Le mauvais roman de l'Académie Nobel

Chronique

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

À Stockholm, c’est désormais une affaire d’État. La prestigieuse Académie suédoise, qui remet le Prix Nobel de littérature depuis 1901, ressemble à un champ de ruines. Après qu’un scandale sexuel touchant l’institution a été révélé dans la presse, les immortels d’ordinaire si discrets se sont déchirés en place publique. La crise est telle que le secrétaire perpétuel par intérim, Anders Olsson, déclarait jeudi dernier qu’il pourrait ne pas y avoir de lauréat cette année pour succéder à Kazuo Ishiguro.


Retrouvez ici toutes les chroniques d’Olivier Bot

Dans la foulée de l’affaire Weinstein et du mouvement #metoo, le quotidien suédois «Dagens Nyheter» dénonçait en novembre les agissements d’un homme – éminence grise de ce cénacle littéraire – à l’encontre de dix-huit femmes victimes d’attouchements voire de viols entre 1996 et 2017.

Dans les salons feutrés du comité, deux camps se formaient: l’un soutenant l’homme et son épouse, célèbre poétesse suédoise et académicienne; l’autre souhaitant la mise à l’écart du couple. En charge du secrétariat perpétuel de l’Académie, Sara Danius, la première femme à occuper cette fonction, chargeait un cabinet de juristes d’une enquête interne. Un rapport assorti de recommandations était ensuite remis aux académiciens. Mais une majorité d’entre eux se refusait à porter plainte, entraînant la démission de trois autres, ulcérés par cette décision.

Les immortels d’ordinaire si discrets se sont déchirés en place publique

Une semaine plus tard, une femme faisait les frais de cette histoire: Sara Danius était limogée par ses pairs. Son habituel chemisier à col lavallière, popularisé par Coco Chanel, devenait aussitôt le symbole d’une lutte contre l’injustice faite aux femmes. Le 19 avril, deux mille manifestantes, portant un chemisier à lavallière ou un foulard élégamment noué, exprimaient leur soutien à Sara Danius devant l’ancienne Bourse de Stockholm, le bâtiment où siège l’éminent jury. Ce jeudi-là, les académiciens, eux, avaient fui leur lieu habituel de réunion afin d’éviter de croiser ces dames. Le même jour paraissait une tribune signée par un collectif d’intellectuels s’inquiétant des conséquences de cette affaire sur l’image du monde littéraire suédois. Sa réputation avait déjà été ternie en 1989, lors du refus de l’Académie de condamner la fatwa qui visait l’écrivain Salman Rushdie (ce qui fut fait vingt-sept ans plus tard), entraînant à l’époque la démission de trois des dix-huit membres.

Réduit à onze après les défections de cette année, le jury n’atteint plus le quorum nécessaire au vote. Les académiciens ne sont en effet remplacés qu’à leur mort. Il a fallu l’intervention du roi, protecteur de l’Académie, pour entrevoir une solution. Carl XVI Gustaf se déclarait en effet prêt à changer les statuts afin que les membres partis puissent être remplacés.

Cependant, le ménage n’est pas fini dans la grande maison. L’homme mis en cause gérait le forum, un lieu culturel, appendice de l’Académie. Or, son épouse académicienne en détenait la moitié des titres. Le comité Nobel finançait donc un de ses membres, ce que son règlement interdit. On s’interroge aussi sur des fuites organisées des délibérations, de possibles conflits d’intérêts dans les attributions des prix ou de bourses au sein du comité, dont la devise est «Goût et talent».

Fondée en 1786 sur le modèle de l’Académie française, l’Académie suédoise devait promouvoir la grandeur culturelle du royaume. Mais convenons avec le philosophe Pascal qu’il n’y a pas chez l’homme de grandeur sans misère.

(TDG)

Créé: 02.05.2018, 11h29

Olivier Bot, rédacteur en chef adjoint

Articles en relation

Viols: une membre du Nobel remerciée

Suède La secrétaire perpétuelle de l'Académie suédoise a dû quitter son poste, jeudi, pour sa proximité avec un violeur présumé. Plus...

L'académie Nobel de littérature dans la tempête

Harcèlement sexuel De nombreuses femmes ont révélé avoir été agressées par une personnalité influente du monde des arts en Suède. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.