Geiger brasse ses cartes, Servette déroule, facile

FootballCeux qui avaient le moins de temps de jeu étaient sur le terrain. Les buts tombent tout de même contre Rapperswil.

Cespedes (au centre), félicité par Imeri et Stevanovic après avoir inscrit le 3-0 pour Servette.

Cespedes (au centre), félicité par Imeri et Stevanovic après avoir inscrit le 3-0 pour Servette. Image: ÉRIC LAFARGUE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

D’abord la sensation de vide. Moins d’une semaine après qu’une formidable liesse fut celle de tout un stade, celui-ci est apparu un peu triste. Il fallait s’y attendre: un match sans enjeu, un jeudi soir, des amours passionnées parfois éphémères… Ce Servette, pour sa première sortie en tant que champion, aurait sans doute souhaité une assistance un peu moins clairsemée. Oh, pas même la moitié ou le tiers des 20 000 spectateurs présents vendredi passé, mais un peu plus que les quelque 2612 braves qui étaient au rendez-vous de ce Servette-Rapperswil. Il faut espérer qu’ils se réservent dans un premier temps pour le dimanche 26 mai et ce dernier match, à la Praille, contre Kriens, avec la remise de la coupe du champion en prime. Et puis surtout pour la saison prochaine, en Super League.

Que trois titulaires

En attendant, c’est un match curieux par la force des choses qui a commencé sur un faux rythme. Impossible d’en vouloir aux Grenat. Pour avoir déjà touché le sublime vendredi passé contre Lausanne, ils pouvaient bien s’accorder cette respiration. Alain Geiger avait de plus décidé de brasser un peu ses cartes, pour offrir du temps de jeu à ceux qui en ont moins eu cette saison.

Des titulaires habituels, il ne restait que Sauthier, Rouiller, Cognat et Stevanovic. Sept «nouveaux» débutaient donc la partie. Mais passé quelques minutes pour trouver les repères et les automatismes, ce Servette-là s’est fait un point d’honneur à démontrer que les qualités du banc sont également présentes. Pour tout dire, on s’en doutait: cette saison, les entrées en jeu des remplaçants – des «entrants» aime à corriger Alain Geiger – ont souvent été percutantes voire décisives, à l’image de Chagas. Simplement, avec autant de changements, tout se compliquait un peu.

C’est normal. Tout au long de la saison s’est dégagé un onze de base, avec encore trois ou quatre joueurs pouvant apporter leurs talents, plus ponctuellement. Au-delà, et c’est naturel, Servette perd un peu en consistance. Ce match l’a confirmé. Il a rappelé à certains le travail à fournir pour hisser encore le niveau. Il a montré que Chagas est peut-être un remplaçant de luxe, mais que c’est sans doute son meilleur rôle, pour lui et pour l’équipe, malgré son but.

C’est l’inévitable Stevanovic qui a placé Servette sur les bons rails. À la 41e d’abord pour le 1-0 (centre de Follonier). À la 47e ensuite pour le 2-0 (centre de Cognat): deux têtes bien senties, avant que tout ne s’accélère. Un missile de Cespedes, une tête de Rouiller et c’était 4-0 à la 53e minute déjà. On rappelle que les Saint-Gallois luttent toujours contre la relégation. La fin de la partie a été plus improbable. Avec deux buts de Turkes et au milieu une réussite de Chagas. Avec un ultime but de Teixeira pour un 5-3 un peu surréel et surtout le fruit d’une forme de déconcentration servettienne.

Avec plus de sérieux, les Grenat auraient pu marquer bien d’autres buts et surtout s’éviter ceux marqués par Rapperswil. Mais est-ce bien important? Devant son public, cette seconde période a commencé comme un festival et la victoire acquise a conduit à un hourra football même pas désagréable à regarder.

Servette aura dominé le championnat même avec ses remplaçants. Le symbole d’une supériorité sans appel.


Les réflexions de l’entraîneur

Il voit son groupe tous les jours ou presque à l’entraînement: il sait pourquoi certains sont titulaires et d’autres moins. Alain Geiger avait décidé de donner du temps de jeu aux moins bien lotis dans ce domaine. Il l’a fait en notant bien ce qui se passait. Plus d’imprécisions, des confirmations ou pas. «On a pu voir pourquoi nous avions un onze de base, voire 14 ou 15 joueurs au total pour former ce onze et que ceux-là sont plus proches d’être titulaires que d’autres», expliquait-il. Ici aucune maladresse, de la simple logique. Qui n’enlève rien au talent ou au potentiel de ceux qui ont commencé contre Rapperswil. «Il y avait beaucoup de changements, c’est vrai et ce n’était pas simple de trouver les automatismes au début, poursuivait l’entraîneur. Mais malgré ça, l’équipe a bien joué.» Il sait bien que son groupe entier est de qualité. Mais au moment de penser à la Super League, tout le monde ne pourra pas rester. Et c’est aussi ce qui se joue par-delà cette facile victoire. D.V.

Créé: 16.05.2019, 23h22

Servette - Rapperswil 5-3 (1-0)

Stade de Genève, 2612 spectateurs.
Arbitre: M. Schärly.
Buts: 41e Stevanovic 1-0; 47e Stevanovic 2-0; 50e Cespedes 3-0; 53e Rouiller 4-0; 57e Turkes 4-1; 70e Chagas 5-1; 78e Turkes 5-2; 88e Teixeira 5-3.
Servette: Kiassumbua; Sauthier (46e Imeri), Mfuyi, Rouiller, Sarr; Cespedes, Cognat (60e Duah); Stevanovic (60e Kone), Antunes (68e Wüthrich), Follonier; Chagas.
Rapperswil: Yanz; Gütensperger (68e Marinkovic), Schmied, Thiesson, Elmer; Rohrbach; Shabani (62e Haile-Selassie), Pasquarelli (50e Rexhepi), Kubli, Teixeira; Turkes.
Avertissements: 33e Teixeira (jeu dur); 77e Imeri (jeu dur).

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le conseil d'Etat genevois décrète l'urgence climatique
Plus...