Passer au contenu principal

FootballServette croyait tenir sa victoire…

Les Grenat menaient 2-0 à la pause. Mais ils ont laissé Lucerne reprendre confiance et égaliser.

La mine des mauvais jours en seconde période pour Alain Geiger.
La mine des mauvais jours en seconde période pour Alain Geiger.
KEYSTONE

Servette croyait tenir sa première victoire depuis la reprise. Il menait 2-0 à la pause, un avantage insolent pour une réussite maximale, une fois n’était pas coutume. Mais pour avoir subi et reculé, les Grenat ont laissé Lucerne reprendre confiance et égaliser en cinq minutes. Trois matches, trois nuls pour Servette. Rageant surtout ce samedi, après avoir caressé l’idée d’empocher trois points sans y parvenir.

Servette d'entrée

Entre ce Servette qui ne perd pas depuis la reprise mais qui ne sait pas gagner et ce Lucerne capable du feu contre Bâle avant de s’éteindre à Lugano, une forme de crainte sourde a présidé dès les premières minutes.

Prudents, les Grenat étaient privés de Sauthier et Tasar (suspendus, remplacés par Routis et Cespedes). Pas téméraires et adeptes de la verticalité la plus rapide et la plus radicale, les Lucernois ne voulaient forcer le destin sans prendre trop de risque. À ce petit jeu, c’est Servette qui a fait la différence en premier, très vite en fait.

C’était la 5e minute et le 4-4-2 genevois avait permis à Cespedes de prendre une position préférentielle dans les seize mètres. Le centre de Cognat, de la gauche, trouvait donc Cespedes à 8 mètres des buts de Müller. Un contrôle orienté, une frappe et le portier de Lucerne constatait déjà les dégâts. Trop passive, la défense adverse avait été prise de vitesse.

Le show Frick

Sans être dangereux vraiment, les hommes de Celestini dominaient alors un peu, sans conviction. Deux ou trois alertes pour Frick, dont une où le portier grenat se montrait admirable. Matos pensait avoir l’égalisation au bout des pieds avec son tir, mais Frick avait le veto au bout des doigts.

C’est juste avant la pause que les Servettiens ont doublé la mise. Kyei, en puissance, avait joué de l’épaule pour se libérer et filer sur la droite. Son centre parfait trouvait Cognat au deuxième poteau. Le Français plaçait un plat du pied gauche qui trompait un Müller emprunté. Deuxième but en Super League pour Cognat, après celui inscrit à Sion. Idéal dans son timing, juste avant la pause.

Et tout a basculé...

C’est après que des soucis sont arrivés à la surface des choses pour le clan grenat. Furieusement. Servette menait 2-0 et devait bien s’attendre à une réaction lucernoise en seconde période. Elle a fait mal. Kyei avait pourtant eu la chance d’inscrire le troisième but grenat à la 57e, mais il avait tergiversé, oubliant tout le monde et le ballon avec. C’est juste après que tout a basculé.

En passant sur la droite de la défense servettienne, là où Routis était bien à la peine face à Matos, Lucerne allait égaliser en cinq minutes. Un tir de Matos repoussé par Frick sur Margiotta pour le 1-2. Un centre de Matos mal dégagé qui revenait sur Margiotta encore, pour un lob sublime et c’était 2-2, 60e et 65e. Trop attentiste, pris par le schéma lucernois (passer par la droite), Servette subissait.

L’orage passé, le mal était fait. Et les regrets sont grands dans le clan servettien.

Lucerne – Servette 2–2 (0-2)

Swissporarena, 800 spectateurs.

Arbitre: M. Piccolo.

Buts: 5e Cespedes 0-1; 44e Cognat 0-2; 60e Margiotta 1-2; 65e Margiotta 2-2.

Lucerne: Müller; Grether, Lucas, Burch, Mistrafovic; Ndiaye (80e Eleke), Schulz, Emini (70e Voca), Males (64e Schürpf); Margiotta, Matos.

Servette: Frick; Routis, Rouiller, Sasso, Iapichino (46e Vouilloz); Stevanovic, Cespedes, Ondoua, Cognat (66e Imeri); Kone (90e Alves), Kyei (66e Schalk).

Avertissements: 10e Cespedes (antijeu), 29e Rouiller (jeu dur), 34e Emini (jeu dur), 49e Ndiaye (jeu dur).