Mieux protéger ceux qui dénoncent

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ils ont parfois perdu leur emploi. Ils ont subi des pressions, vécu un stress énorme. À Genève, plusieurs lanceurs d’alerte ont connu des heures compliquées après avoir dénoncé des problèmes dans l’administration ces dernières années. Un certain nombre d’entre eux ont même saisi la justice pour défendre leurs intérêts.


Lire également «Le désarroi des lanceurs d’alerte genevois»


Les dysfonctionnements qu’ils ont révélés, pourtant, devaient être dénoncés. On parle ici de gestion d’argent public, de comportements déplacés, de potentielle fraude électorale, et j’en passe. Qu’il soit haut cadre ou subalterne, tout employé d’une administration, et même d’une entreprise privée, devrait pouvoir oser dire ce qui ne fonctionne pas, dénoncer des actes potentiellement illégaux, sans avoir peur pour sa carrière ou sa santé. Tant que cela est fait de bonne foi, dans l’intérêt général et en suivant les bonnes procédures.

Les représailles et la solitude qu’ont vécues les personnes que la «Tribune de Genève» a rencontrées risquent de décourager celles qui, comme elles, pourraient avoir vu des anomalies dans leur environnement de travail. Des dysfonctionnements risquent alors d’être passés sous silence, générant un autre type de souffrance pour ces employés. Malaise, culpabilité, démotivation.

Le Grand Conseil genevois va discuter d’une loi pour protéger les lanceurs d’alerte lors de sa prochaine session. Les débats risquent d’être passionnés: il aura fallu 23 séances de commission pour accoucher d’un texte. La question de l’anonymat des employés divise les députés. Certains craignent que celui-ci n’ouvre la porte aux dénonciations calomnieuses. Pourtant, la plateforme de la Cour des comptes, ouverte depuis 2017, anonyme, a permis de faire avancer nombre d’enquêtes...

Les députés devront en tous les cas trouver un consensus qui permette, en fixant un cadre à ces dénonciations, de faire cesser les représailles.

Créé: 24.02.2020, 20h46

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...