La prostitution alimente les caisses de la ville de Zurich

sexboxesLes prostituées de Zurich doivent s'acquitter d'une taxe via des horodateurs spécifiques. Après douze mois d'exploitation, la ville a récolté près de 80'000 francs.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ressemblent à des parcmètres mais ces horodateurs sont réservés aux prostituées qui s'acquittent ainsi de leur taxe de 5 francs par nuit si elles veulent travailler dans la zone autorisée. L'appareil qui était auparavant situé sur le Sihlquai a été déplacé près des sexboxes à Altstetten tandis qu'un autre trône dans le Niederdorf, un des quartiers chauds de Zurich.

La ville a fait ses comptes après douze mois d'exploitation et a récolté 78'000 francs, a indiqué le département de la police. Ce qui correspond à 43 billets et 214 francs par nuit en moyenne, explique le Tages Anzeiger.

Peu de succès pour les sexboxes

Ces relevés mettent surtout en lumière le peu de succès des sexboxes: alors que l'automate de Sihlquai a récolté 39'500 francs en janvier et août, il n'a encaissé que 8000 francs après son déménagement à Alstetten. Soit douze tickets par jour.

Le porte-parole du département de police Robert Soos, interrogé pour savoir si ces chiffres correspondaient aux prévisions, a expliqué que «la ville n'avait aucune attente dans ce domaine.» Ces automates remplissent leur rôle de régulation de la prostitution et il n'est actuellement pas prévu d'en mettre d'autres en fonction, a-t-il ajouté.

Les automates sont déjà amortis

Ces horodateurs, qui n'acceptent que des francs suisses, pas des euros et ne rendent pas la monnaie, coûtent 23'000 francs l'unité. Ils sont déjà amortis. En outre, ils sont bien acceptés par les professionnelles et les riverains, faisant l'objet de peu de plaintes et de dégradations, a encore souligné Robert Soos.

Quant aux revenus, ils ne sont pas dédiés à des objectifs spécifiques comme la prévention de la prostitution et le nettoyage des sexboxes mais ils sont reversés dans les caisses de la ville, a précisé le porte-parole.

La police contrôle régulièrement les prostituées

Selon le règlement de la ville de Zurich, les prostituées doivent s'annoncer auprès des autorités pour exercer leur métier et obtenir une autorisation avec un numéro d'exploitation moyennant un prix de 40 francs. Elles introduisent par la suite leur numéro dans l'automate qui leur délivre un ticket pour la nuit.

La police contrôle régulièrement que les péripatéticiennes se soient bien acquittées de leur taxe quotidienne et elles écopent d'un rappel à l'ordre le cas contraire mais pas d'amende. En cas de récidive, elles peuvent perdre leur autorisation de travail pour l'année, précise la porte-parole de la police Judith Hödl.

(nxp)

Créé: 09.01.2014, 12h32

Articles en relation

Les autorités zurichoises satisfaites du démarrage des «sexboxes»

Prostitution La mise en place des «sexboxes» dans l'aire aménagée dans une ancienne zone industrielle à l'ouest de la ville de Zurich s'est faite sans encombre. Les clients étaient également au rendez-vous. Plus...

Zurich présente ses «sexboxes» aux habitants

Prostitution La ville a organisé une journée porte-ouverte pour les riverains avant l'entrée en fonction officielle lundi prochain des cabines. Plus...

Les «sexbox» de Zurich sont prêtes

Prostitution Des «garages à sexe» côte à côte, destinés à accueillir les clients des prostituées, vont ouvrir le 26 août à Zurich dans l'ancien quartier industriel. Plus...

Les «sexboxes» ne sont pas pour demain à Lausanne ou à Genève

Prostitution La Suisse romande n'est pas près de voir fleurir des «sexboxes» dans ses deux plus grandes villes. Toutefois, elles ne ferment pas la porte à une éventuelle future installation. Plus...

«Les proxénètes mettent les prostituées en coupe réglée »

Criminalité Les débats sur la prostitution en Europe trouvent un écho aussi en Suisse où plusieurs changements à la loi sont étudiés. Retour sur le rapport de la Fedpol qui décrit les conditions de travail des prostituées. Plus...

Les sexboxes peinent à convaincre

Moins de prostituées. Après 100 jours d'exploitation, les sexboxes restent peu fréquentées. Alors que la scène ouverte de la prostitution à Sihlquai comptait environ 45 prostituées en moyenne, ce chiffre à chuté à 23 après le déménagement à Alstetten. Ce que reconnaît le département des affaires sociales.

Moins de problèmes. «Nous avons pu empêcher à Alstetten la scène ouverte qui posait précédemment de trop gros problèmes à Sihlquai», explique le porte-parole Thomas Meier.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...