Passer au contenu principal

VoileSébastien Simon se met à l’abri pour évaluer les dégâts

Alors qu’il venait de franchir le cap de la Bonne-Espérance sur le Vendée Globe, le skipper français a endommagé son foil tribord. Il a mis la course entre parenthèses en espérant pouvoir réparer.

Le foil tribord du bateau de Sébastien Simon a été fortement endommagé.
Le foil tribord du bateau de Sébastien Simon a été fortement endommagé.
Twitter

Sébastien Simon («Arkéa Paprec») a annoncé que son bateau de dernière génération avait heurté un OFNI (objet flottant non identifié) ce mercredi matin, occasionnant des dégâts importants sur le foil tribord, ce grand appendice qui permet au bateau de filer à vive allure.

Le choc s’est produit vers 9 h françaises, alors que Simon naviguait en quatrième position du Vendée Globe, à 436 milles nautiques (700 km) du leader Charlie Dalin («Apivia»).

«Le foil tribord est endommagé. La cale basse (point d’appui bas du foil, jonction entre le foil et le bateau) et le puits de foil (c’est dans ce puits que le foil traverse le bateau) ne sont plus solidaires du bateau. Sébastien met tout en œuvre pour maîtriser la situation, notamment en prévision de la mer forte et du vent soutenu à venir la nuit prochaine», a indiqué son équipe dans un communiqué.

Simon avait passé le cap de Bonne-Espérance cinq heures auparavant. Le marin de 30 ans, qui participe à son premier tour du monde en solitaire, faisait partie des quatre skippers déroutés lundi soir pour aller porter secours à Kevin Escoffier, naufragé après que son bateau s’était plié en deux.

Sécurité avant tout

Mercredi soir, son équipe a annoncé que le navigateur sablais avait «mis la course entre parenthèses. Il progresse avec la grand-voile affalée et sous tourmentin (petite voile de tempête). C’est désormais la sécurité qui prime à bord».

Simon fait route au nord et «demain (jeudi), dans une zone où le 60 pieds sera moins malmené par les vagues et le vent fort, il pourra alors étudier plus sereinement les possibilités de réparation et mettre en place les différents scénarios à l’étude avec son équipe à terre».

Charlie Dalin maintient l’écart

Au pointage de ce mercredi à 22 heures, Charlie Dalin restait largement en tête. Premier à franchir le cap de la Bonne-Espérance après 22 jours et 9 heures de mer, il maintenait l’écart sur son premier poursuivant, qui n’était plus Thomas Ruyant («LinkedOut»). Le Français, privé de son foil bâbord depuis une semaine, a reculé à la 3e place, avec 271 milles (502 km) de retard sur Dalin. C‘est désormais Louis Burton («Bureau Vallée 2») qui est deuxième, à 232,8 milles du leader.

Alan Roura coincé

Alan Roura, lui, prenait toujours son mal en patience sur «La Fabrique» (17e à 1578 milles du leader mercredi à 22 heures). Coincé dans une zone sans vent, au cœur de l’anticyclone de Sainte-Hélène, et désolé de ne pouvoir aller plus vite, il avait expliqué avec ironie sur le site de son sponsor les raisons de sa lenteur.

Cliquez ici pour retrouver le classement et la cartographie actualisés du Vendée Globe 2020-2021.

6 commentaires
    jean

    Avec ces machines a ailerons et ordinateur central dont la quille survole les flots, on se demande s`il s`agit encore de navigation. Il est loin l`époque des grands vrais navigateurs avec des cloques aux mains, de la classe des Bourgnon, Colas ou Tabarly.