Passer au contenu principal

PortraitSon sacre a été mis à mal par le Covid

Le bâtonnier Philippe Cottier n’a pas eu droit au rituel d’entrée. Il n’en a cure.

Philippe Cottier: «Je ne suis pas un homme de discours.»
Philippe Cottier: «Je ne suis pas un homme de discours.»
Laurent Guiraud

Le Covid a eu raison du sacre ce printemps du bâtonnier de l’Ordre des avocats de Genève (ODAGE). Me Philippe Cottier a fait l’impasse sur son discours d’intronisation à l’assemblée générale. Il a aussi dû renoncer à la traditionnelle prise de parole et aux flots d’hommages durant la soirée annuelle, annulée. Le patron des avocats clôt vite le débat: «Pas grave, je ne suis pas un homme de discours mais d’action.» Une conclusion à l’image de son physique, carré et rassurant. Il nous parle tout en faisant tournoyer son stylo dans la main. Ses phrases sont courtes. Parfois déroutantes («je ne lis pas de romans, je n’ai pas le temps»). Souvent chaleureuses («j’aime les gens, je crois à la chimie des corps»).

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.