Un élu à faible rayon d’action

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Conseil d’État a enfin mesuré l’ampleur de l’affaire Maudet. Un élu qui a menti à ses collègues comme au public, et qui s’apprête à affronter une procédure pénale complexe, ne peut plus présider le collège avec l’autorité et la sérénité nécessaires. Il ne peut pas davantage gouverner la police et l’Aéroport de Genève.

C’était déjà évident la semaine dernière, mais le Conseil d’État a hésité. Il a ainsi laissé le doute s’installer sur sa capacité à trancher en période de crise. Et il a permis à Pierre Maudet de croire que ses demi-aveux suffiraient à tourner la page.

Pour l’image du gouvernement genevois, cette valse-hésitation n’est pas vraiment reluisante. Et, quoi qu’on pense des actes de Pierre Maudet, ses collègues auraient pu lui épargner cette désagréable mise sur la touche par petits bouts.

Et maintenant? Pierre Maudet peut-il tenir après cette forme de dégradation, et face à la pression croissante du PLR suisse? À Berne, où s’ouvre la campagne des fédérales de 2019, on n’imagine pas l’affaire Maudet s’éterniser. Pour le parti qui prône la responsabilité individuelle, les mensonges et les cachotteries de l’«enfant prodige» du PLR feront très mauvais genre dans les débats politiques.

Théoriquement, Pierre Maudet peut faire le dos rond et attendre son possible acquittement dans le volet pénal de l’affaire, espérant ainsi remettre les compteurs à zéro. Mais ses mensonges l’ont décrédibilisé aux yeux d’une part grandissante de la classe politique, ainsi que des employés de l’État avec lesquels il doit maintenant travailler.

Pourra-t-il encore porter des projets? Pourra-t-il convaincre ses collègues de lui faire confiance? Pourra-t-il mener des réformes et obtenir des majorités au Grand Conseil? Sans même parler des révélations toujours possibles sur son voyage à Abu Dhabi ni des suites judiciaires de l’affaire, Pierre Maudet risque de perdre tout simplement sa capacité d’action. Si celle-ci s’étiole encore, il devra en tirer les conclusions qui s’imposent. (TDG)

Créé: 13.09.2018, 19h40

Frédéric Julliard, rédacteur en chef

Articles en relation

Pierre Maudet perd la présidence et la police

Voyage à Abu Dhabi Antonio Hodgers devient président du Conseil d’État. Pierre Maudet lâche la police et l’Aéroport. «Des mesures temporaires et réversibles», assure le magistrat Vert. Plus...

Les partis réagissent au retrait de Pierre Maudet de la présidence du Conseil d'État

Genève Pierre Maudet renonce provisoirement à la présidence du gouvernement, reprise par Antonio Hodgers. La police passe à Mauro Poggia, l'Aéroport à Serge Dal Busco. Revivez notre direct. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

L'accord sur le Brexit divise le gouvernement britannique
Plus...