Passer au contenu principal

«Mon Petit Poney» l’idole des jeunes… adultes

Un dessin animé pour petites filles fait des émules chez les 20-30 ans, majoritairement des hommes. Le fan répond au nom de brony. Décryptage avec trois bronies Genevois.

Melissa Barroso, Andres Lizano et Nathan Chauvet. Les «bronies», des fans adultes de la série Mon petit poney destiné aux fillettes.
Melissa Barroso, Andres Lizano et Nathan Chauvet. Les «bronies», des fans adultes de la série Mon petit poney destiné aux fillettes.
Olivier Vogelsang

Ils ont entre 20 et 30 ans, sont majoritairement des hommes et se donnent rendez-vous chaque semaine pour voir le nouvel épisode de leur série préférée. Mais il ne s’agit ni de Breaking bad, ni de Texas Rangers, ni même du journal du Hard. Leur péché mignon? My Little Pony: Frienship is magic ou Mon petit poney: les amies c’est magique pour la version française. Le dessin animé, qui fait la promotion des jouets en plastique du même nom, est initialement destiné aux petites filles. Notez encore que les fans se sont donné le nom de «bronies» («brony» au singulier), soit un mot issu de la contraction entre «bro» (diminutif de «brothers», servant à désigner de manière infiniment cool un ami proche) et le «ny» de pony.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.