1828 Les Dunant sont à la campagne à Montbrillant

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

L’association pré en bulle (voir «Tribune de Genève» du 6 février) exerce depuis 20 ans son action bienfaisante dans un secteur très urbain. Certes il existe encore un peu de verdure par-ci par-là, aux Cropettes, à Beaulieu et le long de la rue Baulacre, mais c’est peu en comparaison de ce qui existait du temps de l’enfance de Henry Dunant. Il y a 188 ans «seulement», toute cette partie de Genève était campagnarde.

Né le 8 mai 1828, le futur fondateur de la Croix-Rouge est conduit bébé dans la propriété familiale située au lieu-dit La Monnaie, à Montbrillant. Un endroit rayé de la carte par le développement des chemins de fer fédéraux. Cette «campagne», comme on appelait à Genève un domaine rural, venait aux Dunant de la grand-mère de Henry, née Gravière, femme de Bernard Dunant. Cette Anne Dunant-Gravière était veuve depuis 1822, quand elle mourut en 1826, laissant La Monnaie à ses enfants. Deux ans plus tard, son fils Jean-Jacques, sa jeune épouse Nancy Colladon et leur premier-né Jean-Henri (plus tard Henry) s’installent à Montbrillant.

Dans son ouvrage paru en 2010 sous le titre de «Henry Dunant La croix d’un homme», Corinne Chaponnière cite la puissance des souvenirs d’enfance du créateur de la Croix-Rouge: «Ceux de La Monnaie, pour Henri, ont le goût des «prunes reines-claudes délicieuses, roses, juteuses, sucrées». Ce sont des violettes parfumées croissant sous la mousse, c’est le son du cor de malle-poste «adouci par la distance», c’est le Mont-Blanc qui, par temps clair, s’offre à leur vue sans effort depuis leur terrasse, immaculé.»

La carte de Genève établie en 1842 par le futur général Dufour indique clairement l’emplacement de La Monnaie, non loin des Grottes et de Fort Barreau, côté lac de l’actuelle rue de Montbrillant. Un secteur occupé aujourd’hui par le bâtiment de la Poste et les voies ferrées. En 1842 – Henry Dunant avait alors 14 ans – on ne distingue que des champs, des petits chemins et quelques maisons.

Pourquoi La Monnaie? Ce nom venait des temps anciens où le duc de Savoie battait monnaie à cet endroit. Un détail historique que David Dunant ne manque pas d’indiquer dans une note en bas de la page 415 de son édition des «Chroniques de Bonivard», en 1831. Il précise que le nom de La Monnaie englobait plusieurs maisons situées à cet emplacement: «Quelques propriétés, qui appartiennent, en partie, à la famille de l’éditeur de ces «Chroniques», y ont conservé le nom spécial de La Monnaie», indique David Dunant, qui est familier des lieux, puisqu’il est l’oncle de Henry.

Une autre des maisons de ce qu’on pourrait appeler le hameau de La Monnaie est celle du droguiste Frédéric Amiel, oncle de l’auteur du «Journal intime». C’est chez lui que Henri-Frédéric Amiel, né en 1821, passe quelques années de son enfance au vert, après la perte de ses deux parents. Il y retourne à plusieurs reprises en visite, après avoir pris domicile en ville.

Il n’est pas interdit d’imaginer la rencontre, dans le cadre bucolique de La Monnaie, de ces deux jeunes gens promis chacun à la notoriété. L’aîné, Henri-Frédéric Amiel, ne quittera pas Genève, et gagnera une célébrité posthume grâce à son monumental «Journal intime». Le cadet, Henry Dunant, ayant quitté tôt sa ville natale, sera lui aussi mieux apprécié mort que vivant. Leurs œuvres les suivent… (TDG)

Créé: 09.02.2016, 15h29

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...