Passer au contenu principal

Lettre du jourLes enseignants ne sont pas dupes

Genève, 5 mai Depuis l’annonce de la réouverture des écoles par le Conseil fédéral, les enseignants sont à nouveau sur le devant de la scène.

Et les journalistes de demander à leurs représentants syndicaux si les mesures proposées par le Conseil d’État les satisfont.

Les enseignants sont divisés et un malaise est perceptible au sein même de leur communauté.Quels sont les enjeux d’une telle reprise ?

Reprendre, si près des vacances, de manière partielle, sans évaluation, et avec de telles contraintes organisationnelles et sanitaires, a-t-il un sens ?

Les enseignants aiment leurs élèves et se préoccupent de leur santé. L’école en ligne a montré ses limites et les élèves qui ont décroché existent. L’argument du DIP est d’ailleurs celui-ci: recréer un lien pédagogique.

Alors pourquoi un tel malaise chez les enseignants?

Parce qu’ils ne sont pas dupes et qu’ils savent que si l’on rouvre les écoles maintenant, c’est avant tout pour une autre raison que les autorités peinent visiblement à mentionner: les enfants doivent retourner à l’école pour que leurs parents retournent travailler.

Dans une période où les autorités font appel à la responsabilité citoyenne, les enseignants ont le droit d’entendre les motifs premiers de la reprise de l’école.

Car il s’agit là d’un pari. Et, comme tout pari comporte un risque, les enseignants l’accepteraient d’autant mieux si on leur disait tout simplement la vérité.

Muriel de Dompierre

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.