Galères et record pour les Genevois du Dakar

Rallye-raidAlors que le motard Hugo Lopes a la voix cassée après son abandon, le pilote auto Rémy Vauthier fait le spectacle sur les pistes du Pérou.

L’architecte genevois Rémy Vauthier se régale à bord de son buggy Optimus. Et il peut être fier de ses performances.

L’architecte genevois Rémy Vauthier se régale à bord de son buggy Optimus. Et il peut être fier de ses performances. Image: DR

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Tout les sépare. L’un s’est lancé dans l’aventure à moto, sans assistance, avec un budget mini qu’il n’a d’ailleurs pas encore bouclé. Sacré défi! L’autre en est à sa deuxième expérience sur quatre roues, cette fois aux commandes d’un buggy Optimus presque fait sur mesures, avec un coéquipier expérimenté, une assistance professionnelle. Sacrée envie!

Tout les sépare… sauf les difficultés d’une course qu’on annonçait dense, mais dont on n’imaginait pas qu’elle serait aussi difficile pour les hommes et les machines. Hugo Lopes, l’instituteur de Cressy, a abandonné lors de la quatrième étape: «C’était dur, oui, mais pas pire que ce que j’attendais. Si ce n’est le «fech-fech»; ce fut terrible en ce début de quatrième étape et la moto, déjà fragilisée, n’a pas supporté. J’ai de la peine à trouver les bons mots pour dire ma déception. Tout ce travail, tout le soin apporté à la préparation de la machine et malgré cela, le moteur a «avalé» du sable. Enfin, du sable, c’était une véritable farine, ça entrait partout.» Hugo Lopes, c’est certain, va avoir besoin de quelques jours pour se remettre de la déception. Restera le souvenir de la 2e étape, 85e temps, son vrai niveau. Mais voilà, le Dakar est ainsi. Sans pitié pour les riches, encore moins pour les pauvres…

Il dépasse 100 concurrents

Le sourire, maintenant: «À côté de ce qu’on a vécu lors de l’étape marathon, l’enfer, c’est le Club Med!, raconte Rémy Vauthier. Le «fech-fech» forme des dunes d’une vingtaine de mètres, peu pentues évidemment, mais très compliquées à passer. Ceux qui ont dû descendre de leur voiture disent qu’ils en avaient jusqu’en dessus des genoux. Mon Optimus fait chasse-neige, des vagues nous submergent, il fait nuit pendant plusieurs secondes.» L’architecte genevois est une des révélations de cette première moitié de course: sans une très lourde pénalité (3 h 20), il aurait même pointé à la 18e place au moment du repos, à Arequipa: «Il y a bien sûr un peu de frustration pour cette erreur de navigation, mais elle est compensée en partie puisque, le lendemain – le résultat de la spéciale du jour donne l’ordre des départs de l’étape suivante – nous avons battu un record de l’histoire du Dakar, en remontant plus de 100 concurrents!»

Parti 126e, le buggy jaune a signé, ce jour-là, le 19e chrono, comme dimanche! «On s’est levés à 3 heures du matin. Si le sable était de la neige, on serait à Avoriaz! Pour la première fois du rallye, on est restés bloqués dans une «baignoire Loeb» – une immense cuvette qui suit une dune cassée. Grâce à la dextérité de Pascal Larroque, mon équipier, on s’en est sorti en moins d’une demi-heure», ajoute Rémy Vauthier, revenu en 23e position au classement général.


Point GPS

Le Vaudois Nicolas Brabeck-Letmathe qui tourne en rond pendant 45 minutes, Vauthier pénalisé de plus de 3 heures pour en avoir manqué un, Sébastien Loeb pas content du tout: on a beaucoup parlé de points GPS cette première semaine. Quèsaco? Chaque véhicule est équipé d’une installation GPS qui utilise le système des points de cheminement (way points). Il y en a plusieurs chaque jour, pour assurer la sécurité, mais aussi pour contrôler que les concurrents respectent l’itinéraire. Une alarme (signal) retentit lorsqu’on se trouve à 800 mètres de l’un de ces points; il faut ensuite «l’accrocher», soit le valider en passant à 90 mètres dudit point lorsque c’est un contrôle de sécurité et à 200 mètres lorsqu’il s’agit d’un contrôle «masqué»… fait pour démasquer les éventuels amateurs de raccourcis.

Créé: 14.01.2019, 21h37

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.