Passer au contenu principal

1914-1918 Des Suisses en guerre pour la France

Aux Archives de la Ville de Fribourg, Alain-Jacques Tornare consacre une partie de ses recherches aux Fribourgeois, Romands, Suisses et autres résidents du pays pris dans la tourmente de la Grande Guerre, dans les tranchées françaises. Il milite pour une prise de conscience politique du phénomène.

Il y a un siècle, le légionnaire Buvelot, de Nyon, est considéré comme un héros tombé au champ d’honneur. Aujourd’hui personne ne s’en souvient. Pourquoi?

Dans le même temps, les milieux militaristes romands font l’apologie de ceux qui sont partis en 14…

Quand les a-t-on oubliés?

N’est-ce pas aussi lié au visage même de ces volontaires?

Quel est le profil de ces engagés suisses?

Accepter de partir au front, comment l’expliquer aujourd’hui?

Les historiens français ont tout de même tendance à remettre cette lecture en question. Et chez nous?

La presse a-t-elle joué un rôle?

Et la Suisse officielle? À l’époque, l’État ne fait rien pour endiguer les départs de volontaires.

Comment passe-t-on d’un pays conciliant en 1918 à celui qui ne veut plus en parler en 2018?

Parce que ça ne colle pas avec une certaine image de la Suisse?

La question n’est-elle pas aussi celle de notre rapport à la France?

Les historiens suisses tentent-ils de combler les lacunes?

Mais bon, qu’est-ce qu’on y gagne?

Et pour «ceux de 14»?