Passer au contenu principal

Une affaire d’euthanasie secoue la Suisse

À Zurich, le professeur Urs Haemmerli est suspendu pour avoir arrêté d’alimenter des patients «paralysés et sans connaissance». Polémique.

L'accusé, Urs Haemmerli, médecin-chef de l'Hôpital de Triemli, et son accusatrice, Regula Pestalozzi, conseillère municipale de Zurich.
L'accusé, Urs Haemmerli, médecin-chef de l'Hôpital de Triemli, et son accusatrice, Regula Pestalozzi, conseillère municipale de Zurich.
Getty

Le 10 janvier 1975, Regula Pestalozzi, conseillère municipale de Zurich, responsable de la santé publique et de l’économie au sein de l’Exécutif communal, dépose une plainte contre le médecin-chef du service de médecine de l’Hôpital du Triemli, le Dr Urs Peter Haemmerli. Elle l’accuse d’euthanasie, et le premier procureur du canton ouvre aussitôt une enquête pénale pour meurtre, délit punissable d’une peine de 5 à 15 ans de prison. Le Dr Haemmerli, gastro-entérologue, est suspendu. Cinq jours plus tard, Mme Pestalozzi, fille d’avocats, épouse d’avocat et avocate elle-même, répète ses accusations devant le Conseil général (Législatif) zurichois: au Triemli, il arrive que des malades dans un état désespéré soient privés de nourriture par sonde et ne soient qu’hydratés, ce qui précipite leur mort.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.