Ephémère héros national, Bellier cherche à rebondir

Tennis Le Genevois avait porté la Suisse en Coupe Davis. Depuis, tout n’a pas tourné rond. Il veut se relever.

Antoine Bellier, lors du match de Coupe Davis entre la Suisse et les Etats-Unis.

Antoine Bellier, lors du match de Coupe Davis entre la Suisse et les Etats-Unis. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Par un beau dimanche de fin d’été, il s’était invité dans les foyers helvétiques avec le costume de héros national. Le 18 septembre, Antoine Bellier avait permis à la Suisse de conserver sa place dans le Groupe mondial de Coupe Davis. Une victoire épique contre l’Ouzbek Jurabek Karimov l’avait placé sous les feux des projecteurs. Six mois plus tard, le grand blond n’a rien oublié de cet éphémère instant de gloire. «Cela a été un moment clé de ma carrière, mais j’espère bien que ce ne sera pas le seul, au final, confie-t-il, tranquillement installé sur une terrasse de Rive. Il ne faut pas s’arrêter là-dessus, mais continuer de bosser, d’avancer…»

Le garçon, qui semble avoir pris du muscle et gagné en maturité (ses phrases sont plus longues, son discours est posé), a d’ailleurs eu le temps de passer à autre chose. Primo car il n’est pas du genre à ressasser le passé, fût-il heureux. Deuzio car pas mal d’eau a coulé sous les ponts depuis lors. Si l’on excepte deux quarts de finale en Future, en Israël et au Portugal, le Genevois, aujourd’hui 588e à l’ATP, n’est en effet pas parvenu à rester dans la bonne dynamique. «Mon début de saison n’a jusqu’ici pas correspondu à mes attentes, reconnaît-il franchement. Il n’y a rien eu de top et des questionnements ont surgi, forcément. Lorsque les résultats ne viennent pas malgré la grosse préparation hivernale, tu en viens à te demander si tu travailles bien, si tu es dans le juste. Et autour de toi, tu entends des choses qui ne font pas toujours plaisir.»

«Trouver ce qui coince»

Antoine Bellier (20 ans) ne le dira pas ainsi, mais il a parfois eu besoin de se «botter les fesses». De se pousser encore plus. Avec l’appui d’une aide extérieure pour ce qui est de l’aspect mental. «Il y a des choses dont tu peux parler avec tes coaches ou ta famille. Pour d’autres, il faut l’écoute d’une autre personne. Etant de nature réservée, je trouve ça important. Il faut trouver ce qui «coince» pour surmonter les moments moins évidents. Sur un plan personnel, cela m’a fait du bien de m’ouvrir, de pouvoir exprimer mon ressenti.»

Bien qu’il n’ait pas digéré le revers connu d’entrée lors de «son» tournoi Future au Country Club au mois de février, l’élégant gaucher, par ailleurs membre du Team Genève, s’estime désormais sur la bonne voie. Prêt à remonter la pente. «Je veux évoluer, encore et toujours, reprend-il. Pour 2017, je ne me suis pas fixé d’objectif en termes de classement, car je préfère raisonner quant à mon niveau de jeu, quant à la qualité de mon tennis. Après, si tout se passe bien, le reste suit.»

Le Geneva Open, un rêve

Ces trois prochaines semaines, c’est à Doha que «Tonio» reprendra la raquette pour tenter de grimper de nouveaux échelons dans la hiérarchie mondiale. En s’investissant encore plus que par le passé. «L’an dernier, j’ai réellement pris conscience de l’importance que prennent les détails dans une carrière. Je savais que c’était dur, mais je n’avais peut-être pas mesuré combien il s’agit d’être précis, pointu, pointilleux même, dans tous les compartiments.» Les soins, la nourriture, le sommeil; le joueur de Coupe Davis a modifié quelques habitudes. Il n’est certes pas passé au (très à la mode) régime sans gluten, mais il fait un peu plus attention à certaines choses. «Parce que les places deviennent chères sur le circuit», résume-t-il. Et aussi car il n’espère pas devoir écumer les Future durant trois saisons. «Honnêtement, je ne me vois pas évoluer encore à 24 ans sur ces épreuves-là. Je ne me le souhaite pas, en tout cas.»

Sous-entendu: s’il ne «tape» pas plus haut d’ici là, il rangera sa raquette. Mais il n’en est pas encore à penser à cela. Au contraire. Pour s’être régulièrement entraîné avec quelques-uns des meilleurs joueurs du monde (Federer, Wawrinka, Monfils, Tsonga…), Bellier a pu recevoir de précieux conseils. «Entendre différents avis, différents discours est encourageant. Tu peux prendre ce que tu veux et laisser de côté ce que tu ne veux pas. Ça ne peut que m’aider.»

Ces prochains mois, le gaucher aura à cœur de transposer en match ce qu’il éprouve depuis quelques semaines à l’entraînement. Avec un petit rêve au passage: celui de recevoir une invitation pour le prochain Geneva Open. «Ce serait effectivement un «kiff» de pouvoir disputer un tournoi ATP à la maison», sourit-il.

Et peut-être qu’à force, les foyers helvétiques ne seront plus surpris de le voir s’inviter chez eux.

(TDG)

Créé: 30.03.2017, 15h21

Articles en relation

Antoine Bellier sauve la Suisse

Tennis Le Genevois de 19 ans a eu le redoutable honneur de disputer un cinquième match décisif à Tachkent en Coupe Davis. Plus...

Bellier et Nikles ont pris goût à la Coupe Davis

Tennis Les deux Genevois se sont envolés pour Tachkent. Ils évoquent leur première sélection et confient leurs motivations. Plus...

Bellier et Nikles, deux Genevois appelés en Coupe Davis

Tennis Vainqueurs des Interclubs avec le TC Genève à la mi-août, les deux potes défendront les couleurs suisses en Ouzbékistan. Plus...

Lokoli stoppe Bellier

Tennis Le Genevois a bataillé hier au tournoi Future de Collonge-Bellerive. En vain Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'affaire Maudet inquiète jusqu'à Berne
Plus...