La santé des arbres sous la loupe

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Genève, 20 février

Le Département du territoire réagit suite au courrier «Des critères de risques à revoir», paru le 17 février.

L’abattage des trois arbres dans le parc de l’OMPI était nécessaire; l’un d’eux a été conservé en niche écologique (mise en quille) au vu des cavités existantes.

Les critères d’évaluation ont montré que ces arbres, qui présentaient des signes de dépérissement depuis une vingtaine d’années et qui étaient attentivement suivis, avaient dépassé le niveau de risque acceptable pour des arbres en mauvais état sanitaire situés à proximité d’infrastructures très fréquentées.

Les quelque 2 millions d’arbres que compte le canton de Genève sont suivis toute l’année par des techniciens arbres et forêts. Ces professionnels, par leur formation, leurs connaissances fines des espèces et des conditions-cadres nécessaires au bon développement d’un arbre, sont à même de prendre des décisions rationnelles et étayées.

Les décisions sont basées sur une analyse du risque combinant la probabilité de chute d’un arbre en regard des signes visuels de faiblesses structurelles (corroborées par des analyses plus exigeantes lors de situations particulières) et le niveau de fréquentation du site.

L’état sanitaire des arbres est en premier lieu de la responsabilité des propriétaires. L’État intervient à la demande de ces derniers, évalue la situation et délivre, le cas échéant, une autorisation d’abattage. Il ne peut pas laisser filer une situation qui impliquerait des lésions corporelles, peut-être graves.

Alors qu’un arbre malade voit son développement naturel compromis, rendant une intervention humaine inévitable, il peut être remplacé par une plantation plus jeune, d’une espèce capable de résister au changement climatique. Le choix des essences plantées à Genève évolue en ce sens.

Une présentation de la stratégie d’arborisation et des enjeux de protection du patrimoine arboré du canton aura lieu le lundi 16 mars 2020, à l’aula du Cycle de Sécheron, à 18h.

Cette soirée d’information publique sera l’occasion de dialoguer avec les collaborateurs et collaboratrices de l’Office cantonal de l’agriculture et de la nature (OCAN).

Valentina Hemmeler Maïga, directrice générale de l’OCAN

Créé: 20.02.2020, 17h52

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...