Passer au contenu principal

«Papa-État», c’est fini

Le Conseil fédéral a décidé de sortir du semi-confinement au pas de charge. Dès le 11 mai, les écoles, mais aussi tous les commerces, les restaurants, les musées, les bibliothèques pourront rouvrir. Les sportifs d’élite retrouveront le chemin de l’entraînement à plus de cinq. Presque la vie normale? Une autre normalité en tout cas. Cette ouverture accélérée a ceci de désarçonnant qu’elle répond à une tout autre logique que les mesures de fermeture prises dès le 28 février dernier. Les chiffres qui dominaient alors les réflexions du gouvernement suisse étaient ceux des lits disponibles aux soins intensifs. Des experts médicaux guidaient ses décisions. Aujourd’hui, le regard des ministres se tourne vers les indicateurs du chômage et de la dette. Le temps des politiciens est revenu. La majorité bourgeoise du gouvernement s’est exprimée dans ce déconfinement accéléré.

----------

Lire également «Le virus du chômage accélère le déconfinement»

----------

Et avec le retour de la politique, le message change de dimension. Le temps où la Confédération se posait en «État-papa», restreignant d’un coup nos libertés en promettant à chacun une aide sur mesure et à tous une protection adéquate, est terminé. Il est heureux que les branches économiques et les cantons puissent avoir à nouveau davantage de liberté pour prendre les mesures de protection propres à leur situation. Mais du côté du Conseil fédéral, cette sortie de crise a quelque chose de balbutiant.

Parce qu’il s’est mis en scène au chevet des citoyens en faisant des promesses qu’il ne pourra pas tenir. Parce que certaines de ses décisions – regardez les commerces – manquent de cohérence. Et parce que, à défaut de connaissances scientifiques définitives sur le nouveau coronavirus, il reste dans l’incapacité de délivrer des recommandations qui rassurent tous les acteurs de la vie sociale et économique. L’exemple des transports publics le montre bien, tout comme celui des personnes âgées qui ne savent toujours pas sur quel pied danser.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.