Les oiseaux des campagnes se meurent

FranceMoins 60% de moineaux friquet en 10 ans, un tiers d'alouettes des champs disparues en 15 ans. La faute aux nouvelles pratiques agricoles?

Alouette des champs.

Alouette des champs. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le déclin vertigineux des oiseaux des campagnes françaises et que l'on retrouve ailleurs en Europe. «Le printemps 2018 s'annonce silencieux dans les campagnes françaises», s'alarment le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et le Muséum national d'histoire naturelle dans un communiqué commun ce mardi, en estimant que «ce déclin atteint un niveau proche de la catastrophe écologique».

Dans les zones agricoles, les populations d'oiseaux ont perdu en moyenne un tiers de leurs effectifs en 15 ans, montrent les relevés effectués depuis 1989 par le «Suivi Temporel des Oiseaux Communs» (Stoc), qui, au sein du Muséum, surveille aussi la situation dans les villes et les forêts.

«On ne prend pas de grands risques en disant que les pratiques agricoles sont bien à l'origine de cette accélération du déclin», a dit Grégoire Loïs, directeur-adjoint de Vigie-Nature, qui chapeaute le Stoc, car les oiseaux ne déclinent pas au même rythme dans d'autres milieux.

«Il y a un déclin léger sur le reste du territoire, mais rien à voir en termes d'amplitude», ajoute-t-il. Et «c'est la même chose en Europe de l'Ouest» où les oiseaux des campagnes disparaissent.

Dans les zones agricoles, des espèces comme l'alouette des champs, la fauvette grisette et le bruant ortolan ont perdu en moyenne un individu sur trois en quinze ans. Dans la région parisienne, la tourterelle des bois approche les -90%.

Une autre étude, réalisée par le CNRS depuis 1995 dans les Deux-Sèvres (Ouest), sur 160 zones de 10 hectares d'une plaine céréalière typique des territoires agricoles français, enfonce le clou.

«Les populations d'oiseaux s'effondrent littéralement dans les plaines céréalières», constate Vincent Bretagnolle, écologue au Centre d'études biologiques de Chizé (Ouest). «Les perdrix se sont presque éteintes dans notre zone d'étude». Selon ces recherches, en 23 ans, l'alouette a perdu plus d'un individu sur trois (-35%), la perdrix grise huit individus sur dix...

Effondrement sous nos yeux

«Ce qui est alarmant, c'est que tous les oiseaux du milieu agricole régressent à la même vitesse. Cela signifie que c'est la qualité globale de l'écosystème agricole qui se détériore», analyse le chercheur. De grande ou de petite taille, migratrices ou pas, toutes les espèces sont concernées, probablement du fait de l'effondrement du nombre des insectes.

«Il n'y a quasiment plus d'insectes, c'est ça le problème numéro un», souligne Vincent Bretagnolle. Car même les volatiles granivores ont besoin d'insectes à un moment dans l'année, pour leurs poussins.

Cette disparition massive est concomitante à l'intensification des pratiques agricoles ces 25 dernières années, plus particulièrement depuis 2008-2009, période qui correspond à la fin des jachères imposées par la Politique agricole commune, à la flambée des cours du blé, à la reprise du sur-amendement au nitrate et à la généralisation des insecticides néonicotinoïdes, ajoutent le CNRS et le Muséum dans leur communiqué.

Selon Grégoire Loïs, le constat est similaire au niveau de l'ensemble de l'Europe, notamment dans l'ouest du continent.

Selon deux études récentes, l'Allemagne et l'Europe ont perdu 80% des insectes volants et 421 millions d'oiseaux en 30 ans.

Les scientifiques français s'interrogent sur les raisons de «l'accélération très forte» de ce déclin constatée en 2016 et 2017 et pour le moment largement inexpliquée. Ce qui les a conduits à diffuser ce communiqué commun mardi, sans attendre de voir leurs études publiées dans une revue scientifique.

«On a l'impression qu'il y a une forme d'effondrement en train de se produire sous nos yeux», dit Grégoire Loïs. «Cette accélération est-elle liée à la multiplication des facteurs? A une nouvelle pratique agricole dommageable qu'on n'aurait pas encore identifiée? A-t-on franchi un seuil ?»

De quoi redouter un «printemps silencieux», comme le «silent spring» prédit par la célèbre écologue américaine Rachel Carson il y a 55 ans à propos du DDT, finalement interdit ?

«Si cette situation n'est pas encore irréversible, il devient urgent de travailler avec tous les acteurs du monde agricole, et d'abord les agriculteurs, pour accélérer les changements de pratiques», notent le Muséum et le CNRS.

Réagissant sur Twitter, le ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot a appelé à «se mobiliser» car selon lui «chacun peut agir», par exemple en réduisant l'usage des pesticides ou les pollutions. (afp/nxp)

Créé: 20.03.2018, 16h57

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Suisse: il fera beaucoup plus chaud et sec en 2050
Plus...