Les hôpitaux veulent une «taxe au sucre»

Royaume UniUne taxe sur les produits sucrés pourrait prochainement être introduite dans les hôpitaux du Royaume-Uni pour lutter contre le problème croissant de l'obésité.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«Nous allons mener une consultation sur l'introduction au National Health Service (NHS, service public de santé britannique, ndlr) d'une taxe sucre sur des boissons et aliments contenant du sucre ajouté qui serait mise en place au fil du renouvellement des contrats avec les fournisseurs de repas et produits alimentaires» vendus dans les distributeurs automatiques et les cafés des hôpitaux, a annoncé lundi le chef du service public de santé britannique (NHS) Simon Stevens dans une interview au Guardian.

Le but est de décourager les patients, le personnel et les visiteurs d'acheter les boissons et collations sucrées en augmentant leur prix.

Cette taxe, qui serait mise en place d'ici 2020, pourrait rapporter entre 20 et 40 millions de livres (de 28, 7 millions de francs à 57, 4 millions de francs) par an, a précisé Simon Stevens.

Le montant de cette taxe n'a pas été précisé mais les associations et médecins souhaitent qu'elle soit de 20%.

Notre responsabilité

«Du fait du rôle qu'occupe le NHS dans la vie nationale, nous qui travaillons au sein du NHS avons la responsabilité non seulement d'aider ceux qui prennent soin des patients mais aussi d'attirer l'attention et de défendre certains changements plus importants qui vont vraiment améliorer la santé dans ce pays», a fait valoir Simon Stevens.

Cette réflexion intervient alors que le Premier ministre David Cameron semble prêt à abandonner son opposition à une taxe sucre générale pour lutter contre ce qu'il a qualifié de «crise de l'obésité».

Le gouvernement finalise actuellement un plan destiné à lutter contre l'obésité infantile.

Selon une étude commandée par le McKinsey Global Institue (MGI) et publiée en novembre 2014, l'obésité arrive juste derrière le tabac en termes de coût, pesant 58,6 milliards d'euros par an (65 milliards de francs) et entraînant une perte annuelle équivalente à 3% du PIB du Royaume-Uni.

(afp/nxp)

Créé: 18.01.2016, 12h23

Articles en relation

Le risque de mourir du surpoids est sous-estimé

Santé Une étude américaine réjouit Alain Golay des HUG, spécialiste des maladies chroniques. Plus...

Le risque de mortalité lié à l'obésité est sous-estimé

Santé Une étude américaine estime qu'il faut prendre en compte les évolutions pondérales sur une plus longue période. Plus...

Tabac, obésité, alcool: des niveaux européens «alarmants»

Europe Selon l'OMS, les taux européens de consommation d'alcool et de tabagisme restent les plus élevés au monde. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un arbre s'abat au cimetière des Rois
Plus...