bel et Christian Sauce, Gabriel Lignières a conduit le Servette Rugby Club de Genève à une nouvelle promotion. Attendue? «C’est vrai c’était l’objectif de la saison. Mais rien ne fut vraiment facile, car il me fallut remplacer au pied levé l’entraîneur en chef. Mais heureusement, le groupe était très soudé. En dépit du fait que l’effectif a connu de nombreux mouvements durant l’intersaison. Une trentaine au total. En fait, je ne comptabilisais plus que 45 joueurs pour former deux équipes…»
Le groupe, sain la saison précédente, l’est demeuré. «Nous avons parcouru toute la France du ballon ovale pour parvenir à ce titre. Il faut saisir la joie et la fierté du moment. Sans tomber dans l’euphorie. Dès que l’entraînement va recommencer, une nouvelle saison effacera l’autre. Inévitablement, des changements vont intervenir, pour nous permettre de rivaliser dans notre nouvelle catégorie de jeu.
Il conviendra de conserver notre équilibre. Je suis confiant.»
J.-A.C.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Etude: les Suisses champions du monde pour restituer un portefeuille perdu
Plus...