Passer au contenu principal

Manger sain et localSemaine du goût 2020: picorons dans un menu vertueux

Dès ce jeudi et jusqu’au 27 septembre, la manifestation crépite à Genève, qui sera enfin «Ville de goût» en 2021. Nos bons plans.

The Meal, banquet solidaire pour la bonne cause et la bonne chère, à partager le  26 sur la plaine de Plainpalais.
The Meal, banquet solidaire pour la bonne cause et la bonne chère, à partager le 26 sur la plaine de Plainpalais.
MAGALI GIRARDIN

Genève en rêvait très fort. Et Genève avait déchanté tout aussi fort. Le titre de «Ville du goût» lui avait échappé en 2019. Mais que nos compatriotes sèchent leurs larmes. Et bombent le torse. La Cité de Calvin a enfin raflé le pompon. Elle sera sacrée capitale oenogastronomique en 2021; distinction, mine de rien, âprement convoitée. Et deviendra à ce titre «l’ambassadrice suisse du bien manger» durant toute l’année prochaine. Sacrée responsabilité que voilà, dont on n’est pas sûr de savoir ce qu’elle signifie exactement. Nos chères autorités éclaireront sans doute notre lanterne en présentant, d’ici à quinze jours, leur plan d’attaque pour relever ce défi.

En attendant son intronisation, la ville participe comme d’ordinaire à la traditionnelle Semaine du goût, 20e du nom, parrainée cette année par Franck Giovannini, le chef de l’Hôtel de Ville à Crissier. Dès ce jeudi et jusqu’au 27 septembre, pouvoirs publics et petits bras, cuistots anonymes et stars des pianos vont œuvrer de concert pour la plus chouette des causes: le manger vertueux. Sain, local, de saison, bio, équilibré, éthique et tout ça. Noble croisade, va sans dire. Même si le Covid a un brin plombé la nouba, le programme s’avère pléthorique. Quelques pistes.

Des restos au taquet

Comme d’ordinaire, la Ville remettra plusieurs prix à des bistrots du cru proposant durant la Semaine des menus locaux, sains et, certes, agréablement comestibles, composés d’ingrédients de saison traçables. Cette année, une distinction spéciale sera remise à la proposition végétarienne la plus inventive. Une cinquantaine d’enseignes, cantonales ou municipales, modestes ou gastronomiques, jouent le jeu. Et ça peut être drôlement chouette d’aller y jeter une papille ou deux. La liste est sur le site (www.gout.ch).

Zéro déchets, s.v.p.

Cuisiner sans congestionner sa poubelle d’épluchures et engorger son compost de parures, c’est possible. Et tendance. La popote antigaspi sera l’un des thèmes clés de la Semaine, avec des plats du jour «zéro déchets» au Restaurant Clair d’Arve (21-25 septembre); un menu au diapason pour sensibiliser les enfants de la crèche des Morillons; et un cours aux petits oignons (avec leurs pelures, les oignons, bien sûr) à Z Atelier Culinaire, où l’on apprendra à se mitonner une soupe de fanes de radis et des radis en pickles, un risotto d’épluchures de carottes et un cake à la betterave. C’est 50 fr., dimanche 20 de 11h à 14h, sur inscription (zatelier.ch).

Frissons gustatifs

La Semaine est bien sûr l’occasion rêvée de s’offrir des dégustations bonnardes. Chez les vignerons genevois, par exemple, dont bon nombre, depuis la crise sanitaire, ouvrent grands leurs chais le samedi toute la journée. Au Lacustre aussi, qui, ce soir et le 24, dégaine maints produits d’ici à picorer. Et encore lors de divers brunches et ateliers de cuisine. Plus culotté et intrigant, le Grütli accueille un «repas expérimental» autour du cacao, des fromages véganes et thés d’exception. De l’entrée au dessert, voilà donc mariés des pâtes sans protéines animales dedans, du chocolat de compétition et des infusions rares. Étrange autant qu’alléchante confrontation à laquelle on succombera (ou pas) le samedi 26 de 13h à 15h30. Cela coûte 85 fr. Réservation indispensable: menucacaofromage@gmail.com.

Festin solidaire

Samedi 26 dès 11h, The Meal devrait rassembler des centaines de convives mastiquants et heureux sur la plaine de Plainpalais. L’anglicisme de l’enseigne n’a rien d’une coquetterie lexicale puisqu’il s’agit là d’une initiative qui dépasse largement les frontières francophones. Créé en 1999 à Genève, ce Meal est un élan mondial de soutien à l’agriculture locale sous la forme de banquets communautaires organisés aux quatre coins du monde. On nous promet un concours de dégustation, plein d’officiels et un buffet 100% genevois. Sans oublier l’ivresse de participer à un gueuleton planétaire. Il faut débourser 25 francs pour obtenir son sésame au préalable sur la Toile

1 commentaire
    Chm

    Autant que je suis en faveur de la fermeture des discothèques en ces temps de virus, autant je pourrais comprendre la fureur de ces patrons d'établissement en constatant que l'Etat autorise et promeut un banquet géant.