Le destin de l’Algérie se joue aussi ici

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une présidentielle pas comme les autres se joue entre Alger la blanche et Genève l’internationale. Depuis le 16 février, des manifestations populaires contestent le cinquième mandat du président Bouteflika dans les grandes villes d’Algérie. Et depuis le 24 février, c’est à Genève que se joue une partie de l’incroyable scénario électoral algérien.

Hospitalisé pour subir des contrôles médicaux aux HUG, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, est en fait, comme le révélait la «Tribune de Genève», en soins continus et «sous menace vitale permanente». De quoi renforcer la détermination du peuple algérien, qui n’a aucune information des médias officiels sur l’état de santé de son président. Du coup, leurs regards se sont tournés vers Genève.

Le standard de l’hôpital a reçu des milliers d’appels provenant d’Algérie, entre canulars et humour noir. Pic de cette tragédie politique algéro-genevoise, un candidat par procuration, médiatique et sans expérience politique, a tenu meeting, ou presque, sur le parvis des HUG avant de se faire interpeller, alors que lui et ses partisans envisageaient d’envahir le hall de l’établissement.

L’Algérie mérite sans doute mieux que la candidature d’un Bouteflika qui ne peut plus parler, aphasique et impotent. Les Algériens qualifient cette situation de mascarade. Après vingt ans de présidence, Bouteflika n’est plus qu’une ombre, une marionnette sans fil qui cache le vrai pouvoir, celui du clan, de l’armée et des oligarques. On peut craindre le pire si cette fiction de candidature perdure jusqu’au scrutin d’avril et si les contestataires sont tout à coup sauvagement réprimés.

La Suisse, qui ne s’est guère exprimée sur le sujet, embarrassée par ce chef d’État malade soigné sur son territoire, ne veut pas compromettre ses futures relations avec Alger. La France s’inquiète et préfère la stabilité d’un régime honni au chaos. Les Algériens qui bénissent Genève ne peuvent donc compter que sur eux-mêmes.

Créé: 08.03.2019, 22h12

Olivier Bot, Rédacteur en chef adjoint

Articles en relation

Une marée humaine déferle en Algérie contre Bouteflika

Crise politique À Alger et ailleurs, une foule immense rassemblant toutes les couches de la population a scandé son opposition au pouvoir. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...