Passer au contenu principal

L'éditorial(Dé)confiner, version hard ou soft

Vu à distance, on pourrait faire le constat que pour l’essentiel, la France et la Suisse auront traversé la période de confinement de manière similaire. Sur les grandes décisions de la mi-mars, avec la fermeture des écoles et des commerces ou les restrictions de déplacement, les deux pays ont d’ailleurs suivi un rythme très proche.

----------

À lire également: «La France va entamer un déconfinement progressif»

----------

Le but était le même: restez chez vous. Et dans les deux pays, les rues ont pris des apparences semblables. Sur la forme pourtant, un détail qui n’en est pas un distinguait les deux méthodes: en Suisse, on appelait à ne pas le faire mais la liberté de se déplacer était maintenue; en France, cette liberté était supprimée et un régime d’attestations permettait des exceptions. Encore une fois, le résultat est à peu près le même: les gens sortaient le moins possible.

Mais pour avoir vécu les deux formes de confinement, je peux dire qu’il pesait d’un poids différent. Dans un cas, on gardait le choix, par exemple d’aller se promener dans la solitude d’une forêt ou d’un bord de lac. Dans l’autre, on obéissait et les plages ou les montagnes restaient désertes, surveillées par des drones spécialement achetés à cet effet.

Jeudi après-midi, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est félicité du taux «très faible» de verbalisations: seulement 6%, a-t-il ajouté, sans préciser sur combien de contrôles.

En réalité, au 23 avril dernier, il y avait déjà 915'000 amendes de 135 euros. Lundi, la liberté de déplacement sera rétablie. Ouf. Mais pas au-delà de 100 kilomètres, et les plages ou bords de lac resteront interdits sauf si les maires obtiennent une dérogation du préfet. Vingt mille policiers seront mobilisés pour le respect de ces règles. Mais ils comptent, assurent-ils, sur la responsabilité des gens.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.