Passer au contenu principal

Lara Gut, fer de lance du ski alpin en Russie

Pour la première fois en lice aux Jeux, la Tessinoise Lara Gut peut convoiter jusqu'à quatre médailles. Patrick Küng et Didier Défago seront les leaders côté masculin.

Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Keystone
Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Keystone
Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Les Suisses en lice en ski alpin aux Jeux Olympiques de Sotchi.
Keystone
1 / 21

Lara Gut sera la figure de proue des Suisses en ski alpin aux JO de Sotchi. Pour la première fois en lice aux Jeux, la Tessinoise peut, si tout se passe bien, convoiter jusqu'à quatre médailles.

Descente, super-G, géant, voire même super-combiné: telles sont les quatre cartes qu'abattra la fille de Comano en Russie. Avec, à chaque fois, un statut de candidate au podium. Mais rien n'est évidemment gagné d'avance. La skieuse de 22 ans est certes capable de signer les plus beaux coups d'éclat -comme ses cinq victoires glanées cet hiver en Coupe du monde-, mais elle n'est pas non plus à l'abri de gros couacs.

Reste que si Lara Gut trouve à Sotchi un tracé qui lui convient (le plus technique possible), ainsi qu'une neige adéquate (verglacée de préférence), elle pourrait frapper très fort. Car même si elle ne connaît pas l'atmosphère propre aux JO -une blessure à la hanche l'avait privée des joutes de Vancouver en 2010-, la Tessinoise n'est pas du genre à se dégonfler lors des grands rendez-vous.

Ses trois médailles d'argent lors de différents Mondiaux sont là pour l'attester.

Kaufmann-Abderhalden outsider

Lara Gut n'est toutefois pas la seule à lorgner les podiums à Sotchi. Et même si la superstar Lindsey Vonn (EU) est forfait pour cause de blessure à un genou, les places seront très chères sur les podiums entre les Maria Hölf-Riesch (All), Tina Weirather (Lie), Anna Fenninger (Aut), Tina Maze (Sln), Mikaela Shiffrin (EU), Elisabeth Görgl (Aut) et autres Marlies Schild (Aut).

Le nom d'une autre Suissesse peut être ajouté à cette liste, celui de Marianne Kaufmann-Abderhalden. Grâce à d'inattendus progrès techniques, la St-Galloise s'est installée parmi les ténors de la descente. Avec trois podiums cette saison dont une victoire, «MKA» a gagné un statut de sérieuse outsider pour l'épreuve reine, programmée le mercredi 12 février.

Le clan helvétique peut également compter sur Dominique Gisin (descente super-G) et Wendy Holdener (slalom). Deux filles qui n'ont pas réussi à accrocher le podium cette saison, mais qui semblent capables de se sublimer le jour J.

Ne pas enterrer Défago

Chez les messieurs, les Suisses n'ont pas un leader de la trempe de Lara Gut. Ils ne sont toutefois pas à plaindre. Avec Patrick Küng, ils disposent de l'un des meilleurs spécialistes actuels de la vitesse avec, cet hiver, des victoires tant en super-G (Beaver Creek) qu'en descente (Wengen).

Comment ne pas citer également Didier Défago parmi la liste des papables aux médailles? Le Valaisan de 36 ans a encore une fois prouvé qu'il ne fallait jamais l'enterrer, lui qui vient de s'adjuger le super-G de Kitzbühel. En ouverture des Jeux le dimanche 9 février, le skieur de Morgins défendra également son titre olympique en descente de Vancouver, un doublé qu'aucun coureur n'a jamais réussi à faire dans l'histoire des Jeux.

Lui aussi tenant du titre, mais en géant, Carlo Janka n'est pas encore revenu à son meilleur niveau. Reste qu'après deux années de galère, le Grison affiche de nets progrès cette saison. Il est impossible, du coup, de l'écarter de la liste des outsiders. Tout comme d'ailleurs Beat Feuz.

Lutte entre générations

Même s'il manque cruellement de compétition, la faute à un genou en piteux état, le Bernois sera aussi à surveiller de près. Le skieur de l'Emmental a l'avantage d'apprécier la piste dessinée par Bernhard Russi, lui qui, lors des tests olympiques en 2012, avait remporté la descente et pris la 2e place du super-combiné.

De manière générale, ses Jeux s'annoncent comme une lutte entre générations. Avec d'un côté les anciens, ceux qui ont déjà eu l'honneur (parfois à plusieurs reprises) d'un podium olympique, soit les Aksel Lund Svindal (No), Bode Miller (EU) et autres Ted Ligety (EU).

Et avec de l'autre côté, les jeunes Marcel Hirscher (Aut) ou Felix Neureuther (All), voire très jeunes Alexis Pinturault (Fr) ou Henrik Kristoffersen (No), bien décidés à décrocher leurs premières médailles aux Jeux.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.