Passer au contenu principal

FOOTBALLServette tient son rang

Les Grenat ont récupéré leur quatrième place en battant Lucerne (2-0), un adversaire direct pour l’Europe.

Servette, qui a joué toute la deuxième mi-temps à dix, a tenu pour s’offrir une victoire précieuse en vue d’une place européenne.
Servette, qui a joué toute la deuxième mi-temps à dix, a tenu pour s’offrir une victoire précieuse en vue d’une place européenne.
KEYSTONE

En recevant Lucerne, meilleure équipe de l’année 2020 (10 matches/23 points), Servette défendait sa place dans le haut du ventre mou. Plus précisément ce fameux quatrième rang exceptionnellement qualificatif pour l’Europe. Et c’est peu dire que les Grenat avaient à cœur de marquer leur territoire. En abordant la rencontre le mors aux dents, ils enchaînaient pas moins de cinq occasions à valeur de but durant les 25 premières minutes. Une seule sera concrétisée: Alex Schalk à la 4e, profitant de se retrouver seul au deuxième poteau pour tromper un Marius Müller par ailleurs excellent. C’est bien simple, seul le gardien lucernois semblait dans son match au cours de la première mi-temps.

Une échauffourée

Arrivés à la dernière minute en raison de bouchons sur l’autoroute, les hommes de Fabio Celestini n’ont que très peu fait honneur à leur fraîche réputation: aucune occasion de but au cours des 45 premières minutes. Le champ libre pour Servette, qui faisait le break juste avant la pause par Stevanovic. De quoi frustrer les visiteurs: dans la foulée de son but, ce même Stevanovic était séché sur la ligne de touche par Marco Bürki.

S’ensuivait une échauffourée pas franchement nécessaire où Alex Schalk et Alain Geiger allaient être expulsés.

Avec des Servettiens réduits à dix et des Lucernois enfin sortis du car, la seconde mi-temps allait prendre une tournure toute différente. Logiquement, il s’agissait désormais pour les Grenat de tenir. De faire fructifier ce double avantage numérique pour enfin décrocher cette première victoire post-Covid. Il était alors question de reculer, par la force des choses.

Alain Geiger en tribune de presse

Relégué en tribune de presse, Alain Geiger fulminait de voir son équipe évoluer à contre-emploi, sacrifiant pour une fois sa philosophie de jeu à la culture du résultat pragmatique. Reste que c’était pour la bonne cause. Si Lucerne remettait à discrétion l’ouvrage sur le métier, le double rideau défensif servettien tenait bon. Jusqu’au bout.

Grâce à cette victoire, le SFC récupère sa quatrième place aux dépens du FC Zurich. Avec les certitudes offensives affichées en première mi-temps, et la solidarité défensive consécutives à la seconde période, il peut voir venir la fin de saison sereinement.