1895 Lisette la cycliste fonce sur le vélodrome de Varembé

Chronique historiqueL'histoire du vélocipède à Genève commence au milieu du XIXe siècle. Je ne l’aurais pas cru, mais le premier «Vélo Club de Genève» a été fondé en 1869.

Une cycliste de la Belle Epoque dans sa tenue de course.

Une cycliste de la Belle Epoque dans sa tenue de course.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'histoire du vélocipède à Genève commence au milieu du XIXe siècle. Je ne l’aurais pas cru, mais le premier «Vélo Club de Genève» a été fondé en 1869. Cette association de cyclistes serait la première d’Europe, sinon même du monde. On attend encore la preuve du contraire. La vocation d’un tel club est d’organiser des courses de vitesse. Pas encore de vélodrome pour cela, mais des routes choisies avec soin. La première compétition est modeste. Le Vélo Club l’organise dans la promenade des Bastions. Puis sur de bien plus grandes distances: Genève-Rolle et retour, Genève-Annecy et retour. Celle-ci compte 14 participants. Ces déplacements hors de la ville ne sont pas un danger: «Pas un chien qui ne vous courût après; pas un cheval, mulet, âne ou bœuf qui ne fait un écart à votre approche. Que de vélophobes alors qui vous jetaient des pierres à la tête ou des bâtons dans vos roues.»

Dans ce même article publié en 1943 dans l’"Almanach du Vieux Genève", Willy Aeschlimann rappelle qu’à Genève l’usage de la bicyclette est soumis dès 1886 à une réglementation sévère. Car les piétons, à cette époque comme à la nôtre, se méfient des vélocipédistes. Ceux-ci ne sont tolérés que dans certaines rues, à savoir «Grand Quai, rue Versonnex, boulevard Helvétique, boulevard des Philosophes, rue de Candolle, rue du Général-Dufour, boulevard du Théâtre, rue du Grütli, place et quai de la Poste, pont de la Coulouvrenière, rue Pécolat, rue des Alpes, quai et pont du Mont-Blanc.»

On ne veut pas voir de bicyclette dans les Rues-Basses ou dans la rue du Rhône. Et quand il sera question de faire la course, la création d’un vélodrome s’imposera. Celui de Varembé (à l’emplacement du stade actuel) est inauguré le dimanche 15 mai 1892. Le pourtour de la piste est de 500 m, et sa largeur de 6 à 7 m. Elle comprend deux lignes droites de 140 m et deux virages de 110 m de développement. Une vaste tribune couverte en bois permet d’assister confortablement aux courses.

«Un public des plus élégants a suivi avec un vif intérêt les différentes courses. L’élément féminin dominait aux tribunes, où les toilettes d’été mettaient une note gaie», relate le "Journal de Genève" du 26 juillet 1892. Les champions du moment s’appellent Crausaz, Henneberg, Ryniker, Bozino, Champion, Sarzano, Dufaux. C’est l’Union vélocipédique genevoise qui organise la compétition. Cette société a son journal bihebdomadaire, appelé "La Pédale". En France, on appelle Miss Pédalett la première femme du pays ayant enfourché la «petite reine». Son vrai nom est Marthe Lemaire. Son exemple est suivi par la Bretonne Lisette (je n’ai pas réussi à découvrir son patronyme), la première femme à se mesurer aux champions de Varembé. C’est le 14 juillet 1895, à la faveur d’une course où la courageuse sportive abandonne après une chute.

«Elle tomba de machine au dixième kilomètre alors qu’elle était dépassée par nos coureurs genevois et abandonna. Avait-elle espéré un geste élégant de la part de nos concitoyens ou la faveur d’un succès réglé à l’avance?» risque Willy Aeschlimann dans l’"Almanach du Vieux Genève" de 1948. Le vélodrome de Varembé sera remplacé en 1896 déjà par celui construit à la Jonction, qui a donné son nom à la rue du même nom. Un troisième vélodrome succédera aux deux premiers, en 1922 à Plan-les-Ouates.

Créé: 29.03.2015, 12h30

Articles en relation

1980: Naissance de l’Aspic, future Pro Velo Ge

J'y étais Alors que la voiture faisait la loi, une poignée de cyclistes a décidé de changer les règles... Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Menacé par des explosifs, le village de Mitholz sera évacué dix ans
Plus...