Trahi par ses chaussures, Ammann rate ses adieux

Saut à skiSimon Ammann est passé à côté du dernier concours olympique de sa carrière. Le St-Gallois n'a pu faire mieux que 23e sur le grand tremplin à Sotchi.

Ces Jeux olympiques étaient les derniers pour Simon Ammann.

Ces Jeux olympiques étaient les derniers pour Simon Ammann. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Simon Ammann est apparu complètement effondré à l'issue du concours au grand tremplin des JO Sotchi, à l'issue duquel il a sombré au 23e rang. «Trois ans de préparation pour ça...», a-t-il lâché, des larmes plein les yeux.

«Je pense que j'étais l'un des athlètes les mieux préparés pour ces Jeux. Et je crois vraiment que j'aurais pu être parmi les sauteurs capables de rivaliser avec Kamil Stoch (réd: double champion olympique à Sotchi). Mais hélas, un maillon dans la chaîne du succès s'est cassé», a-t-il relevé. Le sauteur du Toggenburg a ainsi expliqué qu'il avait connu de gros problèmes de matériel, avec ses chaussures plus précisément.

«J'avais déjà remarqué que quelque chose clochait lors de la dernière étape de Coupe du monde avant les Jeux (réd: 33e et 25e à Willingen/All), que je n'avais plus un bon feeling. Nous avons alors essayé d'avoir de nouvelles chaussures. Mais comme le manufacturier a le monopole, cela n'a pas été possible de s'en procurer à temps», a-t-il raconté.

«J'ai bien essayé de trouver des solutions pour les Jeux, mais rien n'y a fait. C'est vraiment très dur à accepter», a-t-il ajouté entre deux sanglots, six jours après avoir déjà vécu un calvaire sur le petit tremplin (17e).

Très affecté

Intouchable quatre ans plus tôt aux Jeux de Vancouver grâce notamment à une fixation révolutionnaire, Simon Ammann s'est retrouvé, cette fois-ci, parmi les grands perdants de cette «guerre» du matériel.

«Je me suis senti totalement désarmé, sans solution. C'est frustrant pour quelqu'un comme moi, qui travaille dans la précision, qui veut que tout soit toujours parfait», a-t-il relevé. «Les gens ne se rendent pas compte de ça. Ils voient que l'on saute tout à coup moins loin, mais sans vraiment comprendre que c'est à cause de petits détails qui parfois nous échappent», a-t-il continué.

Très affecté, le St-Gallois de 32 ans n'a pas trouvé de consolation en repensant à son glorieux palmarès. «Actuellement, mes quatre titres olympiques (réd: doublés à Vancouver en 2010 et à Salt Lake City en 2002) ne me sont d'aucun secours. Je suis un athlète et je vis pour le moment présent», a-t-il expliqué, ne donnant pas de précision sur la suite qu'il allait donner à sa carrière.

Kamil Stoch, digne successeur

Le quadruple champion olympique a même été devancé par le deuxième Helvète en lice sur le site de Russki Gorki, Gregor Deschwanden.

Le Lucernois a pu croire en un impensable exploit, lui qui pointait au 6e rang à l'issue de la première manche après avoir atterri à 134,5 mètres. Il redescendait cependant sur terre en finale, reculant à la 14e place finale après s'être contenté d'un saut à 123 mètres.

Déjà sacré sur le petit tremplin dimanche dernier, Kamil Stoch a remis ça. Le Polonais de 26 ans s'est imposé grâce à des sauts de 139 et 132,5 mètres, devenant le troisième sauteur à signer le doublé petit tremplin/grand tremplin dans des Jeux après Simon Ammann et le Finlandais Matti Nykänen (1988).

Leader de la Coupe du monde, Kamil Stoch a privé le médaillé d'argent d'un énorme exploit. Deuxième avec seulement 1,3 point de retard, Noriaki Kasai est en effet âgé de 41 ans. Il s'offre tout de même sa deuxième médaille olympique, vingt ans après avoir conquis l'argent du concours par équipes à Lillehammer. Le bronze est revenu au Slovène Peter Prevc, deuxième à Sotchi sur le petit tremplin.

(Si/nxp)

Créé: 15.02.2014, 22h55

Simon Ammann trahi par ses chaussures

Simon Ammann est apparu complètement effondré à l'issue du concours au grand tremplin des JO Sotchi, à l'issue duquel il a sombré au 23e rang. «Trois ans de préparation pour ça...», a-t-il lâché, des larmes plein les yeux.

«Je pense que j'étais l'un des athlètes les mieux préparés pour ces Jeux. Et je crois vraiment que j'aurais pu être parmi les sauteurs capables de rivaliser avec Kamil Stoch (réd: double champion olympique à Sotchi). Mais hélas, un maillon dans la chaîne du succès s'est cassé», a-t-il relevé. Le sauteur du Toggenburg a ainsi expliqué qu'il avait connu de gros problèmes de matériel, avec ses chaussures plus précisément.

«J'avais déjà remarqué que quelque chose clochait lors de la dernière étape de Coupe du monde avant les Jeux (réd: 33e et 25e à Willingen/All), que je n'avais plus un bon feeling. Nous avons alors essayé d'avoir de nouvelles chaussures. Mais comme le manufacturier a le monopole, cela n'a pas été possible de s'en procurer à temps», a-t-il raconté. «J'ai bien essayé de trouver des solutions pour les Jeux, mais rien n'y a fait. C'est vraiment très dur à accepter», a-t-il ajouté entre deux sanglots, six jours après avoir déjà vécu un calvaire sur le petit tremplin (17e).

Intouchable quatre ans plus tôt aux Jeux de Vancouver grâce notamment à une fixation révolutionnaire, Simon Ammann s'est retrouvé, cette fois-ci, parmi les grands perdants de cette «guerre» du matériel. «Je me suis senti totalement désarmé, sans solution. C'est frustrant pour quelqu'un comme moi, qui travaille dans la précision, qui veut que tout soit toujours parfait», a-t-il relevé. «Les gens ne se rendent pas compte de ça. Ils voient que l'on saute tout à coup moins loin, mais sans vraiment comprendre que c'est à cause de petits détails qui parfois nous échappent», a-t-il continué.

Très affecté, le St-Gallois de 32 ans n'a pas trouvé de consolation en repensant à son glorieux palmarès. «Actuellement, mes quatre titres olympiques (réd: doublés à Vancouver en 2010 et à Salt Lake City en 2002) ne me sont d'aucun secours. Je suis un athlète et je vis pour le moment présent», a-t-il expliqué, ne donnant pas de précision sur la suite qu'il allait donner à sa carrière.

Articles en relation

Simon Ammann battu et abattu

Saut à ski Le Polonais Kamil Stoch remporte le titre de champion olympique sur petit tremplin en saut à ski. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La révolte des gilets jaunes
Plus...