Passer au contenu principal

La meilleure équipe romande se cherche encoreServette joue à se faire peur. Sans s’affoler

À dix jours de la reprise, les Grenat sont encore dans le flou. Rien de grave, assure Alain Geiger.

Le Servette de Geiger, sans la plupart de ses titulaires, a sévèrement courbé l’échine contre Stade-Lausanne mercredi soir, dans un match de préparation (défaite 6-0). La vérité est ailleurs pour l’entraîneur, qui a lancé plusieurs jeunes.
Le Servette de Geiger, sans la plupart de ses titulaires, a sévèrement courbé l’échine contre Stade-Lausanne mercredi soir, dans un match de préparation (défaite 6-0). La vérité est ailleurs pour l’entraîneur, qui a lancé plusieurs jeunes.
ERIC LAFARGUE

Il faut se méfier des images figées, mais l’instantané fait froid dans le dos. Sur la photographie, il y a donc ce Servette FC déconcertant, mi-amer, mi-insouciant, qui se prépare à la reprise de la saison, dans dix jours, comme tout le monde. Et puis il y a ces deux matches amicaux, deux écueils contre Xamax (0-3) et Stade-Lausanne-Ouchy (0-6), neuf buts encaissés, aucun d’inscrit. Par nécessité ou par choix les Grenat ont composé sans la plupart de leurs titulaires jusque-là. L’excuse ne dissipe pas toutes les interrogations.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.