Tout savoir sur le phénomène Dunant

Biographie Labor et Fides édite une version neuve du livre de Corinne Chaponnière. Interview.

Henry Dunant par H. Munzinger.

Henry Dunant par H. Munzinger. Image: BIBLIOTHÈQUE DE GENÈVE

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Éditer ce livre à Genève chez Labor et Fides a du sens, nous apprend son auteur Corinne Chaponnière. Henry Dunant était un chrétien convaincu, un protestant qui réussit à fédérer de tout petits groupes de jeunes gens pour en faire l’Alliance universelle des unions chrétiennes de jeunes gens. C’est l’une des réussites de sa vie, après la création du mouvement de la Croix-Rouge».

Paru en 2010 en France dans une première version non illustrée, «Henry Dunant, la croix d’un homme» s’est refait une beauté chez Labor et Fides.

Reste-t-il des mystères à percer au terme de ce travail monumental? Il y en a un. C’est le visage de Léonie Kastner, cette amie dévouée d’Henry Dunant dont j’ai cherché l’effigie absolument partout et sans succès. Je me suis résolue à placer dans le livre le portrait d’une princesse de Bavière avec laquelle Dunant l’avait comparée. Bien sûr je donnerai n’importe quoi pour lire leurs lettres, afin de pouvoir mesurer leur degré d’intimité. Au vu des sources à disposition, je ne suis pas du tout convaincue qu’ils aient été amants. Il était plutôt son chevalier servant. Dunant fut comme Henri-Frédéric Amiel, auquel je m’intéresse actuellement, un célibataire endurci.

Quel est le secret de ses réussites et de ses échecs? Voir grand, pour chacun de ses projets. Quand c’est réussi, on appelle ça de l’ambition, quand c’est raté, de la mégalomanie. Il a très bien réussi l’Alliance des unions chrétiennes de jeunes gens, la Croix-Rouge et sa quête du Prix Nobel de la paix. À côté de ces succès-là, que d’échecs! À commencer par ses investissements en Algérie qui ont ruiné ses amis genevois devenus des actionnaires floués. Après ça, il était prêt à recommencer en Tunisie, puis en Palestine… Il espérait rembourser ses créanciers en une seule fois, grâce à un grand coup, mais jamais petit à petit. Son projet de Bibliothèque universelle qui concernait tous les écoliers de France devait l’enrichir, tout comme la fabrique de pansements dont il avait eu l’idée pendant la guerre franco-prussienne de 1870. Deux fiascos.

Vous êtes-vous attachée au personnage, et si oui pourquoi? Quand on passe presque trois ans en compagnie d’un tel homme, on s’y attache forcément. En avançant dans l’analyse de sa correspondance, je me sentais si proche de lui que je pouvais deviner quand il allait se casser la figure et ça m’exaspérait. J’avais envie de le tirer par le col pour le mettre en garde. Bien sûr, je me suis attachée à sa fragilité; il m’a émue par sa paranoïa. Elle ne sort pas de nulle part. Elle vient du naufrage de ses projets en Algérie qui l’ont mis au ban de la société genevoise, ses créanciers étant tous des amis qui avaient eu confiance en lui. Il a donc transformé sa culpabilité en une haine féroce à l’égard des Genevois qu’il considérait comme des ennemis. J’ai compris que par instinct de survie, ce grand sensible enveloppait dans la même détestation ses créanciers et la camarilla de Gustave Moynier, le premier président du CICR, qui s’était chargé d’oblitérer son rôle décisif dans la création du mouvement de la Croix-Rouge. Je n’exagère pas en écrivant que jusqu’à la peau de son lait ou les ivrognes sous sa fenêtre lui semblaient envoyés par ces gens-là…

Créé: 01.02.2019, 16h36

La croix d’un homme

Le titre du livre de Corinne Chaponnière contient les premiers éléments biographiques à connaître sur Henry Dunant. La croix, c’est évidemment la Croix-Rouge, emblème du mouvement international que ce Genevois né en 1828 a initié. Cette croix, il la porte comme un fardeau, par analogie avec le calvaire du Christ. Ce dernier est une figure bien connue de Dunant, zélé protestant dans sa jeunesse, fondateur en 1852 de l’Union chrétienne de jeunes gens de Genève.

Pourquoi cette Croix-Rouge pèse-t-elle si lourd sur ses épaules? C’est toute l’histoire du drame intime qui marque la vie d’Henry Dunant à partir de sa débâcle financière en 1867. Il n’a que 39 ans lorsqu’il quitte Genève pour n’y plus jamais revenir. Sa vie s’achèvera en 1910, à Heiden, dans le canton d’Appenzell Rhodes-extérieures.

Plus de la moitié de son existence, l’homme Henry Dunant traîne cette humiliation d’avoir échoué dans ses projets en Algérie, faisant perdre au passage beaucoup d’argent à des investisseurs issus comme lui de la bonne société genevoise. Une banque, le Crédit genevois, a été entraînée dans ce naufrage. La honte qu’en éprouve le failli Dunant est entretenue par la rancune de ses compatriotes et par son propre délire de persécution qui va grandissant.

Le généreux père de la Croix-Rouge devient un paria sans domicile fixe, dépendant pour son confort de la générosité des Dunant restés à Genève et d’amis étrangers.

Par la précision de ses recherches et grâce à la fluidité et au charme de son style, Corinne Chaponnière renseigne le lecteur sans jamais l’ennuyer.
La biographe met en relief toute l’humanité du personnage, ses défauts et ses qualités, sa grande solitude affective, cherchant et parvenant à faire comprendre l’illustre incompris que fut Henry Dunant de son vivant et longtemps après sa mort.

«Henry Dunant, la croix d’un homme»
par Corinne Chaponnière, Labor et Fides, 572 pages

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Jocelyne Haller refuse son élection
Plus...