Passer au contenu principal

Dario Cologna: «Ma plus grande victoire»

A chaud, le Grison a fait allusion à sa grave blessure survenue il y a trois mois. Sur Twitter, ils sont nombreux à saluer cet immense champion.

Patrizia Kummer a été éliminée samedi dès les 8es de finale du slalom parallèle.
Patrizia Kummer a été éliminée samedi dès les 8es de finale du slalom parallèle.
Keystone
La Vaudoise Fanny Smith a commis une faute irréparable en demi-finale du skicross (21 février).
La Vaudoise Fanny Smith a commis une faute irréparable en demi-finale du skicross (21 février).
Keystone
Le bâtiment de l'équipe Suisse dans le village olympique de montagne Derevnya à Rosa Khutor Alpine Resort. (1er février).
Le bâtiment de l'équipe Suisse dans le village olympique de montagne Derevnya à Rosa Khutor Alpine Resort. (1er février).
Keystone
1 / 100

«Incroyable!». Tel est le premier mot qui est venu à la bouche de Dario Cologna à l'heure de son interview à chaud dans la zone d'arrivée à Sotchi, après son triomphe sur le skiathlon 30 km. «C'est une grande victoire, peut-être la plus grande de ma carrière.»

D'un calme olympien, Dario Cologna s'est montré beaucoup plus posé à l'heure de la conférence de presse devant les médias internationaux. Le Grison a été bombardé de questions sur son incroyable retour après sa blessure à la cheville. Il y a 88 jours exactement, il se faisait opérer, au cours d'une intervention qui a duré une heure et demie.

Les observateurs ont été bluffés par la rapidité de son retour en forme. Mais Cologna a son explication: «J'avais une excellente condition avant de ma blessure. Jamais je ne m'étais aussi bien préparé (durant le printemps et l'été).» Il refuse donc de parler de miracle.

Ce faisant, le Grison rejoint son entraîneur, Guri Hetland. La Norvégienne avait estimé récemment qu'il aurait ses chances à Sotchi, car Cologna avait eu le temps avant sa blessure de se «forger une caisse» -base d'endurance- grâce à son entraînement estival intensif.

Restait à gérer la dimension psychologique, sachant qu'il n'est jamais facile de rester serein et confiant quand on est en rééducation et que les autres foncent en Coupe du monde.

«Prêt à souffrir»

Le double champion olympique a bien précisé que son retour n'avait été possible que par le passage d'étapes obligatoires.

Ainsi, il a repris la musculation à Macolin sur un appareil spécial puis surtout le 19 décembre, il est remonté sur les skis, installé sur un étrange escabeau lui permettant d'avancer uniquement par la force des bras sans solliciter son membre inférieur blessé.

«Moralement, j'étais prêt à souffrir», assure le champion du monde du skiathlon. Il ne s'est pas ménagé lors des courses de Chamonix ou à l'occasion des Championnats de Suisse à Leysin. Ce travail a fini par payer. Il a été capable de résister au Suédois Marcus Hellner dans un sprint final ébouriffant.

«Honnêtement, je ne l'ai pas vu. J'avais beaucoup d'espaces autour de moi. Je n'ai pas vraiment douté une fois que j'avais pris la tête après la dernière montée. Au final, je peux dire que ma cheville a bien tenu si je me fie aux résultats (rires).»

Le Grison s'est trouvé un peu passif sur la première partie en classique. «J'étais assez bien placé après 15 km. Ensuite, c'est devenu beaucoup plus dynamique dans la partie en style libre. Je savais que tout allait se jouer dans la dernière montée. Je devais être bien positionné avant de l'aborder.

Six courses au programme

Cologna estime qu'il a terminé beaucoup plus fatigué cette fois qu'à l'arrivée à Val di Fiemme lors de son titre mondial la saison dernière sur la même distance. «Après une victoire, c'est plus facile de récupérer. Je vais tenter de briller dès mardi lors du sprint.»

Le champion olympique n'est pas prêt d'être rassasié. Il veut mordre à pleines dents dans le programme olympique. Il se sent prêt pour l'instant à disputer toutes les courses. Une première pour le Grison. Jamais il ne s'est attelé à un tel programme dans un grand rendez-vous.

Après le sprint mardi, il entend enchaîner avec le 15 km vendredi, le relais 4 x 10 km dimanche en compagnie notamment de Curdin Perl (27e du skiathlon) et de Jonas Baumann (29e), le sprint par équipes avec son frère Gianluca le mercredi 19 et pour finir le 50 km le dernier dimanche.

Les réactions sur Twitter:

(si)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.