Passer au contenu principal

Les bobeurs suisses veulent effacer Vancouver

Les signes avant-coureurs sont plutôt encourageants. Beat Hefti possède de grandes chances de décrocher une médaille pour la première fois au poste de pilote.

Les bobeurs suisses en lice à Sotchi.
Les bobeurs suisses en lice à Sotchi.
Keystone
Les bobeurs suisses en lice à Sotchi.
Les bobeurs suisses en lice à Sotchi.
Keystone
Après des années fastes grâce à Maya Pedersen (or aux JO 2006) et Gregor Stähli (bronze en 2002 et 2006), le skeleton suisse est retombé dans l'anonymat. Si bien qu'aux Jeux de Sotchi, seule Marina Gilardoni sera de la partie.
Après des années fastes grâce à Maya Pedersen (or aux JO 2006) et Gregor Stähli (bronze en 2002 et 2006), le skeleton suisse est retombé dans l'anonymat. Si bien qu'aux Jeux de Sotchi, seule Marina Gilardoni sera de la partie.
Keystone
1 / 9

Voilà quatre ans à Vancouver, le bob suisse avait touché le fond. Pour la première fois depuis 1964 à Innsbruck, aucun concurrent helvétique n'était monté sur le podium. C'est sans doute grâce à Beat Hefti que le bob suisse n'a pas disparu des radars après le désastre de Vancouver.

Avec des succès aux Championnats du monde et d'Europe et en Coupe du monde, l'Appenzellois a rappelé que la Suisse existait toujours. Il y a une année lors des Championnats du monde à St-Moritz, il avait comblé le dernier trou de son palmarès en décrochant l'argent en boblet. Pour la première fois dans un Mondial, il était monté sur le podium comme pilote et plus comme pousseur.

Hefti rêve désormais de prendre place sur un podium olympique comme pilote. Il voudrait compléter sa collection de trois médailles de bronze collectées sous le drapeau aux cinq anneaux comme pousseur.

Tranquille comme Hefti

La piste de Sotchi lui plaît. La preuve, Hefti avait remporté en février dernier l'épreuve Coupe du monde organisée en Russie. Le canal de Sanki convient nettement mieux à ses capacités que celui de Whistler en 2010.

Hefti est devenu plus tranquille et serein. La naissance de ses deux filles et la bonne ambiance qui règne dans son équipe malgré les blessures l'expliquent. La bonne compréhension avec l'entraîneur national, le Français Eric Alard est également primordiale.

A 36 ans, Hefti reste encore compétitif dans la phase de départ. Il possède plus de choix dans la désignation de son freineur depuis l'ascension d'Alex Baumann. Et avec Ivo Rüegg comme chef sportif, il a quelqu'un qui a vécu la débâcle de Vancouver de l'intérieur et qui sait quelles erreurs il ne faut pas commettre.

Attention aux Allemands

Les autres bobeurs suisses devront compter sur un exploit à Sotchi pour se mêler à la lutte pour les médailles. Rico Peter, qui ne s'alignera que dans le bob à deux, disputera ses premiers Jeux.

Fabienne Meyer, qui vient de remporter sa première course Coupe du monde, a les moyens de faire mieux que sa 10e place à Vancouver. Caroline Spahni, qui s'est classée 12e il y a quatre ans comme pousseuse, a fait des progrès depuis. Normalement pour ces trois-là, Sotchi constitue le point final de leur carrière sportive.

Les plus sérieux rivaux pour la course aux médailles seront le Russe Alexander Zubkov, l'Américain Steve Holcomb, le Letton Oskars Melbardis, ainsi que les Canadiens et les Allemands.

Ces derniers avec le champion du monde de boblet, Francesco Friedrich, le champion du monde de bob à quatre, Maximilian Arndt et l'expérimenté Thomas Florschütz, possèdent trois pilotes capables de monter sur le podium.

si

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.