L'homme est l'avenir du féminisme

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La relecture d’une interview de Romain Gary dans le recueil des grands entretiens de Jacques Chancel («Radioscopie» sur France Inter) m’a soudain donné envie de sacrifier au vain rituel de la Journée de la femme. L’écrivain y dénonçait «l’effrayante absence de féminité de notre monde» et «cette intoxication, cette infection virile, qui n’a que très peu de rapports authentiques avec la virilité», ridiculisant au passage la figure du don juan, archétype du consommateur dans une économie marchande.

Les féministes ne se retrouveront peut-être pas dans cette vision, malgré tout masculine, celle d’un grand écrivain qui fut aussi un grand amoureux. Il n’empêche, l’auteur d’«Au-delà de cette limite votre ticket n’est plus valable» remet en cause dans ce roman deux mille ans de civilisation qui ont fabriqué un homme «fanfaron» toujours prêt aux coups sur le menton et une femme esclave qui n’est pas toujours affranchie malgré quelques siècles, déjà, de lutte pour son émancipation. Ce qui est intéressant chez Gary, c’est cette radicale remise en cause de notre société fondée sur des valeurs quasi exclusivement masculines.

Comme la lutte pour l’environnement, celle pour le droit des femmes devrait se jouer «glocal» (global-local). D’abord au quotidien, en termes d’égalité, de parité et de protection des violences. Et l’on est encore loin du compte… Ces petits pas, ces lentes transformations qui se jouent au sein du foyer, en entreprise, en politique, servent la cause. Mais cette lutte devra un jour ou l’autre déboucher sur une profonde remise en cause de notre modèle social. Pour sauver la planète, il faut inventer un monde qui consomme moins, brûle moins de ressources non renouvelables et pollue moins. Pour grandir l’humanité, peut-être faudrait-il la féminiser. Dès lors que l’environnement n’a plus été la seule affaire des écologistes, les chances de sauver la planète ont augmenté. Si le féminisme n’est plus la seule affaire des femmes, il pourrait changer vraiment la condition de celles-ci et, au-delà, notre modèle de civilisation.

Pères et mères pourraient jouer dans cette révolution de mœurs le rôle que leurs enfants tentent d’assumer dans la défense du climat. Incroyant, Gary soulignait avec malice dans cette interview que «la voix du Christ est une voix de femme au sens traditionnel que l’on donne à ce terme. Tendresse, piété, amour, bonté, pardon. Des vertus absentes de deux mille ans de notre civilisation.» On n’oserait sans doute pas écrire ainsi aujourd’hui. Des femmes politiques au pouvoir ont d’ailleurs montré qu’elles pouvaient agir comme n’importe quel homme et faire la guerre, massacrer des populations et torturer. C’est le modèle de gouvernement qu’il faut changer, en recherchant le dialogue et la fraternité plutôt que la rupture et l’affrontement. Comme au sein d’un couple aimant.

Romain Gary regrettait qu’il n’y ait pas assez de fraternité entre hommes et femmes. «C’est la vérité et la profondeur d’une relation de couple, qui est irremplaçable et qui est une des grandes beautés, l’un des grands fleurons de la civilisation occidentale», écrivait-il. De bons sentiments me direz-vous. Datés, aussi. Certes. Mais pour que ce couple homme-femme soit plus fraternel, il faudra bien que les hommes changent et deviennent féministes. Certains le déclarent. De plus en plus nombreux. C’est pourquoi l’homme est sans doute l’avenir du féminisme. Ce qui est moins politiquement correct. (TDG)

Créé: 07.03.2019, 12h15

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Une nouvelle espèce d'hominidé découverte
Plus...